75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
La Riposte de l'homme-araignee >

Critique du Film : La Riposte de l'homme-araignee

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 5 octobre 2006 à 16:40

La riposte du Kitch !

Fan de Spider-Man, attention, voilà l’homme-araignée. En 1977 sort une série inspirée des aventures imaginées par Stan Lee. 13 épisodes pour être exacte. Le pilote est monté à part pour être présenté comme un téléfilm indépendant. Pour La Riposte de l’homme-araignée, il fut autre puisque ce dernier eut le droit à une sortie en salle. Pourtant, ce film n’est ni plus ni moins qu’un mélange de plusieurs épisodes de la série télé remontée pour la circonstance.
Tout commence lorsque le professeur de fac de Peter Parker apprend à leurs élèves qu’ils hébergent du plutonium pour conduire des expériences. Des élèves afin de prouver le danger que cela peut avoir décident de voler le plutonium. Bientôt, un groupe de gangsters jugent de saisir l’occasion…

SuperMa.... SuperSpidey ^^ et James Spidey !

Dès le générique, le film sent bon le Kitch ! Imaginez : L’affiche du film ‘zoomé’ petit à petit avec le casting s’affichant en grosses lettres grasses et jaunes. Il en suit une tentative de suicide hilarante ou le spectateur assiste aux exploits de l’homme-araignée pour la première fois. Dès lors, nous voyons courir Spider-Man dans une ruelle à la place de voler de toit en toit. Bien sûr, il monte sur des toits de temps à autre pour jeter des regards inutiles de droites à gauche et après un parcours sans queue ni tête, fini par intervenir et sauver la jeune femme voulant se suicider. Sa solution : ramper le long du mur, plutôt qu’utiliser le filin que nous avons l’habitude de voir dans les comics. Soyons clair cette vision de Spider-Man ressemble plus à un dérivé de l’homme qui valait trois milliards ou un super Jamie qu’à une aventure du tisseur. De plus finit le Peter Parker trouillard, celui de la série n’a pas peur de montrer qu’il est un grand journaliste et n’hésita pas à poursuivre les méchants au grand jour.
Kung-fu Spidey Vs The méchant!!

Vous verrez tout de même le sixième sens de l’araignée avec un léger arrêt sur image et les yeux qui clignotent par trois fois en rouge. Ou sinon il fera des grands sauts avec ralenti ou encore utilisera une petite corde pour attacher les méchants. Pas de super méchant au programme, mais des humains de pacotilles qui arrivent tout de même, à tenir tête a Spidey et cela, grâce à la maîtrise de ce cher Karaté. La classe, non ?
À la décharge du film, nous sommes loin du budget de Superman. Le film demeure une série des années 70 avec tout ce que cela représente : la coupe de cheveux typique de cette époque, les ralentis à usures, les arrêts sur image et une musique allant presque vers le disco. Quant à la mise en scène de Ron Satlof, elle est passe-partout et ressemble aux milliers de feuilletons de l’époque.
Il était une fois Spidey!!

Pourtant, je dois reconnaître que sous cet étalage de kitch, je ne me suis pas vraiment ennuyé. Au final, c’est mal foutu, sans personnalité, mais se suit comme j’aurais suivi un épisode de Steve Austin ou Jamie Summers. Sans le charisme des acteurs cependant, car, tout de même Lee Majors à largement plus de gueule que le fade Nicholas Hammond (Peter Parker).
Pour terminer, je me vois souligner la force des répliques, qui feront parfois sourire plus d’un spectateur du genre :
Mr White (le nom du méchant ^^) : Très intéressante ! Gale Hoffman (héroïne en Bikini) : Pourquoi m’a ton forcé à m’habiller comme ça ? Mr White : Pour 2 raisons. D'abord, j’adore les femmes en bikini ^^ ! Ensuite, je me sens bien plus tranquille si elles ne peuvent dissimuler d’armes sur elle !

24

Il y a 3 manières de voir ce film. La première : en ayant en mémoire les exploits de Spider-Man dans le comics et là, croyez-moi, vous allez pleurer. Ensuite, il y a la manière où vous vous dites que vous allez regarder un nanar et bien vous marrer ; dans ce cas, vous êtes pas loin de la vérité. Même s’il y a pire ou mieux dans le domaine. Puis la dernière façon, c’est regarder ça comme une série type des années 70, une façon qui permet presque d’apprécier cet ovni tiré d’une des meilleures créations de Stan Lee.

Critique de publiée le 5 octobre 2006.

Acheter La Riposte de l'homme-araignee en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Riposte de l'homme-araignee sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Spider-Man