75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Prometheus [2012], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le jeudi 7 juin 2012 à 14h12

Un spectacle bancal...

Après avoir été malmenée par deux Aliens Versus Predator de bien triste mémoire, la saga Alien revient au cinéma presque trente cinq ans après sa naissance sous la houlette de son créateur. Ridley Scott, trente ans après Blade Runner et une filmographie pour le moins bancale, revient au genre qui a fait son succès et sa renommée : la science-fiction. Excellente nouvelle, et ce d'autant plus que ce qui devait être un préquel à Alien - Le huitième passager est finalement devenu un film dérivé se déroulant dans le même univers. Points communs entre Prometheus et son ainé : les Space Jockeys, aperçus au début du premier Alien, ainsi que la Weyland-Yutoni, compagnie phare dont la perfidie a traversé les trois premiers longs-métrages de la saga. Un programme réjouissant, en somme, point de départ de ce qui est annoncé comme une nouvelle saga ambitieuse, mais qui s'apparente au final bien malheureusement à un pétard mouillé.

Prometheus se trouve en effet en tout point plombé par un scénario franchement moisi. Difficile de dire s'il s'agit là uniquement d'un soucis d'écriture (ce qui est probable vu le pédigrée des deux scénaristes) ou si le montage à la pelleteuse a accentué tous les défauts structurels, mais force est de constater que le film ne raconte au final pas grand chose. Sur la forme, on est à mi-chemin entre l'aventure teintée de mysticisme (dans la première partie) et le film de monstres (par la suite), sans jamais que les deux parviennent à se marrier harmonieusement. Ainsi, si le début du film se base sur une histoire bien indépendante de celle d'Alien (comme cela était annoncé), la suite ne peut s'empêcher de faire des références pas très pertinentes à ses prédecesseurs via l'utilisation d'un bestiaire à la fois pas très inspiré (la bite de l'espace, notamment, est plus ridicule qu'effrayante) et trop proche de leur somptueux modèle (mais sans bénéficier du talent de Giger).

Les divers raccourcis et autres grosses facilités scénaristiques renforcent cette impression de ratage. En effet, Prometheus semble aligner les séquences sans se soucier d'une cohérence globale, comme autant de passages obligés pour satisfaire un cahier des charges qui serait trop conséquent pour tenir en seulement deux petites heures. Ainsi, si le flm s'appuie sur des thématiques assez intéressantes, il ne parvient pas à les traiter de manière convaincante (ne trouvant de réceptacle convaincant que dans les actions et interrogations du personnage de David), se devant d'enchainer les séquences plus grand-public, mal amenées et finalement peu intéressantes. En somme, si Prometheus s'appuie à la base sur de bonnes idées, il ne parvient jamais à trouver de traitement convaincant et souffre au final du syndrôme "soufflet", cherchant à être un spectacle intelligent et pertinent, mais s'avérant au final très creux du fait qu'il ne raconte rien et ne va jamais au bout de ses prétentions.

La chose est d'autant plus vraie que le scénario, qui se veut ouvert et propice à la réflexion (aucune vérité n'y est annoncée, seulement des suppositions et des théories), s'avère également sur-explicatif sur nombre d'autres aspects. Ainsi, au cas où on n'aurait pas bien compris la nature robotique de David dans les premières séquences, on en remet une couche afin de clairement signifier ce qu'il est dans un monologue assez poussif ; dans le même ordre d'idée, la relation liant les personnages de Vickers et de Weyland est sursignifié au cours d'une scène, juste au cas où on n'aurait pas bien saisi les nombreuses - et peu subtiles - allusions dans les séquences précédentes. Et ce ne sont là que deux exemples parmi de nombreux autres. Une fois encore, Prometheus a le cul entre deux chaise, tentant de jouer sur l'intelligence des spectateurs sans pouvoir s'empêcher de les prendre pour de parfaits abrutis incapables de comprendre un sous-texte pourtant très simple.

Ce sentiment se trouve renforcé par une galerie de personnage tous plus inintéressants les uns que les autres. Exception faite du personnage de David (qui bénéficie, de plus, du talent et du charisme de Michael Fassbender), nous avons ici à faire à des personnages stéréotypés qui ne parviennent jamais à sortir des archétypes dans lesquels ils sont enfermés. Il faut ainsi parfois se pincer devant l'ineptie des dialogues, des échanges et des réactions de cette équipe, pourtant constituée de scientifiques que l'on imaginait nettement plus fins (le fait qu'ils enlèvent systématiquement leurs combinaisons alors qu'ils se pensent en situation de contamination est un grand moment de n'importe quoi) ou de militaires que l'on pensait bien plus futés (qui vont, par exemple, bêtement à la recherche de leurs coéquipiers disparus sans jamais penser à visionner les vidéos enregistrées). Dommage, car le casting s'avère quant à lui plus que correct, et ce même dans cet exercice difficile.

Niveau mise en scène, rien de très réjouissant à l'horizon ; on aura ainsi connu Ridley Scott bien plus inspiré, Prometheus souffrant d'une réalisation terne sur de nombreux aspects. Certes, Scott sait filmer de belles images (c'est indéniable), et l'esthétique générale du film s'avère assez sympathique, mais on est loin d'être en face d'un travail réellement abouti. Là encore, difficile de dire s'il s'agit de réelles erreurs ou si le travail du réalisateur a été saboté par un montage destructeur (on imagine aisément que la première version devait durer bien plus longtemps et qu'il a fallu couper pour que tout puisse tenir en deux petites heures), mais au final, force est de constater que Prometheus souffre d'une qualité qui s'amenuise petit à petit, commençant plutôt bien avant de s'enfoncer dans les méandres de la médiocrité (notamment lors de toute la séquence finale), les divers effets de styles ne faisant que renforcer les nombreuses faiblesses du script.

Ainsi, si la scène de la césarienne fait clairement son petit effet en terme d'efficacité cinématographique, elle amène par la suite à nombre de situations rocambolesque qui mettent à mal ce qui pouvait rester de la crédibilité du film (piquer un sprint avec des sutures toutes fraiches ? Pas de soucis !). Dans le même ordre d'idée, outre le fait de mettre en boite quelques séquences chocs destinées à justifer d'un budget conséquent, on peut se demander quel est l'intérêt d'éjecter un personnage et son "canot de sauvetage" séparément. On pourra enfin pester contre le fait que le seul Ingénieur présent dans Prometheus s'apparente simplement à un gros bourrin uniquement destiné à faire accélerer les choses pour arriver au plus vite au dénouement du film. Globalement, Ridley Scott a donc sacrifié la cohérence globale de son film pour faire des belles scènes, le rendant de fait sacrément crétin dans sa forme.

Et que dire des nombreuses incohérences et autres faux-raccords qui plombent le film, là encore témoin de coupes drastiques ? Il y a certes quelques soucis de partis pris très discutables (pourquoi mettre des portes automatique si c'est pour les laisser entrouvertes afin de s'offrir le luxe d'un ou deux beaux plans de caméra ? Pourquoi prendre un acteur jeune si c'est pour le grimer en vieux, qui plus est avec un maquillage bien peu crédible ?), mais on notera surtout des erreurs de scripts parfois monumentales (à l'image de l'Ingénieur, lors de la séquence finale, qui a finalement du rapetisser pour réussir à circuler dans la navette de secours sans se pencher et passer entre des portes à dimension humaine) ou des situations rendues peu crédibles du fait de la réalisation (comment les scientifiques peuvent-ils se perdre alors même que les divers plans ne montrent que des lignes droites ? Mais où sont passés tous les autres membres d'équipages ?)

La conclusion de à propos du Film : Prometheus [2012]

Vincent L.
40

Trente ans après Blade Runner, Ridley Scott revient au registre qui a lui a offert reconnaissance et renommée pour nous offrir une fable aussi creuse que boursouflée d'importance. Non pas que le film n'ait rien à dire, ni que son parti pris soit forcément criticable, mais son scénario s'avère lacunaire sur tellement de points qu'il parvient à annihiler toutes les bonnes intentions que l'on peut percevoir par ci par là. Au final, Prometheus s'apparente donc à un ratage structurellement trop faible pour pouvoir rivaliser avec ses ainés. Une déception en somme.

Que faut-il en retenir ?

  • Un casting qui tient la route,
  • Le personnage de David,
  • Quelques séquences efficaces,
  • Un parti pris général différent de celui d'Alien.

Que faut-il oublier ?

  • Une histoire creuse,
  • Beaucoup de faiblesses scénaristiques,
  • Des personnages sans intérêt,
  • Des incohérences à la pelle,
  • Une réalisation pas très inspirée,
  • Sombre parfois dans le ridicule.

Acheter le Film Prometheus en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Prometheus sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Alien

  • Voir la critique de Alien : Covenant [#2 - 2017] : La grande vadrouille...
    35

    Alien : Covenant [#2 - 2017] Critique du film par Vincent L.

    La grande vadrouille... : Ce nouvel opus d'Alien est un ratage presque navrant, qui ne tire ses quelques qualités que d'un budget confortable qui lui p…
    Temps de lecture : 9 mn 32

  • Voir la critique de Alien - Le Huitième Passager : Alien Reborn
    80

    Alien - Le Huitième Passager Critique du comics par Nicolas L.

    Alien Reborn : S’il est indéniablement plus un objet de collection qu’autre chose, Alien, le huitième passager est apte à intéresser toutes les c…
    Temps de lecture : 3 mn 54

  • Voir la critique de Prometheus : Ridley Scott face à ses promesses.
    80

    Prometheus Critique du film par Richard B.

    Ridley Scott face à ses promesses. : De toute évidence, il est très dur de porter un avis définitif sur Prometheus, le film est bien trop riche scénaristiquement et vi…
    Temps de lecture : 9 mn 36

  • Voir la critique de Aliens Salvation - La rédemption : Le créateur de Hellboy rencontre les Aliens !
    75

    Aliens Salvation - La rédemption Critique de la bande dessinée par Richard B.

    Le créateur de Hellboy rencontre les Aliens ! : Aliens Salvation est un comics réalisé par deux des plus grands du genre. Forcément celui-ci est d’une efficacité redoutable. Entr…
    Temps de lecture : 2 mn 48

  • Voir la critique de Alien, Ost : Alien
    90

    Alien, Ost Critique du musique par Manu B.

    Alien : Cette bande originale reste une grande réussite de Jerry Goldsmith, à ne pas écouter seul le soir dans une maison isolée au bord d…
    Temps de lecture : 1 mn 37

  • Voir la critique de Alien la Résurrection : Et de 4 !
    80

    Alien la Résurrection Critique du film par Manu B.

    Et de 4 ! : Un bon film qui finit la saga Alien de façon mitigée.
    Temps de lecture : 3 mn 44

  • Voir la critique de Alien 3 : Le premier succès de David Fincher
    90

    Alien 3 Critique du film par Manu B.

    Le premier succès de David Fincher : C'est clairement mon préféré de la série des aliens, une atmosphère déjà présente dans le premier volet, avec un zest de mystique.
    Temps de lecture : 2 mn 52

  • Voir la critique de Aliens, le retour : Le retour
    80

    Aliens, le retour Critique du film par Manu B.

    Le retour : Ce volet des Aliens est celui que j'aime le moins, malgré une Weaver survoltée, des aliens plus dangereux que jamais, mais trop no…
    Temps de lecture : 1 mn 46

  • Voir la critique de Alien : la version inédite : Le huitième passager
    85

    Alien : la version inédite Critique du film par Manu B.

    Le huitième passager : Un bon film à l'origine qui n'a pas été trop dénaturé par son relooking.
    Temps de lecture : 3 mn 7

  • Voir la critique de Alien 3 : Un grand film sous-estimé
    85

    Alien 3 Critique du film par Nicolas L.

    Un grand film sous-estimé : Alien3 est un film magnifiquement sombre mais rempli d’espoir. Largement sous-estimé à sa sortie, car le public s’attendait à un f…
    Temps de lecture : 3 mn 25

  • Voir la critique de Aliens, le retour : Une certaine évolution de la mythologie
    84

    Aliens, le retour Critique du film par Nicolas L.

    Une certaine évolution de la mythologie : Evolution spectaculaire du précédent opus, Aliens, le retour, est un excellent film d’aventure doté de bonnes séquences de suspens…
    Temps de lecture : 8 mn 10

  • Voir la critique de Alien : Un très grand moment de cinéma
    100

    Alien Critique du film par Nicolas L.

    Un très grand moment de cinéma : Alien, le huitième passager, est une véritable leçon de cinéma, assurément le chef d’œuvre d’un Ridley Scott au sommet de son art,…
    Temps de lecture : 5 mn 40

  • Voir la critique de Alien 3 : Une ambiance trouble
    80

    Alien 3 Avis sur le film par Christophe B.

    Une ambiance trouble : "Alien 3 est un film sur la rédemption, le sacrifice de soi pour la sauvegarde de l'humanité" David Fincher "Alien 3" est un fi…
    Temps de lecture : 3 mn 17

  • Voir la critique de Aliens, le retour : Un vrai film de guerre
    99

    Aliens, le retour Critique du film par Christophe B.

    Un vrai film de guerre : Finalement, avec son budget de 18M de $, CAMERON nous propose un film de guerre avec beaucoup d'action, de rapports humains et d'e…
    Temps de lecture : 4 mn 2

  • Voir la critique de Alien : Un film d'épouvante dans l'espace
    99

    Alien Critique du film par Christophe B.

    Un film d'épouvante dans l'espace : Admirablement inspiré, Ridley SCOTT nous offre une des œuvres les plus parfaite dont puisse se targuer le cinéma de science fictio…
    Temps de lecture : 1 mn 38

  • Voir la critique de Alien : la version inédite : La version inédite, seulement au cinéma
    88

    Alien : la version inédite Avis sur le film par David Q.

    La version inédite, seulement au cinéma : La version Inédite d'Alien vont permettre à ceux qui ne l'ont pas vu au cinéma de profiter du grand écran. Cette version n'apporte…
    Temps de lecture : 41 s

  • Voir la critique de Alien : la version inédite : Alien le retour du premier.
    90

    Alien : la version inédite Critique du film par Richard B.

    Alien le retour du premier. : ...Alien est donc une œuvre à part, qui même avec plus de 20 ans d'existence ne vieillit pas, ce film restera à tous jamais un cla…
    Temps de lecture : 3 mn 4

  • Voir la critique de Alien la Résurrection : French horror show
    95

    Alien la Résurrection Avis sur le film par Gil P.

    French horror show : Jeunet au meilleur de sa forme, cela donne un bijou à peine entaché par le rôle trop présent de Sigourney (productrice envahissant…
    Temps de lecture : 10 s

  • Voir la critique de Aliens, le retour : Aliens by Wedge3d
    91

    Aliens, le retour Avis sur le film par David Q.

    Aliens by Wedge3d : Après l’appel de détresse d’une base ayant peut être été attaquée par des Alien, on envoi des Space Marines nettoyer tout ça. Plus…
    Temps de lecture : 1 mn 22

  • Voir la critique de Alien : Dans l'espace, personne ne vous entend crier
    90

    Alien Avis sur le film par Gil P.

    Dans l'espace, personne ne vous entend crier : ...Par contre dans le ciné ou devant votre télé, le voisin lui... Summum du film de monstre de l'espace en 1979, Alien reste un…
    Temps de lecture : 13 s

  • Voir la critique de Alien : Dans la salle tous le monde vous enttendra crier !
    90

    Alien Critique du film par Richard B.

    Dans la salle tous le monde vous enttendra crier ! : La petite bête deviendra grande dans le film et dans la réalité aussi... En effet Scott réalise déjà bien avant Blade Runner …
    Temps de lecture : 25 s

  • Voir la critique de Alien : Dans l’espace, personne ne vous entend crier
    88

    Alien Avis sur le film par David Q.

    Dans l’espace, personne ne vous entend crier : Effectivement, cette phrase résume bien Alien. Après une longue introduction qui amène les gens du Nostromo à ramener des Aliens …
    Temps de lecture : 59 s

  • Voir la critique de Alien la Résurrection : Alien 4 by Wedge3D
    88

    Alien la Résurrection Avis sur le film par David Q.

    Alien 4 by Wedge3D : Les gouvernements, toujours à la recherche de nouvelles armes, étudient quelques Aliens en captivité. Dès que le spectateur voit ç…
    Temps de lecture : 51 s

  • Voir la critique de Alien 3 : l'avènement
    85

    Alien 3 Avis sur le film par Gil P.

    l'avènement : Après Ridley Scott et James Cameron, c'est au newcomer David Fincher de nous livrer sa vision du mythe : rouge-jaune comme le méta…
    Temps de lecture : 15 s

  • Voir la critique de Aliens, le retour : Here we come again
    80

    Aliens, le retour Avis sur le film par Gil P.

    Here we come again : En dépit de sa coiffure au début de cet épisode, Sigourney nous fait rêver une deuxième fois... Dans un scénario certe facile mais…
    Temps de lecture : 11 s

  • Voir la critique de Alien 3 : Alien3 by Wedge3D
    80

    Alien 3 Avis sur le film par David Q.

    Alien3 by Wedge3D : Un peu moins fort que les deux premiers, ce troisième volet déçoit un peu en baissant d’un cran dans la qualité de la saga. Certes…
    Temps de lecture : 1 mn 3