75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Terminator Renaissance
Terminator Renaissance >

Critique du Film : Terminator Renaissance

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 30 juin 2009 à 2126

Le salut

2003. Marcus Wright est condamné à mort et il n'a plus foi en la vie. A quelques jours de l'exécution de la sentence, il lègue son corps à la science.
2018. Un commando d'humains investit une base tenue par les terminators, les bras armés de Skynet, l'IA qui a supplanté l'humanité le jour du jugement. John Connor, l'un des leaders de la résistance, est aussi de l'opération; une trentaine d'autres soldats prennent la place dans l'espoir de récupérer un signal salutaire pour les hommes. Un seul survivra au piège: John.

Terminator renaissance: John Connor (Christian Bale), Marcus Wright (Sam Worthington) et Katerine Brewster Connor (Bryce Dallas Howard)
Terminator renaissance: John Connor (Christian Bale), Marcus Wright (Sam Worthington) et Katerine Brewster Connor (Bryce Dallas Howard)

Après que le projet soit passé entre diverses mains, dont le réalisateur de Terminator 3, Jonathan Mostow et James Cameron (qui refusera), c'est finalement McG (Joseph McGinty Nichol, qui a déjà réalisé Charlie et ses drôles de dames) qui sera aux commandes de cette nouvelle superproduction. Le rôle de John Connor (qu'a tenu Edward Furlong et Nick Stahl) échoue à la star montante, Christian Bale (Batman Begins, The Dark Knight). Pour le rôle de Kyle Reese (tenu précédemment par Michael Biehn), le choix s'est porté sur Anton Yelchin (Star Trek XI). Restaient les nouveaux personnages Marcus Wright (Sam Worthington) et Katerine Brewster Connor (Bryce Dallas Howard). Le tout pour un budget de $200 million.

Dès le premier quart d'heure, on sait à quoi s'en tenir. Le film sera sous le signe de l'action.


Terminator renaissance: John Connor (Christian Bale) et Marcus Wright (Sam Worthington). John Connor (Christian Bale). Blair Williams (Moon Bloodgood). Kyle Reese (Anton Yelchin) et Marcus Wright (Sam Worthington).
Terminator renaissance: John Connor (Christian Bale) et Marcus Wright (Sam Worthington). John Connor (Christian Bale). Blair Williams (Moon Bloodgood). Kyle Reese (Anton Yelchin) et Marcus Wright (Sam Worthington).

Visuellement, c'est peut-être le plus réussi, car on n'a pas tellement l'impression que le numérique est omniprésent et prend le pas sur tout le reste, comme on l'avait vu dans les volets 2 et 3 de la même série. Les effets spéciaux sont assez impressionnants, les cascades si spectaculaires soient-elles ont aussi valu quelques blessures aux acteurs. C'est le résultat de l'excellent travail du grand Stan Winston, décédé avant sa sortie. Le shooting est nerveux, donnant la possibilité au spectateur de se mettre dans l'ambiance, dans le feu de l'action et sans pouvoir reprendre son souffle durant de longues minutes. Ça claque dans tous les sens. On aime (ou pas) ce futur apocalyptique qui fait étrangement penser aux décors du jeu vidéo Fallout 3 et ses supermutants armés de miniguns, et à Mad Max 2.

Terminator renaissance: Supermutant et minigun ?
Terminator renaissance: Supermutant et minigun ?

Côté scénario, c'est assez pauvre et bancal. Comment ne pas rapprocher le background de Terminator 4 à celui de matrix ? Sauf qu'ici Skynet ne mérite que le "A" d'Intelligence Artificielle. Mais puisqu'on nous annonce deux suites à ce film, donnons lui le bénéfice du doute. Pour ce qui est des performances des acteurs, Christian Bale y est beaucoup plus charismatique que dans son rôle de batman. La bonne surprise vient de Sam Worthington, acteur quasi inconnu du grand public et nageant entre flegme et désespoir quand il comprend ce qu'il est. 
Enfin, on aime beaucoup les créations artificielles de Martin Laing: les terminators motos, les T600 et les superterminators.

Terminator renaissance: Superterminator
Terminator renaissance: Superterminator

Au final c'est une demi réussite et le spectateur en a plein les yeux. Pour la suite, wait and see.

La conclusion de

Le premier volet de cette nouvelle trilogie laisse quelques doutes pour la suite. Les scènes d'action occupent les trois quarts de la durée du film. On s'éloigne de plus en plus du premier volet de James Cameron mais peut-être que le public s'y retrouvera.

Acheter Terminator Renaissance en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Terminator Renaissance sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Terminator

En savoir plus sur l'oeuvre Terminator