75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Dungeon command Tyranny of goblins >

Critique du Wargames à Figurines : Dungeon command Tyranny of goblins

Avis critique rédigé par Amaury L. le samedi 10 août 2013 à 11:49

Le gobelin est malin...

Tarkon Draal inspecte quelques corps épars étendus le long d'un canyon boueux où la bataille fit rage quelques instants auparavant. Un sourire cruel marque son visage verdâtre où ses incisives rejettent des filaments baveux de contentement. « J'ai vaincu, je suis le maître », éructe-t-il d'une voix caverneuse.

Le gobelin veut séduire.

Ce set supplémentaire pour le jeu d'escarmouches Dungeon command (lire la critique ici) contient une faction entièrement dédiée à une race mythique dans la mythologie fantastique, les Gobelins. On retrouve dans une boîte au cartonnage léger un matériel quasiment identique aux précédents opus (Heart of Cormyr et Sting of Lolth), avec douze figurines de belle réalisation dont deux « grosses » Feral troll et Horned devil. Les miniatures restantes demeurent plus classiques dans les dimensions et la sculpture avec deux soldats Hobgobelins, un Bugbear berseker, un sorcier, un loup, un chevaucheur de loup et quatre gobelins normaux. Wizard of the coast continue sur sa lancée en incluant une moitié de plateau, 2 cartes Commandant (Snig the axe, Tarkon Draal), soixante cartes (12 créatures, 36 ordres, 12 pour le D&D adventure system) et soixante-huit jetons (30 dommages, 6 coffres au trésor, 12 trésors...). Une règle parachève cette faction similaire matériellement aux deux précédentes en dehors des figurines fournies.

Face à une armée de gobelins, que faut-il faire ?

Dungeon command est un jeu de combat avec des figurines, chaque joueur incarnant une faction différente constituée de douze figurines. Ce set Tyranny of goblins propose de prendre le commandement d'une armée de gobelins. Comme souvent le plus difficile dans ce style de jeu demeure de respecter les caractéristiques spécifiques de ces races fantastiques. Les gobelins attaquent en très grand nombre, et leur survie repose sur quelques principes simples, l'union fait la force, la roublardise et la couardise quand ça tourne mal. Donner cette impression de multitude avec seulement douze figurines dans la boîte, voilà un joli défi pour les concepteurs à relever.

Grâce à des règles bien trouvées, les auteurs parviennent à retranscrire fidèlement cette impression de chair à canon interchangeable et toujours présente en masse. Lorsqu'une créature meurt sous les coups d'une unité ennemie, le joueur qui la contrôle la remplace immédiatement par une de niveau inférieur. Par exemple, un chevaucheur de loup (niveau 4) expire son dernier soupir souffle, on la substitue de suite par un gobelin ou un loup, du moment que son niveau soit au maximum de trois. La plupart des créatures de Tyranny of goblins de faible puissance maximise leur potentiel de destruction lorsqu'elles coopèrent (quand elles se situent sur des cases adjacentes) et visent une cible unique. On admire alors une force de frappe étonnante par rapport à leurs capacités originelles ou si elles œuvrent en solitaire.

Le commandant Snig the axe apporte une nouveauté intéressante, l'art de la contre-attaque. En effet, son pouvoir autorise de recruter des unités pendant le tour de l'adversaire. Avec de la maîtrise et une cogitation habile, l'effet de surprise est garantie chez la faction rivale. Horned devil, avec 140 points au compteur, ne fait pas dans l'inoffensif surtout couplé avec des cartes Ordre comme « Tough as nails » (prévient 10 points de dommage), il se transforme en un tank compliqué à gérer pour l'adversaire. Dans l'ensemble, Tyranny of goblins est une faction très plaisante à jouer, à emmener sur le champ de bataille qui, pour une personne connaisseuse, comporte énormément de synergies et de combinaisons gourmandes à tester et à expérimenter en combat. Cependant, pour des parties d'initiation de Dungeon command, la faction Sting of Lolth, plus classique dans son fonctionnement, semble davantage appropriée.

 

80

Tyranny of goblins est la troisième faction dans l'univers belliqueux de Dungeon command, un jeu d'escarmouches avec des figurines déjà peintes. Les gobelins s'avèrent une belle trouvaille avec des originalités intéressantes dans le développement des stratégies ou tactiques de guerre. On s'amuse beaucoup à découvrir les subtilités de cette armée destinée aux amateurs de Dungeon command de part ses capacités spéciales légèrement plus complexes que Sting of Lolth ou Heart of Cormyr. Le gobelin a la rage et aime dépecer ses ennemis.

Critique de publiée le 10 août 2013.

Que faut-il en retenir ?

  • Un set pour les joueurs confirmés.
  • Une faction assez riche tactiquement.
  • Très équilibré.

Que faut-il oublier ?

  • Pas pour les néophytes.
  • Aucun intérêt de jouer avec une seule boîte.
  • La version solitaire bof.

Acheter Dungeon command Tyranny of goblins en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dungeon command Tyranny of goblins sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Donjons & Dragons