75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le Donjon de Naheulbeuk, deuxième saison, partie 4
Le Donjon de Naheulbeuk, deuxième saison, partie 4 >

Critique de la Bande Dessinée : Le Donjon de Naheulbeuk, deuxième saison, partie 4

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 26 décembre 2009 à 1338

Retour de la poilade en Terre de Fangh

Ayant récupérée la statuette, la plus calamiteuse des compagnies d’aventuriers a pris le chemin du retour pour rejoindre leur employeur et toucher les 8000 pièces d’or promises. Evidemment, ce qui n’aurait dû être qu’une simple formalité – du moins si le travail avait été accompli par des gens normaux - se transforme rapidement en un grand n’importe-quoi, bourré de péripéties et de fumbles.

Il y a déjà deux tomes,  un brin déçu, j’avais achevé ma critique par une question : coup de pompe passager ou essoufflement ? Et je suis très heureux de constater que la vérité se trouve dans la première réponse. En effet, si le niveau du cycle ne retrouve pas l’excellence atteinte lors de la première saison, il est incontestable que le niveau de qualité, depuis les deux derniers tomes, s’améliore, faisant de celui-ci un très bon divertissement.

John Lang retrouve ici sa verve potache, la compagnie regagne en sympathie, et le rire est de retour. Si la première rencontre (page 12, avec les globzoules) ne sort guère du lot tout en restant très distrayante, la force de cet opus se trouve dans le cœur du récit, lors de la visite chez le vieux sage Song-fu (page 18). Là, dans le simple but de s’abriter de la pluie, les membres de la compagnie vont pénétrer dans un temple et rencontrer un étrange personnage débitant des incompréhensibles phrases sibyllines et autres propos énigmatiques. Les réactions des aventuriers, qui ne pigent strictement rien aux dires du sage et qui vont du je-m’en-foutisme le plus absolu (le nain) à l’ahurissement le plus total (l’elfe), amènent des passages désopilants. Franchement, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ri aux éclats à la lecture de ce cycle.

Bon, il faut bien admettre que le soufflé retombe un peu après que la compagnie de crétins ait quitté le temple (la rencontre avec le brigand Tarken traîne un peu en longueur mais se rattrape bien avec la planche consacrée à l’analyse du combat, où l’on retrouve l’esprit de Gotlib) cependant le récit reste divertissant, tant pour son intrigue générale que pour ses apartés contant les mésaventures du sorcier Zangdar, perdu dans les terres sauvages.

La conclusion de

Chouette, avec ce tome 6, l’on retrouve enfin John Lang à son meilleur. Finis les atermoiements et les expérimentations dans le domaine du too much, retour à l’efficacité avec un recentrage sur les personnages. Un chouette album, très drôle, dévoré en un rien de temps.

Que faut-il en retenir ?

  • Le retour d’un humour efficace
  • Le cœur de l’album, désopilant
  • Toujours le style très chouette de Marion Poinsot

Que faut-il oublier ?

  • Encore quelques chutes de rythme

Acheter Le Donjon de Naheulbeuk, deuxième saison, partie 4 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Donjon de Naheulbeuk, deuxième saison, partie 4 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le donjon de Naheulbeuk

En savoir plus sur l'oeuvre Le donjon de Naheulbeuk