75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Guide Galactique >

Critique du Roman : Le Guide Galactique

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 1 septembre 2008 à 15:10

Dans l'espace, personne ne vous entendra rigoler

Avril 1978, un anglais nommé Douglas Adams crée une série radio pour la BBC intitulé H2G2, une émission racontant une histoire entre science-fiction et comédie dont le livre ici chroniqué en est l’adaptation romanesque comme les deux tomes qui suivront.
Adams sort donc ce livre en 1979 (il faut attendre 1982 pour la sortie française et l’excellente traduction de Jean Bonnefoy) reprenant le périple d’un anglais moyen Arthur Dent (ou Arthur Accroc dans la première traduction, donc c’est selon les rééditions pour voir les noms propres francisés ou pas) qui voit le même jour sa maison et sa planète détruite pour des raisons de déviations à construire… Mais heureusement pour lui qu’un certain Ford Prefect (ou Escort) originaire de Bételgeuse le sauve à tant de la destruction en étant pris en stop par un vaisseau vogon de la race qui vient de détruire la Terre… En gros, une histoire loufoque prétexte à un livre en guise de belle blague où prime l’humour anglais à la Monty Python (qu’Adams a côtoyé) qui raviront les fans. En revanche ceux qui sont réfractaires à l’humour « british », passez votre chemin. D’autant plus que le roman peut parfois dérouter et qu’on a du mal à toujours suivre l’auteur dans ses délires. Le lecteur en tant que pauvre terrien pourra s’identifier à Arthur car il sera tout aussi paumé que lui dans cette galaxie de cinglés. A commencer par son président aux 3 bras et 2 têtes : Zaphod Beeblobrox (ou Zappy Bibicy) qui détient haut la main la mégalomanie de l’emploie mais agissant comme un voleur de vaisseau ultra-perfectioné (avec un champs d’improbabilité d’une insolente efficacité à la clé) sans savoir pourquoi. Il est accompagné de sa compagne, la pragmatique et très capable Trillian et de l’androïde dépressif Marvin…
Des personnalités vraiment marrantes quand elles interagissent ensemble donnant encore plus de couleur à cet univers qui en est déjà très riche. Univers où l’on croise des portes qui vous remercie de les avoir utilisées, un ordinateur de bord débordant d’énergie, un concepteur de fjords et des souris pas aussi simples qu’on les croit… On voit que l’auteur fait preuve d’une imagination vraiment sans-fin pouvant nous perdre dans son univers décalé mais aussi se moquer des travers de notre propre société et ce avec une grande justesse. Mais cela reste léger, on assiste pas à des critiques fondamentales par le biais de l’humour. C’est un roman qui se lit rapidement (assez court il est vrai) dont on ressort de bonne humeur comme un bon Pratchett version SF. A moins que Pratchett face du bon Adams version Fantasy, à vous de voir…

75

Un roman très plaisant qui associe avec merveille la Science-fiction et l’humour anglais. Un statut culte justifié.

Critique de publiée le 1er septembre 2008.

Acheter Le Guide Galactique en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Guide Galactique sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !