75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Batman
Batman >

Critique du Film : Batman

Avis critique rédigé par Manu B. le samedi 4 février 2006 à 0309

Batman's world

Batman: Michael Keaton (Batman)
Batman: Michael Keaton (Batman)

Après le batman kitschissime des années 60. Voici Batman selon Tim Burton ! Batman est un personnage d'autant plus intéressant qu'il est bien différent des characters comme Superman, le héros qui possède moult pouvoirs surhumains qui lui confèrent un quasi invincibilité. De plus, Superman est plutôt beau gosse, et sa transformation est si incroyable qu'à l'aide collants et une cape, les gens ne reconnaissent pas en lui Clark Kent ! Trêve de moquerie pour superman et intéressons nous au personnage de Batman. Il fait partie des seuls (super)héros qui n'a aucun pouvoir à part peut-être une bonne constitution physique, mais rien de surnaturel. Sa force réside dans ses gadgets -ce que le Joker d'ailleurs lui envie dans la scène du restaurant-, des gadgets sophistiqués, allant jusqu'aux batmobile et batwing. Batman est un être humain, un être torturé, certes, mais un être humain. C'est un un homme déchiré depuis la mort de ses parents, très riche et élevé par son majordome Alfred, son père par substitution.
Batman: Jack Nicholson (Joker/Jack Napier)
Batman: Jack Nicholson (Joker/Jack Napier)

Pile ou face. Cette mort sous ses yeux a fait de Bruce Wayne/Batman, un homme où la schizophrénie fait sa force. quid, dans ce film de la raison pour laquelle il a choisi la chauve-souris comme représentant de sa deuxième personnalité, on ne le dit pas. Pour ce personnage, il fallait un acteur capable de jouer ces deux facette d'un même personnage: un homme gentil, réservé, introverti en tant que Bruce Wayne, et plutôt dur, brutal, même en tant que batman. Michael Keaton, en tant que Beetlejuice ne cadrait pas vraiment, et pourtant Tim Burton a vu en lui le parfait personnage ambivalent. C'est, à mon avis le meilleur acteur pour représenter la chauve-souris humaine. Il fait preuve d'une composition éblouissante dans ce rôle, campant un Bruce Wayne réservé et un batman aux traits durs, au regard de braise. Cette schizophrénie se retrouve dans son ennemie le Joker/Jack Napier, qu'interprète lui aussi avec un panache et un charisme fantastique l'excellent Jack Nicholson. Grimmé en tant que clown effrayant, il incarne le côté face de Batman, l'exacte contraire, extraverti, impulsif. Il est normal que ces deux côté d'une même pièce ait des points communs: Vicky Vale, tout d'abord, femme fatale que Kim Basinger incarne sans effort, au charme naturel et à la beauté manifeste. Vicky Vale sera elle aussi le sujet du combat intérieur de Wayne/Batman, puisqu'elle est sous le charme de Batman et Wayne. Cette lutte entre Batman et Wayne sera repris dans la suite Batman le défi, avec un Wayne/Batman épris de Catwoman/Selina, doù les combinaisons sont plus nombreuses. Et puis il y a cette notoriété, car ce Joker est avide de pouvoir et de célébrité, lui qui est longtemps resté dans l'ombre de Knox. Et Batman lui vole la vedette. IL n'est pas étonnant que ces deux personnages soient intimement liés puisque Napier a fait Batman et Batman a fait le Joker. La schizophrénie est le thème majeur du comics de Bob Kane repris avec brio dans les films (de Tim Burton, du moins) avec Two-face, le Joker, Batman, catwoman, le pinguin, the riddler et tous ces personnages de la police ou politiques véreux donc jouant sur deux tableaux.
Batman: Jack Nicholson (Joker/Jack Napier)
Batman: Jack Nicholson (Joker/Jack Napier)

La vision de Burton. Ce qui m'a fasciné est ce décor magnifique, un mélange des années 30, un chicago "Al Caponien", avec des costumes très période prohibition. Des costumes encore une fois sur le thème de l'ambivalence avec un batman noir, sombre, froid et ce joker aux couleurs plutôt chatoyantes dont le pourpre. Cette ville à l'époque avait couvert des hectares sur les studios, se situe dans un genre d'inspiration gothique, et peut-être un peu steampunk. Les cheminées crachant leur fumée, le brouillard rasant sont quasi omniprésents et donnent cette atmosphère étrange, cosy mais froide, les couleurs bleues et noires étant prédominantes. Les décors ont d'ailleurs été récompensés par un oscar.
Batman: Michael Keaton (Batman) et Kim Bassinger (Vicky Vale)
Batman: Michael Keaton (Batman/Bruce Wayne) et Kim Bassinger (Vicky Vale)

La conclusion de

Tim Burton a une vision de Gotham city qui m'a beaucoup plu. La composition de Michael Keaton et Jack Nicholson redore l'adaptation au cinéma du comic de Bob Kane.

Acheter Batman en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Batman sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Batman

En savoir plus sur l'oeuvre Batman