75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Desmond #1 [2009], par David Q.

Avis critique rédigé par David Q. le lundi 30 novembre 2009 à 10h25

Quand le marketing en fait trop

Faire une bande dessinée pour compléter un jeu vidéo n'est pas chose courante. On a déjà vu naitre des BD sur l'univers d'un jeu ou parodiant un jeu, mais ce premier tome d'Assassin's Creed - sous-titré Desmond - se veut être une des pièces du puzzle entre les deux jeux d'Ubisoft. Pour l'occasion, la société a même lancée son propre label intitulé "Les Deux Royaumes" (probablement une référence à un autre de ses titres phares, Prince of Persia). Scénarisée par Eric Corbeyran et dessinée par Djillali Defali, cette BD vaut-elle le coup ? C'est ce qu'on va voir ensemble.

A première vue, l'ensemble est dans la lignée des autres éditeurs ; Belle jaquette cartonnée, papier de bonne qualité et auteurs connus dans le métier. Cette BD aurait pu sortir chez n'importe qui d'autre et à part un prix légèrement plus élevé que la moyenne, il n'y a pas de différence avec les acteurs du marché. Tout se jouera donc sur la qualité intrinsèque du titre.

En tant que joueur du premier Assassin's Creed (et du deuxième), on rentre facilement dans l'histoire qui commence là où le jeu s'est arrêté, souvenez-vous, sur un cliffhanger assez rageant qui a laissé le joueur imaginer la suite pendant deux ans, avant que ne sorte cette BD et la suite du jeu. En 2 ans, chacun a pu s'imaginer une suite et toute la difficulté de la BD est de rendre cette suite plausible, cohérente avec les deux jeux, et de retranscrire l'univers du jeu. Si l'histoire est plausible, la cohérence n'est pas géniale. En jouant à la suite du jeu, vous aurez une version de l'histoire un peu différente ce qui ruine les efforts de la BD pour lier les deux jeux. Dommage pour les joueurs. C'est encore pire pour les gens qui ne connaissent pas, ou n'ont pas joués à Assassin's Creed, puisque la BD ne vous expliquera rien sur l'univers et ses personnages. Elle est donc réservée aux connaisseurs. De ce point de vue, il est bien plus intéressant de regarder le court-métrage Assassin's Creed Lineage qui vous apportera bien plus d'informations sur AC2. Certains diront que la BD apporte un point de vue différent en nous montrant la conspiration des templiers pour prendre le pouvoir, et aussi en nous montrant comment Desmond est arrivé dans l'Animus. Certes, c'est un fait, on en sait un peu plus sur Desmond et Abstergo, mais dès qu'on se rapproche de la trame des jeux, on est perdu par les différences entre la BD et les jeux.

Le dessin de Defali n'est pas non plus au top. Les cases manquent beaucoup trop de détails comparées à la qualité graphique du jeu et on peine à reconnaitre les personnages principaux.
Heureusement, on reconnait certains lieux comme le repaire des assassins ou la société qui se sert de l'Animus (Abstergo), mais c'est bien plus facile à réaliser qu'une ressemblance avec un visage. Un nouveau descendant de Desmond, Aquilus (pendant la Rome antique), fait son apparition et apporte un peu de fraicheur à l'histoire en proposant au lecteur de nouvelles informations mais c'est peu comparé au reste.
Quelques incohérences viennent combler le tout, comme le sujet 16 qui est nu dans une case et habillé à la suivante, une version différente de l'échappée de Desmond et Lucie, ou encore une fin de BD bien différente du début du jeu alors qu'ils parlent des mêmes événements.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Desmond #1 [2009]

David Q.
35

Une bande dessinée qui sent bon le goodies marketing et qui n'apporte que peu, ou pas, de nouveaux éléments à l'histoire et qui se permet de nombreuses incohérences scénaristiques. A ne lire que si vous êtes fans du jeu, et encore...

Que faut-il en retenir ?

  • Quelques lieux reconnaissables
  • Aquilus dans la Rome Antique

Que faut-il oublier ?

  • Trop d'incohérences par rapport aux jeux
  • Des scènes contradictoires
  • Des dessins pas à la hauteur

Acheter la Bande Dessinée Desmond en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Desmond sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Assassin's Creed