75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Alien 3
Alien 3 >

Critique du Film : Alien 3

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 2 novembre 2005 à 0129

Le premier succès de David Fincher

Ripley a réussi a se tirer des griffes de la reine des aliens, sur la planète infestée sur laquelle elle et le commando d'élite avaient atterri en vue de libérer la colonie. Mais de ce groupe n'ont survécu qu'une poignée de personnes: Ripley, Newt, le caporal Hicks et l'androïde Bishop. Suite à une alerte qui interrompt le voyage de retour, la navette est déviée vers la planète la plus proche. Il s'agit d'une planète prison autogérée par les pires criminels de la Terre. Les naufragés sont éveillés de leur caisson de cryoconservation, et malheureusement pour Ripley, elle est la seule à avoir survécu au procédé...

Alien 3: Ripley (Sigourney Weaver) et Clemens (Charles Dance)
Alien 3: Ripley (Sigourney Weaver) et Clemens (Charles Dance)

David Fincher. Autant le dire tout de suite, j'aime beaucoup le travail de ce réalisateur. Seven avait été une bonne claque, autant visuelle que scénaristique, fight club une très bonne adaptation du roman de Chuck Palahniuk et puis le bon thriller the game, autant de maîtrise qu'il a acquis pendant ses quatre années chez ILM, alliée à son talent innée. C'est à 29 ans seulement qu'il a réalisé Alien 3, et il n'a, à l'époque, pas pu exprimé toute sa palette dans ce film, un peu bridé par les producteurs.

Alien 3: l'hôte est un chien.
Alien 3: l'hôte est un chien.
L'esprit. J'ai trouvé que Fincher revenait à l'esprit initial de Alien. A la base, c'est un film où la peur de tomber sur la créature ajoute à ce huis-clot une tension inégalable à cette saga. Dans le précédent volet, James cameron avait voulu donner un ton plus "action", voire doom-like, et, pour moi, s'écartait à 180° du premier volet. David Fincher nous remet dans la ligne avec la présence d'un seul alien, qui peut se trouver un peu n'importe où, dans cette prison à l'écart de tout, et autogérée. Alien 3 apporte aussi un côté mystique avec la foi que se sont forgés ces criminels, pour pouvoir tenir. La BO, de ce fait, donne le ton. On a parfois l'impression que la chasse se fait dans un temple et que les meurtres sont des sacrifices.

Alien 3: la chasse commence
Alien 3: la chasse commence
L'alien, dans ces dédales quasi interminables, est adapté à la vitesse. Il est d'ailleurs magnifique, car issu d'un chien, il est racé, très rapide. Les effets de vitesse sont d'ailleurs impressionnants, avec des images comme embarquées à l'épaule de la créature.
Alien 3: Ripley (Sigourney Weaver) et Dillon (Charles S. Dutton)
Alien 3: Ripley (Sigourney Weaver) et Dillon (Charles S. Dutton)

Le décor, le côté huis-clot comme dans un temple, les prises de vue dans les couloirs et une Sigourney Weaver qui ressemble moins à Rambo, comme dans le 2, tout cela fait un savant mélange.

La conclusion de

C'est clairement mon préféré de la série des aliens, une atmosphère déjà présente dans le premier volet, avec un zest de mystique.

Acheter Alien 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alien 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Alien

En savoir plus sur l'oeuvre Alien