75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Assassin's Creed : Accipiter
Assassin's Creed : Accipiter >

Critique de la Bande Dessinée : Assassin's Creed : Accipiter

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 27 août 2016 à 1633

Du mieux dans la médiocrité

Après deux épisodes peu passionnanst, pour ne pas dire ratés, Ubisoft persiste et signe en poursuivant sa saga Assassin's Creed en BD.

Pour rappel, Ubisoft a créé en 2009 sa propre maison d'éditions, Les Deux Royaumes, histoire d'exploiter ses licences autrement qu'en jeux vidéo tout en gardant le contrôle de ses productions en bandes-dessinées. L'éditeur français décide ainsi d'accompagner chaque sortie d'un nouvel épisode d'Assassin's Creed sur consoles d'un nouveau tome BD. C'est à l'expérimenté Eric Corbeyran (Le Chant des Stryges...) qu'est confié le scénario et à Djillali Defali (Uchronie[s], Asphodèle...) le dessin. Après deux épisodes vraiment décevants, ce Accipiter accompagne la sortie d'Assassin's Creed : Revelations. Mais contrairement à Desmond et Aquilus, la BD s'écarte bien plus de son pendant vidéoludique pour se concentrer sur un personnage inédit : le Gallo-Romain Aquilus durant l'Antiquité tardive. Une prise de position qui permet au récit de mieux se concentrer autour d'un personnage et aux fans de la série d'avoir le droit à des aventures inédites puisque attirer les seuls amateurs de BD européenne semble peine perdue...

L'histoire reprend ainsi peu de temps après le second tome tant pour Desmond dans le présent que pour Aquilus dans le passé. Pour le premier, il est planqué avec son équipe des Assassins dans la demeure de son ancêtre dans la bourgade italienne de Monterrigioni. Le second cherche à venger son père assassiné par un cupide sénateur afin de voler un étrange artefact. Pour se faire, il retourne à Rome où il retrouve sa femme qui peut l'aider dans sa tâche. On suit aussi les progrès du général alaman (peuple barbare) Accipiter qui mène une campagne victorieuse en Gaule tout en gardant un oeil sur les agissements de son allié Aquilus. On rencontre même le descendant d'Accipiter dans le présent qui fait aussi parti des Assassins et donc utilisé comme Desmond. La principale satisfaction de ce nouvel album est donc le choix de ne se concentrer que sur une seule époque donnant plus d'épaisseur aux personnages comme la romance naissante entre Lucy et Desmond ou la destinée tragique d'Aquilus. On s'attache bien plus aux héros et les passages à Rome sont vraiment plaisants. En revanche on sent que Corbeyran est encore trop tributaire des jeux pour les passages dans le présent où l'intrigue avance peu d'où un certain manque d'intérêt.

Pour ce qui est des dessins, rien de bien nouveau. Defali nous montre encore son talent mais aussi un certain manque d'investissement palpable. Les décors sont toujours aussi intéressants avec une utilisation souvent judicieuse de l'outil informatique sur les effets comme le feu où les ombres. Son approche de l'Antiquité est certes convenue mais très efficace pour nous dépayser. On apprécie aussi l'utilisation d'une palette de couleur assez large pour souligner les différentes époques ou les différents personnages dont on adopte le point de vue. Malheureusement si les décors sont beaux, ils souffrent d'un vrai manque de détails, ce qui est camouflé par un découpage assez dynamique mettant très souvent les personnages au premier plan. Personnages dont les traits sont toujours aussi peu travaillés surtout lors des scènes d'action... On reste tout de même loin des aberrations morphologiques du second tome.

La conclusion de

Du mieux pour ce troisième tome mais les deux premiers partaient d'assez bas. L'ensemble reste moyen malgré les efforts de concentrer l'intrigue sur des personnages inédits mais on a du mal à comprendre l'intérêt des événements racontés dans le présent. De même les dessins sont vraiment trop inégaux pour que l'album soit feuilleté juste pour le plaisir...

Acheter Assassin's Creed : Accipiter en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Assassin's Creed : Accipiter sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Assassin's Creed

En savoir plus sur l'oeuvre Assassin's Creed