75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Batman: Arkham City
Batman: Arkham City >

Critique du Jeu Vidéo : Batman: Arkham City

Avis critique rédigé par Sylvain T. le samedi 19 novembre 2011 à 0515

Etrange, vous avez dit étrange ?

Après un premier épisode salué par la critique qui a relancé la carrière du chevalier noir dans le monde du jeu vidéo, Rocksteady tente le tout pour le tout en proposant une suite que l’on espère à la hauteur de son prédécesseur. Verdict.

Après avoir passé quelques heures à botter les fesses de ses différents ennemis présents dans l’asile d’Arkham, Batman est de retour dans une nouvelle aventure qui va cette fois-ci l’entrainer dans les sombres rues de la ville pénitentiaire où le Docteur Strange a décidé de faire une petite fête. Il a eu la bonne idée de vous inviter… contre votre gré. Mais une fois que vous vous êtes tiré de ce bourbier pour le moins étonnant, vous vous retrouvez face à vous-même, et à d’autres ennemis qui n’hésiteront pas à essayer de vous réduire en pièces.

Pour imposer de nouveau le renouveau opéré sur la licence il y a deux ans, Rocksteady n’a pas tellement revu les fondations de son titre. Dans cette suite, peu de gros changement du côté du gameplay et les fans de la première heure ne devraient pas sentir de grosse différence. Quoi qu’il en soit, cela n’empêche pas d’avoir accès quelques petites évolutions évidemment très utiles. On découvre notamment la présence de pas mal de nouveaux objets faisant office d’armes et surtout des combos inédits qui offre au système de combat une vraie maturité rendant les mouvements de Batman encore plus réaliste, et les affrontements plus imprévisibles, car basés sur votre façon de parer les attaques. Il est également possible désormais de détruire les armes pour éviter de se prendre un ou deux couteaux dans le bide. Le fait est également que l’on ne contrôle plus uniquement Batman. Si ses apparitions sont rares et que les phases jouables le sont tout autant, la très sexy Catwoman fait toutefois une incursion remarquée dans Batman: Arkham City.

Sa présence n’est toutefois pas exempte de défaut et montre bien la problématique de ce nouvel épisode. La jeune héroïne n’apparait que dans de courts moments ce qui ne brise pas totalement la monotonie qui peut apparaitre dans ce nouvel épisode. Car contrairement à Batman : Arkham Asylum qui offrait une aventure certes dirigiste, mais très portée sur le scénario, cette suite est bien plus permissive avec un monde ouvert qui ne fait plus la part belle aux petites zones scénarisées. Évidemment, c’est un mal pour un bien, car la durée de vie s’en ressent très franchement. La ville regorge de petits objectifs et de défis à accomplir en parallèle d’un scénario maitrisé de bout en bout - quoique moins sombre, qui offre aux fans du chevalier noir un jeu à la hauteur de leurs attentes… une nouvelle fois. Et l’apparition d’une partie supplémentaire avec tous ses attributs une fois que l’on a terminé le jeu une première fois est bienvenue pour découvrir tous les succès/trophées.

Et que dire des graphismes et de l’univers parfaitement mis en scène par le studio londonien ? Difficile de ne pas rester ébahi devant les talents des développeurs lorsqu’il s’agit de rendre le moteur de Gears of War (l’Unreal Engine 3) plus splendide encore. On notera cependant que comme tous les jeux utilisant l’UE3, les couleurs paraissent parfois criardes et l’aliasing est particulièrement présent sur consoles et ce, en dépit d’un champ de vision tout bonnement impressionnant. Le tout se voit en tout cas complété par une bande-son composée par le duo Nick Arundel et Ron Fish avec une mention spéciale sur le Main Theme.

La conclusion de

Batman: Arkham City est l’archétype même de la suite qu’il faut absolument faire afin de pleinement satisfait les fans. Pas pour autant exempte de défauts notamment provoqués par son monde ouvert, cette nouvelle prouesse de Rocksteady est à ranger du côté des jeux qui comptent sur console en cette fin d’année particulièrement chargée. Épatant.

Acheter Batman: Arkham City en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Batman: Arkham City sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Batman

En savoir plus sur l'oeuvre Batman