75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Castle Ravenloft
Castle Ravenloft >

Critique du Jeu de société : Castle Ravenloft

Avis critique rédigé par Amaury L. le samedi 21 mai 2011 à 1307

Dans les entrailles de Ravenloft...

Un château surplombe l'horizon grisâtre enveloppé d'une brume éternelle d'un aspect sinistre, Ravenloft. De cette forteresse maudite émane la quintessence du Mal, des créatures immondes y vivent en toute impunité et terrorisent les environs par leurs agissements barbares. Le Comte Strahd Von Zarovitch gouverne ces lieux et maintient son autorité grâce à une sensibilité hypertrophiée aux arts occultes. Mais ceci doit cesser, en tant que vrai héros, mettre un terme à ces infamies est un devoir. Y parviendrez-vous ?

Une montagne de matériel.

Malgré un prix élevé, environ soixante euros, aucune déception ne survient quand on découvre l'abondance de matériel lors de l'ouverture de la boîte. Celle-ci apparaît insuffisante lorsqu'il faudra ranger les nombreux éléments après une partie. On commence avec les quarante tuiles Donjons, toutes de forme identique et encastrables les unes aux autres. Le style graphique imprègne immédiatement les joueurs dans l'univers médiéval-fantastique de Donjons et dragons.

L'autre attrait de Castle Ravenloft se trouve dans les quarante deux figurines avec la présence remarquée d'un dragon liche de belle taille. On ne compte pas les cartes, marqueurs divers et autres éléments qui remplissent à ras bord une boîte de dimensions pourtant conséquentes. Par contre, les cartes ne possèdent aucune illustration embellissant les textes en anglais abondants. On aurait apprécie qu'une fireball possède son avatar graphique au dessous du titre par exemple, dommage. L'ensemble garde une prestance appréciable et ne donne que peu de motifs d'insatisfaction.

Attention, Castle Ravenloft comporte énormément de texte en anglais (toutes les cartes, les règles, le livret d'aventures...)

NB : sur le site Usagi3 , vous trouverez tout, mais absolument tous les éléments en langue de Molière. N'oubliez pas de leur envoyer un petit remerciement.

Des règles qui ne vampirisent pas trop de temps.

Castle Ravenloft est un jeu de coopération où les joueurs doivent parvenir aux objectifs spécifiques requis par une des treize aventures possibles.

Après le choix d'une aventure, les joueurs choisissent un héros, ses pouvoirs et se placent sur la tuile Départ.

Un héros effectue son tour entièrement avant que le suivant ne commence le sien. Un tour se décompose en trois phases. On commence par la phase Héros qui concerne l'avatar du joueur. Il peut se déplacer de sa vitesse (le nombre de cases qu'il peut parcourir) et attaquer (lancer un dé 20 plus un bonus procuré par un de ces pouvoirs), attaquer et se déplacer, ou se mouvoir deux fois. Ensuite, il entame une phase d'exploration qui commence par l'ajout d'une tuile Donjon si la figurine se situe sur un bord inexploré (pas de tuile Donjon adjacente à la figurine). Si une tuile est posée, on place un monstre sur la case Apparition des monstres en tirant aléatoirement une carte Monstre qui indique quelle créature est introduite et ses caractéristiques (sa classe d'armure, sa méthode de déplacement, ses dégâts et ses points de vie). Certaines tuiles Donjons (avec un triangle noir) occasionnent la pioche d'une carte Rencontre (souvent des effets négatifs). Si un « boss » est déjà en jeu, celui-ci s'active en respectant les consignes données par sa carte Référence. On termine en activant les monstres dont on a tiré les cartes, en suivant les consignes indiquées.

Les combats se résolvent simplement . On lance un dé 20 auquel on ajoute un bonus. Si le total égale ou dépasse la classe d'armure du monstre ou du héros, on envoie les dégâts engendrés par l'arme ou une capacité.

La partie se termine si les héros remplissent l'objectif de la mission (ils gagnent) ou si au début du tour d'un héros, celui-ci n'a aucun point de vie restant et demeure dans l'impossibilité de se soigner (tous les joueurs perdent).

Un château qui se défend...

Castle Ravenloft baigne dans l'univers gothique de Donjons et dragons, Ravenloft. On retrouve les créatures inhérentes à cette cosmogonie imaginaire, les vampires, les goules, les morts-vivants et autres joyeusetés d'outre-tombe. Le matériel proposé donne une énorme envie de connaître la consistance de ce bel objet. Castle Ravenloft est un jeu de coopération qui se situe dans la même mouvance inspiratrice que les fameux Descent, Doom et plus lointains Space crusade ou Hero Quest. On explore des donjons et on essaie d'éradiquer la source du Mal qui se déverse sur les populations alentours, un style de jeu communément appelé par les connaisseurs, le « dungeon crawling ».

Castle Ravenloft se rapproche par son accessibilité au vénérable et toujours actuel Hero Quest. Les règles le destinent à un public familial ou aux grands enfants, la cible principale étant les 10 – 15 ans. On apprécie cette fluidité qui permet de se plonger dans ce château truffé de monstres et de pièges divers sans incessamment consulter le livret de règles. Pour un public français, un obstacle conséquent apparaît avec des éléments matériels systématiquement rédigés en langue de Shakespeare. Une francisation semble nécessaire pour augmenter le plaisir de livrer des combats incessants face à des hordes de monstres agressifs et impitoyables. Les mécanismes accentuent cet aspect belliqueux et ne s'embarrassent pas de règles simulationnistes. Les lignes de vue et les portées des armes ou des sorts sont solutionnées de manière épurée.


Il existe les attaques (ou les sorts) au corps à corps c'est-à-dire que la cible se trouve sur une case adjacente (diagonale comprise) ou à distance, la cible est éloignée d'une ou plusieurs tuiles Donjons. La résolution des combats se résume à un unique lancer de dé, celui de l'agresseur, difficile de faire plus simple et efficace. Cette légèreté engendre des tours dynamiques où chaque joueur ne s'ennuie pas entre chacun de ses interventions. Castle Ravenloft privilégie des phases courtes et intenses, ce qui facilite la prise en main et l'immersion des joueurs, le matériel gommant les insuffisances mécaniques. Comme souvent dans les jeux américains, les règles ne sont pas un exemple de clarté et de nombreuses imprécisions règnent. Toutefois, en restant pragmatique, la gêne occasionnée demeure minime.

Avec ce château qui se découvre progressivement, un même scénario construit des labyrinthes différents, avec une apparition des monstres ou d’événements renouvelés à chaque partie. La surprise et l'inconnu attendent les héros en quête de gloire, surtout cela assure une pérennité temporelle étonnante à ce jeu de coopération guerrier. Contrairement aux références citées ci-dessus, un joueur n'endosse pas le rôle du méchant, chaque monstre se déplace selon les indications annotées et cette trouvaille fonctionne admirablement bien. Les créatures ne sont pas délaissées dans un coin abandonné du château, elles sont constamment en mouvement et au plus près des héros pour leur asséner des terribles coups de griffes, morsures et traumatismes ensanglantés. Les points de vie fondent rapidement et les aventuriers devront protéger leur frère en détresse s'ils souhaitent emporter cette lutte contre les forces maléfiques. Si un personnage, au début de son tour, ne peut regagner de la vitalité, toute l'équipe finit ses jours dans une oubliette obscure de ce château démoniaque. Les aventures incluses offrent un équilibre bienvenu en entretenant un suspense jusqu'au dernier moment.

Castle Ravenloft s'appuie sur des mécanismes allégés du D 20 system et réussit à proposer un jeu d'initiation à ce fourmillant univers qu'est Donjons et dragons. Malgré son manque d'innovation, le matériel et les aventures proposées parviennent à séduire un public large, d'autant plus si vous « francisez » le jeu (cliquez ici pour accéder au site traducteur). Encore une fois, les vampires savent montrer un visage séduisant.



La conclusion de

Castle Ravenloft est un jeu de coopération dans la même veine que le vénérable Hero Quest. Il conserve une simplicité dans la résolution des combats et dans son déroulement global. Cette épuration autorise une pratique familiale en une durée acceptable, environ soixante minutes, un atout non négligeable. Toutefois, pour introduire ce jeu auprès du plus grand nombre, un travail de francisation devient indispensable (cliquez ici pour avoir toutes les traductions) afin de faciliter la fluidité et la participation de chacun. Pas de joueur qui incarne un méchant, tout le monde lutte contre des ennemis communs et l'entraide s'avère nécessaire pour surseoir à l'assaut constant des puissances d'outre-tombe. Castle Ravenloft se joue très bien et avec son matériel pléthorique, la séduction opère rapidement auprès des amateurs de jeux de coopération, de combats et de figurines. Un gros château à visiter d'urgence !

Que faut-il en retenir ?

  • Très accessible
  • Son renouvellement
  • Sa communauté internet très active
  • Ses combats simples
  • Sa durée
  • Ses figurines

Que faut-il oublier ?

  • Obligation de franciser
  • Classique dans son déroulement

Acheter Castle Ravenloft en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Castle Ravenloft sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Donjons & Dragons

En savoir plus sur l'oeuvre Donjons & Dragons