75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Hellboy [2004], par Lucie M.

Avis critique rédigé par Lucie M. le vendredi 30 septembre 2005 à 09h16

Guillermo, un réalisateur d'enfer !

Tout commence pendant la seconde guerre mondiale. Hitler s’est tourné vers l’occultisme et il est un membre important de La Thulé. Une escouade de soldats américains, accompagnée par un certain professeur Broom, tente de stopper les forfaits ésotériques d’une bande d’affreux nazis envoyés par Hitler. Parmi d’anciennes ruines, Grigori Raspoutine, en personne, collabore avec ces derniers et les assiste pour l’opération Ragna Rok. Ils désirent tous, et pour des raisons différentes, libérer des Enfers l'Ogdru-Jahad. Un gigantesque démon composé de sept divinités du chaos, pourvues d’immenses tentacules. Mais leur plan démoniaque est contrarié par les soldats américains qui finissent, après une terrible bataille, à les mettre en fuite. De par ces faits, même Grigori Raspoutine n’y résistera pas et sera aspiré par la porte infernale, ouverte par ses soins en début de cérémonie. En échange de ce dernier, sortira de ce passage infernal, une créature des plus fantastiques. Petite, rouge, cornue et pourvue d’un bras droit en pierre, elle sera vite adoptée par Broom qui lui donnera le nom de : Hellboy.
Voilà un début de film des plus prometteurs qui nous plonge dans une ambiance fantastique et parsemée de faits et de personnages historiques. Tout droit sortie de l’imagination de Mike Mignola, Hellboy est pourtant un comics pas très connu dans notre contrée (même si Delcourt nous en fait profiter depuis un grand nombre d’années). Publié chez Dark Horse Comics aux Etats-Unis, il conte les aventures d’un démon de couleur rouge et qui a la particularité d’avoir un bras droit en pierre. Il se nomme Hellboy et combat les forces du mal, avec des acolytes aussi étranges que lui : Liz et Abe Sapien, pour le compte d’une branche secrète du FBI. Adapté en romans par Christopher Golden (auteur, entre autre, de plusieurs rovélisations de la série Buffy contre les vampires) et au cinéma par Guillermo Del Toro, ce comics est un comics atypique réunissant des influences diverses de HP Lovecraft jusqu’à des faits et des personnages historiques. C’est ce mélange qui le rend exceptionnel et rudement intéressant.
Et il fallait un réalisateur à la hauteur pour rendre l’essence même de ce comics. Semi-réaliste, pour sa qualité du rendu de certains faits et personnages historiques ; comme à l’exemple de Grigori Raspoutine, moine russe, guérisseur extraordinaire et proche de la famille royale Roumanoff, qui aide à accomplir les plans ésotériques d’Hitler. De même qu’au niveau de l’appartenance d'Hitler à la Thulé: une société secrète des plus puissantes, fondée en 1919 à Munich. La Thulé est la transposition nordique de la légendaire Atlantide où il serait supposé qu’une race supérieure y vivait (ce qui rejoint les néfastes théories nazies d’Hitler à propos de la race Aryenne). Puis semi-imaginaire, en sa qualité d’œuvre fantastique avec des démons tels que l'Ogdru-Jahad, qui ressemblent forts aux grands anciens de Lovecraft. Ce projet tenait fort à cœur à Guillermo Del Toro ; puisque selon quelques rumeurs, il refusa, au profit de Hellboy, la réalisation d’Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban.
Donc quand on a Guillermo Del Toro à la scénarisation et derrière la caméra, cela donne une adaptation de comics très réussie avec des personnages travaillés et aux caractères bien trempés. Des décors supers classieux et des effets spéciaux dans le même genre. Guillermo Del Toro offre à son acteur fétiche, Ron Perlman, le rôle de Hellboy et il a entièrement raison. Perlman est paré d’un maquillage des plus somptueux (qui le rend sexy au possible) avec de plus la tête pour l’emploi. Il incarne avec facilité ce démon qui désire plus que tout s’intégrer parmi les humains, en ponçant ses cornes de démon. Il a un caractère des plus bourrus mais il a un énorme cœur. Amoureux transi de sa partenaire, Selma Blair, qui interprète la belle et torturée Liz aux pouvoirs enflammés, et les rapports difficiles avec son père adoptif, le professeur Broom, Hellboy est un super héros des plus torturés. Mais de façon subtile, car il n’est point dépressif ou survolté, ce n’est juste qu’un démon sentimental qui ressemble plus à un adolescent qu’autre chose.
Guillermo Del Toro réalise ce « Blockbuster » de façon intelligente et recherchée. Cette réalisation d'enfer est un succès et fan qu’il est de ce personnage haut en couleur, il donne vie sur grand écran à Hellboy avec passion. Loin des stéréotypes moralistes américains (vu récemment dans Spider-man), les influences intimistes de Guillermo Del Toro se ressentent dans Hellboy. Les personnages sont toujours aussi étudiés et leurs sentiments divers sont probables car l’on peut s’identifier à leurs désirs, angoisses ou autre. Les rapports entre tout les personnages sont puissants ce qui les rendent tous attachants. Même si certains ne sont que des personnages secondaires, ils nous paraissent importants.
De plus il y n'a pas que l’élaboration soignée du caractère des personnages, comme je le disais les effets spéciaux sont maîtrisés. Premièrement grâce à la technique et deuxièmement ces moments d'effets spéciaux ne sont pas vains car il n’y a pas que ça. L’action du film est souvent entrecoupé par des moments d’accalmies, de dialogues rigolos, de scènes attendrissantes et grâce à tout ce mélange, l’histoire s’écoule avec rythme. Les décors et l’ambiance, de Hellboy, assez désuète, apportent beaucoup et en cours de film les détails décoratifs font très Jules Verniens, comme à l’exemple de l’intérieur où habite le professeur Broom qui ressemble fort au sous-marin du capitaine Némo ou le mécanisme corporel d’un des hommes de main de Raspoutine (toutefois cela reste un point de vue personnel).

La conclusion de à propos du Film : Hellboy [2004]

Lucie M.
90

Hellboy est une adaptation de comics très réussie et cela grâce à la fructueuse collaboration du créateur de cette œuvre, Mike Mignola, et de l’un des réalisateurs les plus atypiques de notre époque, Guillermo Del Toro. Avec un choix judicieux pour le casting du film, surtout le talentueux Ron Perlman, et une ambiance rythmée, attendrissante, ésotérique qui comporte des dialogues humoristiques, des faits et personnages historiques, ce savant mélange fonctionne comme une lettre à la poste…et le second opus d’Hellboy est attendu avec envie.

Acheter le Film Hellboy en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellboy sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellboy