75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le donjon de Naheulbeuk, troisième saison, partie 3
Le donjon de Naheulbeuk, troisième saison, partie 3 >

Critique de la Bande Dessinée : Le donjon de Naheulbeuk, troisième saison, partie 3

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 10 avril 2012 à 2333

La trahison de Gluby

La compagnie des Fiers de Hache (mais pas toujours) est de retour ! On retrouve nos amis où on les avait laissés, dans la bonne cité de Glargh, une ville pleine de bière (donc, une ville fortement appréciée par le nain). Mais, pas de bol, car pas le temps de trainer. Avec tous ces cultistes aux fesses, les héros (qui sont désormais de niveau trois, youpii !) font devoir faire fissa et se montrer particulièrement habiles (oui, je fais dans l’ironie) s’ils désirent mettre en échec le mage Gontran Théogal, qui projette le retour de Dlul, dieu du sommeil et de l’ennui. Bon, pour le moment, vu qu’il lui manque une statuette, c’est plutôt lui qui est dans l’ennui.

Y’a trop de gens qui veulent nous tuer dans cette ville, ça devient pénible ! Vivement que je retourne à la mine ! Le Nain.

Dans un Glargh envahi de brigands, de miliciens et de fanatiques, c’est donc un peu – beaucoup - le foutoir et, pour le lecteur, le rire est au rendez-vous. Complètement dépassés par les événements (comme d’habitude, vous me direz, ils n’arrivent même pas à se repérer dans la ville), les aventuriers finissent par se fier au vieux Tulgar, dit tonton Tutul, un fonctionnaire de la caisse des donjons. Cette prise en charge ne les empêche pas de commettre, en chemin, moult boulettes hilarantes. La magicienne essaie son nouveau sort de foudre, le nain s’exerce au lancer de la hache, le barbare tente de réfléchir, l’ogre… euh, a faim. Bref, tous sont au meilleur de leur forme et on renoue ici, comme dans les deux précédents tomes, avec les situations abracadabrantesques et les dialogues qui ont fait la réputation de la série. A cela, il ne faut oublier de signaler cette petite histoire parallèle qui agrémente le récit,  consacré au périple de Zangdar, qui tel Ulysse en quête d’Ithaque, surmonte mille obstacles périlleux (oulala ! Le ménestrel !) pour regagner le confort de son cher donjon de Naheulbeuk… pour le retrouver saisi par la caisse de Donjons ! J’ai également trouvé génial le caméo de Zev et Kyla, les héros de La tour de Kyla (une BD éditée par Clair de Lune).

C’est sans doute une mauvaise traduction du mot Paltok. Dans la langue ancienne, cela voulait dire heurtoir de porte, ou quelque chose comme ça. Il est aussi possible que ce soit dérivé du vontorzien supérieur, auquel cas… La Magicienne.
ON S’EN TAPE ! Les autres

Ultime tome consacré à l’adaptation du roman La Couette de l'Oubli, ce neuvième opus voit aussi se produire l’affrontement final entre les aventuriers et le mage Théogal. Une rencontre dont l’importance se voit souligner par un dessin en pleine planche (merci Marion Poinsot !) montrant un Théogal fou de rage brandir à bout de bras une bombe immédiatement analysée par le ranger comme étant un… bizdouf. Un machin qui n’est pas de la magie mais de l’alchimie, truc qui n’est pas de la magie mais de la physique. Enfin, c’est compliqué. Surtout pour le barbare qui n’a plus de lances (à cause des chèvres). L’ogre, lui, en pense "Galdoul Boulik ?" Le nain y voit une ouverture ; il en est à +5168 XP…Bref, je ne vous en dis pas plus pour pas vous gâcher le spectacle mais sachez que question suspense, on se situe bien au-delà de ce tout ce que vous avez déjà pu voir dans les meilleurs thrillers. Si, si.

La conclusion de

Excellemment bien orchestré par John Lang et Marion Poinsot, ce tome 9 clôt de superbe manière la trilogie de La couette de l’oubli. La période faible de la série (qui toucha un peu le fond avec le tome 4) semble désormais bien éloignée et on retrouve ici l’esprit et la fraicheur des premiers opus. Ne reste plus qu’à espérer que les nouvelles aventures de nos amis de la compagnie des Fiers de Hache (mais pas toujours) continuent sur cette excellente voie.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario délirant
  • Un humour geek qui fait mouche
  • Des personnages très attachants
  • Des dessins très drôles

Que faut-il oublier ?

  • Les lecteurs du roman ne seront pas surpris

Acheter Le donjon de Naheulbeuk, troisième saison, partie 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le donjon de Naheulbeuk, troisième saison, partie 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le donjon de Naheulbeuk

En savoir plus sur l'oeuvre Le donjon de Naheulbeuk