75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Assassin's Creed II >

Critique du Jeu Vidéo : Assassin's Creed II

Avis critique rédigé par Nicolas W. le vendredi 19 février 2010 à 14:12

Une lame en travers de la gorge

Version Testée : Playstation 3

Des histoires d'assassins

Assassin's Creed, premier du nom, fit l'effet d'une petite bombe lancée par UbiSoft Montréal en 2007. On y incarnait Altaïr, un assassin charismatique, dans un Moyen-Orient des Croisades. Véritable succès, le jeu n'en souffrait pas moins de nombreux défauts tels qu'une répétitivité des missions et une désagréable sensation de ne pas exploiter assez les possibilités offertes par l'aventure (l'exemple bien connu de l'impossibilité de nager ou celle du peu d'armes disponibles)

C'est ainsi qu'en 2009, Ubisoft remet le couvert avec Assassin's Creed II. L'équipe a-t-elle réussi à corriger les défauts du premier et à se renouveler ?

Bienvenue dans l'Italie de la Renaissance

Exit Le Moyen-Orient et bienvenue en Italie. Le terrain de jeu se compose cette fois des villes de Venise et de Florence (avec un soupçon de Rome) ainsi que de quelques autres lieux tels que la campagne Toscane ou encore le village de Monteriggioni. Vous l'avez d'emblée deviné par la présence de Venise, désormais le héros peut nager, première amélioration d'une longue série et qui permet de très belles choses comme des balades en gondoles et une plus grande diversité des tactiques. L'ensemble de ces villes est gigantesque ! Vous mettrez bien des heures à les arpenter dans les moindres recoins et à trouver les points de vue les plus impressionnants (le système de découverte de la carte par point d'observation est conservé, pour notre plus grand plaisir). Le graphisme tient toujours la route et émerveille parfois comme devant la place St-Marc. Le jeu n'a de ce côté rien à envier à son prédécesseur, bien au contraire!

Au revoir Altaïr, place à Ezio Auditore

Cette fois, Desmond incarnera un autre de ses ancêtres : Ezio Auditore. Aidé par Lucy Stillman, Desmond Miles va donc s'échapper des griffes d'Abstergo pour rejoindre une nouvelle équipe. La clé de sa réussite dépendra de son voyage par les yeux d'Ezio. Autant le dire tout de suite, Ezio est extrêmement charismatique, que ce soit dans sa façon de parler ou de se mouvoir. Pur italien, il est le fils de Giovanni Auditore, lui-même assassin, et devra prendre les armes de son père pour défendre l'honneur familial mais aussi une cause plus vaste. De nombreux personnages vont jalonner le parcours de l'assassin et façonner une intrigue aussi trépidante qu'excellente où Rodrigo Borgia, chef des templiers, va donner bien du fil à retordre à Auditore. Ezio progressera dans le temps et vieillira au fur et à mesure de ses péripéties, donnant au jeu une certaine évolution des plus appréciables ! Le personnage est superbement animé et la prise en main est toujours aussi déconcertante de facilité, inscrivant définitivement le jeu comme un exemple de maniabilité. On regrettera simplement que certains épisodes soient "coupés" pour être ensuite fournis en tant que DLC comme La Bataille de Forli et le Bûcher des Vanités. Ceci ne diminue pas l'intérêt de l'histoire, fort heureusement !

Une lame dans la gorge

S'il y a bien un défaut qui a été largement corrigé par Ubisoft, c'est la diversité des armes, des combats et des missions. Désormais, Ezio peut manipuler deux lames secrètes simultanément mais également des dagues, diverses épées et autres hallebardes. On aura même droit à un pistolet ! Cette diversité est due aussi au fait que le joueur pourra s'emparer des armes de ses adversaires.A ce titre, Assassin's Creed II permet beaucoup plus de possibilités dans les combats et des myriades de techniques. Que vous soyez adepte des assassinats discrets ou des affrontements à la hache, vous en aurez pour votre argent. Vos adversaires ont d'ailleurs également évolués, on trouve différents styles de gardes, du gros bourrin cuirassé au fluet plus rapide que vous, il faut désormais adapter ses tactiques... Mais malheureusement, l'IA de ces derniers n'est pas encore assez élevée pour proposer un vrai challenge... Dommage. Quelques éléments du premier sont toujours présents, comme la vue d'aigle ou encore les déplacements à cheval. Très gros point fort de ce nouveau volet : les missions. Cette fois, vous allez pouvoir accomplir des myriades de choses : les traditionnelles courses ou contrats d'assassins (avec des restrictions plus variées) mais aussi des passages à tabac, des missions de coursier, des missions d'exploration et surtout des missions "principales" très bien choisies. On aura pêle-mêle une course en carrosse, un vol au-dessus de Venise grâce à l'appareil volant de De Vinci (vous rencontrerez en effet ce grand personnage historique) ou encore le sauvetage d'une belle dame des eaux ! Bien sûr, il y aura de nombreuses missions d'assassinats comme il se doit mais le tout est désormais beaucoup plus varié et tellement moins rébarbatif : un très grand pas en avant !!

Assassin, gestionnaire et chasseur de trésors

On trouve aussi une excellente nouveauté dans ce volet, la possibilité (à l'instar d'un GTA Vice City) de gérer son propre village, en l'occurrence Monteriggioni. Ezio disposera d'un trésor qui augmentera en fonction de la réputation et des établissements de sa cité. On commencera avec un village aux abois pour finir avec une ville splendide et très fréquentée. Vous pourrez ainsi améliorer vos établissements pour avoir plus de revenus, par exemple en rénovant le bordel du coin ou en donnant plus de moyens au forgeron. De plus, le monde d'Assassin's Creed II vous permet d'acheter divers bien, des armes au forgeron, des médicaments et décoctions aux médecins ou encore des tableaux aux peintres. Il sera même possible de changer la couleur de sa tenue ! Cela permet de donner un cachet plus immersif à l'ensemble et d'ajouter une dimension commerciale et gestionnaire au jeu. Comme dans le premier, vous serez aussi amené à chercher de nombreux trésors disséminés un peu partout dans les villes. Mais cette fois vous devrez aussi visiter des tombeaux de divers assassins pour découvrir leurs secrets et pour retrouver l'armure d'Altaïr, des phases de plate-forme souvent délicates mais également impressionnantes ! Heureusement, vu l'étendue du terrain et les nombreuses missions à accomplir, les développeurs ont eu l'excellente idée d'inclure des relais (chevaux, carrosses ou bateaux) pour vous transporter d'un point à un autre de la carte moyennant une certaine somme d'argent. Une astuce simple mais terriblement utile !

Un peu d'Histoire tout de même

Au cœur de cet Assassin's Creed fait donc toujours rage la guerre entre Templiers et Assassins. Les développeurs prennent un plaisir certain à disséminer un tas d'éléments et d'indices sur cette querelle. Notamment au moyen de ces symboles et de ces petites séquences qui rassemblent un tas de faits historiques derrière lesquels se placent des mystères effrayants sur les artefacts retrouvés par les Templiers. On retrouvera aussi une foule de personnages historiques, le plus présent sera bien entendu Léonard de Vinci, notre ami inventeur qui nous permettra d'emprunter sa machine volante au cours d'une phase intense et sublime mais beaucoup trop courte. On croisera aussi les Médicis ou le Pape Alexandre VI. La composante historique s'entrelace avec la part fantasmée, accouchant d'une intrigue aussi touffue que délicieuse, bien supérieure au premier volet.

Opéré en solo ou en groupe

Déjà présente dans le précédent chapitre, la possibilité d'engager d'autres personnages a ici encore été augmentée. Désormais vous pouvez divertir les gardes avec un groupe de prostituées, envoyer des voleurs faires diversion ou encore engager des mercenaires pour combattre à vos cotés.Le tout est harmonieusement géré et ne gêne en rien le plaisir du joueur. Autre élément, vous serez à plusieurs reprises accompagné par un "héros" pour vous épauler et vous rendre la tâche plus aisée. Comme vous le constatez, la diversité n'est plus le talon d'Achille du jeu !

Merci à Amandine V. pour la relecture

95

Si Assassin's Creed accusait un grand nombre de défauts, ce second volet est une véritable pépite. Corrigeant presque tous les défauts de son prédécesseur, Assassin's Creed II brille par son histoire, ses personnages et sa maniabilité exemplaire. Epaulé par un superbe graphisme ainsi que des missions variées et haletantes, Ezio Auditore entre dans la légende du jeu vidéo de façon instantanée. Inutile de vous dire que Assassin's Creed II est un must-have !! Encore bravo à Ubisoft qui a su tirer les bonnes conclusions pour améliorer son œuvre et en faire un hit incontournable.

Critique de publiée le 19 février 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Variété des missions
  • Intrigue principale
  • Charisme d'Ezio
  • La partie Gestion
  • Le système de combat amélioré
  • L'immensité du terrain de jeu
  • Graphismes

Que faut-il oublier ?

  • IA des ennemis
  • Des épisodes en DLC

Acheter Assassin's Creed II en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Assassin's Creed II sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Assassin's Creed