75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Alien 3
Alien 3 >

Critique du Film : Alien 3

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 6 septembre 2005 à 1115

Un grand film sous-estimé

Le deuxième volet s’achevait par la destruction de la planète des aliens, par la mort de la reine, et pour finir par la fuite de Ripley, Rebecca et du caporal Hicks. Trois personnages, deux de trop, semble penser David Fincher, qui met dés le début hors jeu la petite fille et l’homme. Il gomme ainsi cette sorte de famille improvisée, ce soutien émotionnel fort, qui aurait été un obstacle sur le chemin de croix de Ripley.
Ainsi, la survivante, après l’alerte sur le vaisseau et l’éjection dans la navette de secours, suivi d’un violent atterrissage, est le seul témoin des évènements d’Acheron. Du moins, c’est ce qu’elle pense au préalable, avant de se rendre compte qu’elle bénéficie en fait d’un garde du corps impitoyable. Elle est la Gardienne d’un horrible secret et elle en est aussi l’agent infectieux, cependant, par opposition, on peut voir en elle le Sauveur. Ce rôle messianique, elle refusera jusqu’à la fin mais elle l’effectuera de manière inconsciente.
L’arrivée dans la planète prison est plongée dans une atmosphère sombre, humide et crasseuse, un peu comme les coursives du Nostromo. Seuls le réfectoire et l’infirmerie sont baignés d’une lumière rassurante, et pourtant, la créature n’hésitera pas à pénétrer dans ces sanctuaires de lumière, nous surprenant dans nos convictions. Et cela à deux occasions, la première fois afin de se débarrasser d’un lien affectif que Ripley était en train de se construire avec Clemens, le docteur. La deuxième fois, par le toit du réfectoire, dans ce lieu ou en général c’est les hommes qui se nourrissent d’autres espèces et non pas l’inverse, marquant par là sa présence et son autorité
Une autorité que les occupants des lieux, des détenus délaissés encadrés par quelques gardiens stupides ou désabusés, avait oublié depuis longtemps. Avec la prise de pouvoir de l’alien, la prison possède à nouveau un geôlier, et un exécuteur. Mais c’est compter sans la force de caractère de Ripley qui, malgré la connaissance de sa ‘’grossesse’’ contre-nature, va réussir à animer le soupçon d’humanité et de désir de vivre qui habite les résidents de ce lieu oublié, antichambre de la mort.
La mise en place du piège mortel peut sembler pour l’héroïne, mère porteuse d’un monstre, comme une sorte de revanche sur les massacres du Nostromo et d’Acheron, mais c’est en fait plus une réaction de rejet contre cette partie monstrueuse qui est en elle, par un grand cri d’humanité. Et de haine.
Les vivants vont finalement réussir à l’emporter sur la Mort, non sans quelques sacrifices, et retrouver une place dans le monde de Dieu. Quand à leur messie, il met fin à sa malédiction lors d’un ultime sacrifice purificateur, semblable à une véritable crucifixion, et parvient à délivrer l’univers du Mal en l’entraînant avec lui dans les limbes.
Dérangeant et bizarre, à des lustres des débauches d’effets spéciaux du film de James Cameron, Alien3 est peut-être le film le moins apprécié de la mythologie. Il en est pourtant un des plus intéressants, et le plus réfléchi. Filmé de manière sobre par un David Fincher inspiré, le film part ensuite dans la démesure lors de la chasse finale, puis dans le christique avec la séquence de fermeture. Le personnage de Ripley, magnifiquement interprété par Sigourney Weaver, prend encore plus d’importance et devient LE principal centre d’intérêt de l’histoire, dans le rôle d’une mère qui sait qu’elle va accoucher d’un monstre.

La conclusion de

Alien3 est un film magnifiquement sombre mais rempli d’espoir. Largement sous-estimé à sa sortie, car le public s’attendait à un film d’action, il mérite d’être revisité sous un autre angle, non plus sous celui d’un simple film d’horreur (ce qu’il est néanmoins) mais comme l’on observerait une œuvre d’art… un tableau représentant l’Apocalypse

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario riche en messages
  • Sigourney Weaver
  • La propreté de la réalisation
  • L’ambiance lourde et pesante

Que faut-il oublier ?

  • On pourra y trouver quelques longueurs

Acheter Alien 3 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Alien 3 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Alien

En savoir plus sur l'oeuvre Alien