75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Donjon de Naheulbeuk, Deuxième saison, partie 1 >

Critique de la Bande Dessinée : Le Donjon de Naheulbeuk, Deuxième saison, partie 1

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 13 décembre 2006 à 14:28

Faites gaffe, ils ont été lâchés dans la campagne !

Alors que John Lang, alias Pen of Chaos, voit sa côte de popularité grimper en flèche auprès des fans d’Heroic Fantasy – il n’y a qu’à voir les regroupements autour de sa personne lors des conventions et le succès de ses concerts (si, si, j’vous jure) -, Marion Poinsot continue son délicat travail d’adaptation graphique basé sur la saga audio du Donjon de Naheulbeuk.
Après deux premiers tomes plutôt réussis, la talentueuse dessinatrice s’attaque au premier volet de la seconde saison de cette reconstitution parodique d’une partie de D&D, qui voit la compagnie d’empotés – composée des personnages standards issus du livre de règles - quitter le donjon de Naheulbeuk pour battre la campagne de la terre de Fangh. On retrouve donc les personnages de la fin du deuxième tome, tous aussi cons les uns que les autres, avec une petite préférence pour le barde, qui bat tous les records de débilité – un barde sûrement dirigé par le même joueur maladroit que le voleur du premier tome car il subit la même fin misérable. J’en ai connu des mecs comme ça, qui perdaient un perso par partie…

Oups! Le menestrel a du faire un fumble en Interprétation

Bien entendu, la recette est la même. Gags potaches, jeux de mots bien relous, personnages pathétiques et scénario digne d’un meneur de jeu de 10 ans d’age sont donc au programme. Mais qu’est-ce que cela peut être drôle ! Grâce à des dessins très marrants de l’auteur et cette habileté de Pen of Chaos pour reconstituer l’ambiance d’une partie de D&D, la magie opère et le lecteur de tout âge va y trouver matière à amusement, pour autant soit peu qu’il aime ce ton parodique. Beaucoup moins trash que Krän – une autre adaptation D&D -, le Donjon de Naheulbeuk, malgré quelques gags se situant au dessous de la ceinture, est vraiment accessible au plus jeune lectorat et c’est ce qui fait véritablement la force de l’œuvre.
La fin de ce tome voit la rencontre des héros avec l’un des personnages principaux de la saga : le vampire hémophile. Une rencontre loufoque, véritable clin d’œil au Dracula de Francis Ford Coppola, qui est assurément l’un des meilleurs moments de cette délirante histoire, tous volumes confondus. En tout cas, personnellement, j’ai beaucoup ri !

90

Bon, c’est vrai, en tant que vieux rôliste quadragénaire, je ne pouvais qu’adhérer au délire de Pen of Chaos, d’autant plus que je trouve les graphismes de Marion Poinsot de plus en plus rigolos. Mais je pense que même les lecteurs qui n’ont jamais lancé un D20 de leur vie peuvent se marrer à la lecture cette BD délirante. A la condition, bien entendu, qu’ils apprécient l’univers héroic fantasy de l’ensemble et l’humour potache et absurde digne d’un film du trio Zucker/Abrahams.

Critique de publiée le 13 décembre 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • La retranscription géniale d’une partie de D&D
  • L’humour potache et les persos trop drôles
  • Le trait agréable de Marion Poinsot
  • Le vampire hémophile, hilarant

Acheter Le Donjon de Naheulbeuk, Deuxième saison, partie 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Donjon de Naheulbeuk, Deuxième saison, partie 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Le donjon de Naheulbeuk