75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le Secret du Coffre Maudit
Le Secret du Coffre Maudit >

Critique du Film : Le Secret du Coffre Maudit

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 15 août 2006 à 1212

La loi des pirates : Toujours plus !

Petit récapitulatif : ‘Pirates des caraïbes - le film’ s’inspire du parc d’attraction de Disney portant le même nom. Lors de sa sortie en salle, ‘Pirates des Caraïbes, la malédiction du Black Pearl’ a apporté 653 millions de dollars au total. Si le genre du film de pirates lors d’une première résurrection avait pris un bide avec ‘l’île aux pirates’ de Renny Harlin, autant dire que cette production Disney/ Bruckheimer avait rapporté un gros coffre en or en plus de créer une véritable surprise. Personnellement, je dirais que le côté fantastique mélangé aux mythes du pirate était une des grosses raisons de cette résurrection. D’autant que les légendes issues de la piraterie ne sont pas rares et il y a de quoi piocher.


À l’époque, je ne pouvais pas arrêter de penser au jeu Monkey Island. Pour ce deuxième chapitre, c’est encore plus accentué. L’humour et la dérision se mélangeant davantage à l’aventure. Ce deuxième opus ne cherchant pas vraiment à recréer la surprise, il prend les grands moments du précédent et les transpose en plus impressionnant. ‘Toujours plus’ est donc la devise que c’est fixé Gore Verbinski le réalisateur et Jerry Bruckheimer le producteur. Dès le début, ça pétarade dans tous les sens pour ne presque jamais s’arrêter. Et c’est bien le problème de cette suite. D’accord, le spectacle est complet et les yeux ont de quoi briller. Oui, le rire est fréquent. Mais le film souffre d’un manque de moments plus posés, afin de pouvoir donner une substance au nouvel ennemi de Jack Sparrow. Pourtant, Davy Jones est visuellement très réussi et il ne manque pas de charisme. Mais ses motivations de méchants sont bien minces et sa haine vis-à-vis de Sparrow semble bien légère. De même que si j’ai pris plaisir à retrouver les seconds rôles des pirates des caraïbes ; je ne comprends pas toujours comment les scénaristes ont pu justifier leur présence à l’écran par rapport au premier. Certains points du scénario ne semblent pas vraiment justifiés ou perturbent par ce qui semble être des incohérences. C’est sûr, c’est du divertissement, mais faire un peu plus de cohérence n’est pas un mal et n’aurait rien rajouté au budget. Ainsi pour exemple, le personnage de Norrington dans le premier était un personnage avec de l’honneur. Ici, les scénaristes l’ont transformé en opportuniste lâche. D’accord, il était plus ou moins à traquer les pirates dans le premier et il a échoué, mais il était loyal à ses principes et homme d’honneur comme on disait dans le temps. Voici le type d’incohérence que je reprocherai à ce deuxième chapitre.

Côté distribution, nous retrouvons-les même pour notre plus grand plaisir. Cette fois, c’est le personnage d’Elizabeth Swann (Keira Knightley) qui m’a le plus amusé. En particulier dans une scène où elle essaye de distraire des hommes et utilise toutes les ruses qui lui sont possibles. Hilarant ! Orlando Bloom joue encore cette fois-ci le beau gosse de service. Il a cependant l’avantage de ne jamais prendre les nerfs, faute d’un rôle consistant. Cependant, son personnage à l’issue de la fin du 2éme laisse promettre un Will Turner beaucoup plus intéressant dans sa future suite (bien oui, le côté obscur de la jalousie). Reste celui qui a donné à pirate des Caraïbes une personnalité propre à son univers, celui qui a créé un personnage plein de fougue : Johnny Depp. Jack Sparrow amuse presque toujours autant, même si parfois il y à une certaine surenchère sur le personnage qui peut paraître de trop. Seul reproche que je ferrais : c’est d’avoir transformé Sparrow en quelqu’un de poltron. Il ne donnait pas cette impression dans le premier. Il était fourbe, intéressé, allé toujours vers son intérêt, mais il était aussi malin et courageux quand il le fallait. Ici, il a récupéré un côté lâche et chanceux qui me plaît beaucoup moins.

La conclusion de

Pirates 2 ne manque pas de piquant et rien que la scène avec le Kraken (hommage direct a 20 000 lieues sous les mers) vaut le détour. Spectaculaire, jouissif, et ne manquant pas d’humour, seul le scénario ne permet pas à ce deuxième opus de se glisser à la hauteur du premier. Dans tous les cas, du vrai pop corn movies et tant mieux !

Que faut-il en retenir ?

  • Le Kraken
  • Le design de Davy Jones
  • La belle Keira Knightley
  • Sparrow dans ses moments fourbe

Que faut-il oublier ?

  • Des petites incohérences
  • Plus vraiment de surprises

Acheter Le Secret du Coffre Maudit en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Secret du Coffre Maudit sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Pirates des Caraïbes

En savoir plus sur l'oeuvre Pirates des Caraïbes