75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
La Malédiction du Black Pearl >

Critique du Film : La Malédiction du Black Pearl

Avis critique rédigé par Sylvain T. le samedi 8 mai 2010 à 14:42

« Trinquons mes jolies… yoho ! »

Disney revisite le mythe des pirates des caraïbes dans un blockbuster estival des plus réjouissants.

Critique basée sur la version Blu-Ray du film.

On l’attendait de pied ferme ce nouveau film de Jerry Bruckheimer. Le papa des blockbusters américains œuvrant pour offrir à tous les fans de la firme aux longues oreilles un divertissement à la hauteur d’un budget colossal, en tout cas pour l’époque. On y parlera donc de malédictions et de navires-pirates, deux éléments pas franchement réjouissants pour le casting 5 étoiles de ce Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl.

Disney s’octroie notamment les services de l’excellent Johnny Depp qui campe ici Jack Sparrow, le véritable héros du film, un pirate des plus étrange avec ses mimiques drôles et déconcertantes à la fois. Mais ce n’est pas tout, puisque notre ami est également complété par un duo de choc : Orlando Bloom, auréolé du succès phénoménal de la trilogie Le Seigneur des Anneaux où il interprétait un elfe, ainsi que Keira Knightley. La sublime anglaise n’avait jamais percé à l’international avant ce film, notamment en raison du côté confidentiel des œuvres dans lesquelles elle avait joué. Mais l’affront est désormais réparé puisque la jeune actrice s’offre le rôle de sa vie en jouant une bourgeoise, fan de la piraterie, qui va se faire entrainer dans une gigantesque aventure… un peu malgré elle.

Ce duo permettra donc d’apporter du glamour dans cette super-production, ainsi qu’un but pour certains personnages. Mais le sujet principal du film tourne autour de la malédiction de l’or maya, volé par les pirates du Black Pearl, un terrible navire de guerre qui brave les océans à la recherche d’innocentes victimes à tuer. À son bord, une horde de combattants qui ne peut mourir, se transformant à la lueur du crépuscule en des squelettes invincibles. Et s’il y a bien quelque chose de réussi, ce sont les effets spéciaux qui permettent aux chairs des pirates de devenir squelettique avec une simplicité étonnante. Les combattants sabrant leurs ennemis passant d’humain à morts-vivants lorsqu’ils s’approchent de la lumière de la Lune, offrent certainement les moments les plus convaincants du long-métrage. Le souci des détails est donc bien présent et si le sang ne coule pas à flot, malgré le fait que ça tranche de tous les cotés (Disney oblige), on se réjouit de voir les bateaux et les pirates s'entretuer à grand coup de canon.

Le scénario est également rondement mené, et l’on a à faire à un véritable film d’aventure avec ses rebondissements, ses malédictions, ses amourettes et son humour. Bien sûr, ce n’est pas pour autant qu’il n’y a pas de défauts et l’on regrettera surement les quelques longueurs qui viennent malheureusement s’interposer. On pense notamment à la séquence sur le bateau ou Elisabeth et le Capitaine Barbossa s’offrent un encas bien mérité ou les « retrouvailles » de Jack et Elizabeth sur une île déserte pas vraiment drôle. Il y a également le personnage du Commodore Norrington beaucoup trop caricatural pour être crédible. Gore Verbinski (le réalisateur) nous offre toutefois un divertissement bien rodé, poussé par l’épatante musique composée par Klaus Badelt avec le fameux thème principal de la trilogie, revenant d’ailleurs très (trop ?) souvent. Un petit mot sur la version Blu-Ray quand même, qui permet au film de véritablement s’épanouir. Le format haute définition n’a jamais était aussi bien utilisé que dans un film misant beaucoup sur les effets spéciaux et sur une bande-son requérante des enceintes 5.1. L’image est étonnamment nette, pour un film datant de 2003 (bien avant l’avènement de la HD donc), c’est plus que surprenant.

80

Surfant sur des acquis qui fonctionnent, et qui fonctionneront toujours, ce divertissement avant tout familial fait fi des préjugés pour nous entrainer dans une remarquable aventure de pirates ! Au travail, tas de chiens galeux !

Critique de publiée le 8 mai 2010.

Acheter La Malédiction du Black Pearl en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Malédiction du Black Pearl sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Pirates des Caraïbes