75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Salut, et encore merci pour le poisson
Salut, et encore merci pour le poisson >

Critique du Roman : Salut, et encore merci pour le poisson

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 28 mars 2011 à 1028

Un petit coup de mou

"Tout là-bas, au fin fond des tréfonds inexplorés et mal famés du bout du bras occidental de la Galaxie, traîne un petit soleil jaunâtre et minable.
En orbite autour de celui-ci, à la distance approximative de cent cinquante millions de kilomètres, se trouve une petite planète bleu-vert et totalement négligeable, dont les habitants - descendus du singe - sont primitifs au point de croire encore que les montres à quartz numériques sont une vachté de chouette idée..."


Après avoir passé ces dernières années à parcourir l'univers aux côtés de Ford Prefect, Zaphod Beeblbrox, Trillian et le robot dépressif Marvin, il est enfin de retour sur Terre. Une Terre intacte, et pas détruite par les horribles Vogons pour construire une autoroute interstellaire. Comme si rien de toutes les péripéties qu'il avait endurées n'était arrivé. Tout est normal et calme en apparence. Il doit pourtant se faire prendre en stop pour rentrer chez lui et tombe sur un homme qui lui raconte que sa soeur Fenchurch, également dans la voiture, est devenue un peu folle suite à ce qui apparaît comme une hallucination collective. Des vaisseaux spatiaux jaunes auraient été aperçus. Apparemment, tous les dauphins auraient aussi disparu. Arthur trouve en rentrant chez lui, après en vérité un mois d'absence sur Terre, parmi le tas de courrier qui s'est empilé, un bocal de verre sur lequel est inscrit "Salut et merci...". Il se dit que Fenchurch pourrait avoir des réponses à lui fournir...

Quatrième volet de la série Le Guide Galactique, récemment réédité aux éd. Denoël coll. Lunes d'encre, Salut, et encore merci pour le poisson est un peu à part dans le cycle. Plus court et moins drôle peut-être, il se passe uniquement sur Terre. Douglas Adams aurait-il eu un petit coup de mou ?

Qu'on se rassure, l'humour est toujours là, mais il est mis en sourdine pour laisser la place à la romance entre Arthur Dent et Fenchurch (Fenny). On sourira à la malchance dont est victime Arthur, notamment durant son premier rendez-vous galant. Le personnage de Fenny est assez drôle lui aussi. Mais on regrette que les personnages les plus loufoques et les plus extravagants n'aient pas voix au chapitre.
Du coup, ce volet semble fade, pour peu qu'on l'ait lu après la trilogie initiale. Il faudra dix ans à l'auteur britannique pour compléter sa pentalogie.

La conclusion de

Salut, et encore merci pour le poisson est l'épisode le moins intéressant de la série du Guide Galactique. Cela reste du Douglas Adams mais on ne peut s'empêcher d'être un peu déçu. A réserver aux fans.

Acheter Salut, et encore merci pour le poisson en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Salut, et encore merci pour le poisson sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Guide Galactique

En savoir plus sur l'oeuvre Le Guide Galactique