75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

BIFFF 2015 : Notre avis sur Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno de Keishi Ohtomo

Publié il y a 1 an par Richard B.

BIFFF 2015 : Notre avis sur Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno de Keishi Ohtomo : Un vagabond repenti contre des ninjas assassins

Un vagabond repenti contre des ninjas assassins

L'avis de Richard B sur Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno

Après de la science-fiction avec Infini, changeons de registre pour nous intéresser au registre de l'épique et de l'aventure avec la suite très attendu du très bon Rurouni Kenshin. Et pour rappel, au cas où, il s'agit ici d'une adaptation live d'un célèbre manga.

Après avoir été un redoutable tueur, Kenshin a décidé de renoncer à ses instincts meurtriers tout en espérant voir le règne d'un nouveau gouvernement propice à une nouvelle ère de bonheur et de justice. Afin de s'assurer de sa promesse, il fit inverser sa lame. Cependant la vie n'étant pas toute rose, Kenshin doit user de temps à autre de son art du combat pour rappeler à l'ordre quelques personnes voulant faire le mal ou souhaitant renverser un gouvernement encore un peu trop jeune pour se révéler totalement stable. Ici c'est un certain Shishio qui a quelques idées de grandeurs et se verrait bien monter une ère dans laquelle seuls les plus forts auraient le droit d'exister. Sans compter que Shishio possède quelques rancunes au sujet de ce nouveau gouvernement qui a tenté de le faire assassiner après qu'il ait pourtant combattu en son nom. En effet, celui-ci le trouvait un peu trop violent et ingérable pour une ère sensée être plus pacifiste.

Kenshin

A la façon d'un Harry Potter, Hunger Games ou un Twilight – pour autant c'est bien meilleur que les 3 franchises citées – ou même remontant aux origines d'une franchise autrement plus savoureuse comme Retour vers le futur qui pour le coup est une véritable trilogie, la deuxième et troisième aventure cinématographique de Kenshin feront office d'une histoire complète. Attendez-vous donc ici à un chapitre vous laissant sur un cliffhanger vous laissant impatient de découvrir le prochain film.

En gros comme vous avez déjà dû le deviner à travers nos premières lignes, nous sommes emballé par Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno qui offre des chorégraphies et des morceaux de bravoure capables de vous exciter comme un gosse. Sur ce point encore plus que le premier. Si vous aimez les combats de samouraï (même de Ninja au passage), vous serrez servi ! Alors, oui certain pourront trouver que le film abuse un peu trop de la dramaturgie, que les bons sentiments pleuvent un peu trop, mais à notre goût cela rend le film que plus noble, épique, chevaleresque.

Bon d'accord, si on peut reprocher quelque chose à ce volet c'est que ce dernier vienne à repomper quelques situations au premier film. Le méchant a donc les ambitions de vouloir renverser le gouvernement, Kenshin ne veut toujours pas tuer au combat et ses adversaires rêvent de le voir ne pas tenir sa promesse quitte à mourir de sa main. Sans compter qu'une fois de plus Kaoru Kamiya (Emi Takei), une jeune fille ayant le béguin pour notre héros et prête à risquer sa vie pour lui ou pour qu'il tienne à ses engagements, se retrouvera une fois de plus prise en otage. Pour autant, cette suite propose assez de nouveaux éléments et développe assez de personnages pour enrichir la mythologie et donner une impression d'une suite cohérente et surtout respectant globalement l'oeuvre originale.

Puis visuellement, Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno ne démérite pas de ce que nous avons vu sur le premier film, la gestion de la lumière est remarquable et les décors complètement dépaysants. Bref, c'est beau, les yeux sont émerveillés tout du long !

Les autres compte rendus du BIFFF du dimanche 19 avril 2015
Compte rendu final du festival, le palmarès du BIFFF 2015 et Big Game

Les autres compte rendus du BIFFF du samedi 18 avril 2015
Stung de Benni Diez
Goodnight Mommy de Severin Fiala et Veronica Franz

Les autres compte rendus du BIFFF du vendredi 17 avril 2015
Viy d'Oleg Stepchenko
The Midnight After de Fruit Chan

Les autres compte rendus du BIFFF du jeudi 16 avril 2015
Another Frontier d'André Cruz
Roaring Currents de Kim Han-Min

Les autres compte rendus du BIFFF du mercredi 15 avril 2015
The Taking of the Tiger Mountain de Tsui Hark
The Hollow de Ham Tran
The Great Hypnotist de Leste Chen
Hellmouth de John Geddes

Les autres compte rendus du BIFFF du mardi 14 avril 2015
El Ardor de Pablo Fendrik
German Angst
Born to Die d'Andres Borghi

Les autres compte rendus du BIFFF du lundi 13 avril 2015
The Target de Chang
Greatful Dead d'Eiji Uchida
Dead Lands de Toa Fraser
Charlie's Farm de Chris Sun

Les autres compte rendus du BIFFF du dimanche 12 avril 2015
Lupin III de Ryuhei Kitamura
Rurouni Kenshin : The Legend Ends de Keishi Ohtomo
Frankenstein de Bernard Rose

The Ninja War of Torakage de Yoshihiro Nishimura
Monsterz d'Hideo Nakata

Les autres compte rendus du BIFFF pour samedi 11 avril 2015
Everly et le reste de la "Night"
Infini de Shane Abbess
Rurouni Kenshin : Kyoto Inferno de Keishi Ohtomo
Robot Overlords de Jon Wright

Les autres compte rendus du BIFFF pour vendredi 10 avril 2015
The Ignorance of Blood, Turbo Kid, III, Ninja Eliminator 4 et The Cobbler

Les autres compte rendus du BIFFF pour jeudi 9 avril 2015
The Babadook, Haemoo, Automata et At the Devil's Door

Les autres compte rendus du BIFFF pour mardi 7 et mercredi 8 avril 2015
Open Windows et Spring

 

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de la science-fiction en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »