75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Spider-Man 2
Spider-Man 2 >

Critique du Film : Spider-Man 2

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 15 juillet 2004 à 1006

Spider-man 2 une deuxième toile d’enfer !

Beaucoup de comics sont parus depuis 1962. Sam Raimi ne manque pas de choix sur les aventures de Peter Parker. Pourtant ici, sa plus grande influence s’inspira de la période Stan Lee/ John Romita SR et en particulier à l’année 1967 avec le "Amazing Spider-Man n°50 : Spider-Man no more!"
Dès le générique on est plongé dans le film par des visuelles magnifiques remémorant l’intrigue du premier film et surtout nous rappelant qu’on entre bien dans l’univers du comics book, tout cela sous le thème composé par Danny Elfman. Je vais faire une petite parenthèse sur Elfman qui n’est pas ici à sa première expérience de musique de film inspiré de comics puisqu’on lui devait déjà le thème du 1er film, mais aussi : Hulk, Men in black, Mars Attack, Batman1 et 2 et le thème de la série Flash.
Le générique se termine, et comme dans le premier film, on retrouve une introduction de Peter Parker. Il explique, si besoin encore, que sa muse est la belle Marie Jane Watson, devenue, depuis le film précèdent, top model et actrice respectée de théâtre. En effet, 2 ans ont passé depuis l’intrigue du Bouffon vert, et Parker maîtrise parfaitement ses pouvoirs de super héros, mais depuis, il a aussi beaucoup gagné en ennuis : Problème avec M.J qui a un nouvel amour, problème de loyer, problème scolaire, son meilleur ami Harry Osborn lui en voulant de ne pas lui livrer Spidey, et pour finir sa tante qui risque d’être expulsé. Bonne séance ciné ! Je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire !
Sam Raimi, très connu des amateurs de série B (la trilogie Evil Dead, mais aussi le premier Darkman), n’a pas perdu de sa virtuosité, de son humour et de son sadisme. Sadisme, car le réalisateur s’acharne presque tout le long sur le pauvre Parker. Humour, car le film n’en manque pas et devient complètement jouissif avec les clins d’œil à la fois aux comics, comme à ses précédents films (Apparition divine de Bruce "Ash" Campbell entre autres). Et virtuosité, lorsque Peter Parker laisse place à Spider-Man, la caméra virevolte comme Spidey dans tout New York, de même qu’elle sait aussi atterrir pour suivre le parcours de Peter Parker.


Le film à l’inverse des grosses productions types du moment, n’essaie pas de jouer la surenchère à tout prix. Il n’y a pas tant d’actions dans ce Spider-Man, du moins pas plus que dans le premier. L’équilibre est tel que l’on ne s’ennuie jamais, au contraire, on ne décroche pas du fauteuil. Peter Parker n’affronte pas que le docteur Octopuss (joué par l’excellent Alfred Molina), mais se retrouve bien confronté à deux autres adversaires, ceux-là sont bien moins visibles et d’autant plus dangereux. Son premier adversaire c’est lui-même et ses conflits intérieurs. Le deuxième adversaire de Parker, est son meilleur ami, avide de vengeances ne désirant qu’une chose : la peau de Spider-Man. La force de Spider-Man 2 par rapport au premier est de creuser encore plus les personnages afin que le moment où il laisse place à l’action on ait vraiment l’impression d’être devant un super héros.
Certains pourraient reprocher au film de sombrer facilement dans le sentimentalisme, mais ici, c’est essentiel, à la fois pour le respect du comics, parce qu’il nous rappelle les grands films des années 80, et enfin parce que le film cherche à parler à celui qui est en nous et que nous essayons de cacher tous les jours dans notre quotidien. Et ça marche ! Et cela marche d’autant plus que tous les acteurs remplissent largement leur contrat et donnent réellement vie à la vision de Stan Lee (Mention A++ à James Franco (Harry) tout simplement magnifique dans sa prestation).

La conclusion de

Spider-Man 2 c’est l’amour du cinéma d’aventure retrouvé avec les moyens techniques d’aujourd’hui. Des personnages développés qui donnent vies à un classique du comics américain. Spidey2 c’est le cinéma de divertissement que l’on aimait dans les années 80, aux émotions naïves, mais à des personnages développés qui font croire à l’incroyable ! Grandiose

Acheter Spider-Man 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spider-Man 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Spider-Man

En savoir plus sur l'oeuvre Spider-Man