75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le Fléau des grenouilles
Le Fléau des grenouilles >

Critique de la Bande Dessinée : Le Fléau des grenouilles

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 20 janvier 2006 à 0136

Les grenouilles attaquent !

Qu’est ce que le B.P.R.D. ? C’est un bureau de et de défense sur le paranormal créé en 1944 afin de contrer les expériences nazies et soviétiques. Et dans un sans plus stricte c’est une série dérivée d’Hellboy mais sans Hellboy.
Par contre nous retrouvons des têtes d’affiches, des compagnons du bonhomme rouge. Parmi eux: Liz Sherman ou encore Abe Sapien. Cette fois Mike Mignola ne signe pas histoire et dessin, mais juste l’histoire. Y’a-t-il encore besoin de présenter le papa d’Hellboy ? Bon je ne crois pas puisque je viens de dire le mot magique. L’anecdote raconte que c’est lorsqu’il était à Prague, cloué dans un lit pendant le tournage du film Hellboy, transpirant et hallucinant, qu’il eut l’idée de cette histoire. Et cette idée : c’est à la fois une manière d’ouvrir la porte à de nouvelles aventures sur un sens plus large pour profiter de l’univers d’Hellboy, mais aussi d’enfin pouvoir raconter les origines d’Abe Sapien.


Si l’histoire se révèle entraînante et bien raconter, j’ai un petit regret sur les résurrections multiples de personnages que l’on croit décédés au fur a mesure de l’intrigue. Cela enlève d’une certaine manière un peu de danger à la situation. Mais peu importe Magnola avez tout prévu et chaque résurrections sont bien pensées. N’empêche que …
Etonnamment, comme mentionné plus haut, Magnola laisse le dessin à un certain Guy Davis. Certes une valeur sûr tout de même puisque le monsieur a travaillé sur les Zombies qui ont mangé le monde, Le marquis ou encore Sandman. Mignola prêtant avoir choisis Guy Davis car il le considère comme l’un des plus grands artistes dans le milieu de la bande dessinée, si souvent cela peut sentir le marketing. Toutefois il est clair que Mignola est dans la position de choisir avec qui il veut travailler. Et je le comprends parfaitement ; car la force de Davis est de construire des plans complexes et dynamiques, permettant ainsi de retransmettre parfaitement une ambiance. Je reconnais car la première approche, mon œil n’a pas de suite accrochée aux traits souvent hachés de cet illustrateur. Mais dès que l’on s’attelle à la lecture et aux détails des cases, ont se retrouve de suite transporté dans le monde qu’il dessine. Et au final les cases se révèlent riches en informations visuelles et le dessin beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. L’ensemble prend de la valeur et la première impression s’en va laissant place à la contemplation du travail.

La conclusion de

L’univers fun et riche d’Hellboy, ici scénarisé par Magnola et dessiné par Guy Davis, se révèle une très bonne surprise. Si je dénote quelques facilité à faire revivre quelques personnages ; il n’en reste pas moins que les enjeux sont posés. Cette bande dessinée se trouve être d’une efficacité redoutable. Les Fans ne pourront qu’accrocher et les autres pourraient se laisser convertir.

Acheter Le Fléau des grenouilles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Fléau des grenouilles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellboy

En savoir plus sur l'oeuvre Hellboy