75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La vie, l'univers et le reste
La vie, l'univers et le reste >

Critique du Roman : La vie, l'univers et le reste

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 11 mai 2010 à 2323

Et un Slartibartfast, un !

"Un grand cri d'horreur jaillit dans l'aube naissante: c'était, comme tous les matins, l'éveil d'un Arthur Dent prenant soudain conscience de l'endroit où il trouvait..."

Arthur Dent et Ford Prefect pataugent maintenant depuis quelques années dans les marécages de la planète Terre. Mais ils sont embourbés quelques années - quelques centaines de milliers d'années, en fait - avant que la maison d'Arthur ne sois rasée, dans la préhistoire où l'objet le plus évolué de la technologie se résume au silex. De quoi rendre fou ou presque. Pendant ce temps, Marvin fait la conversation à un matelas sauvage et Trillian essaie de réconforter Zaphod Beeblebrox à bord du coeur-en-or...

La vie, l'univers et le reste est la suite du Guide Galactique et du dernier restaurant avant la fin du monde (réédité en intégralité aux éditions Denoël).

Profitant de la dynamique des deux premiers romans de la série, Douglas Adams reprend l'histoire où on l'avait laissée précédemment. Maintenant que l'on a bien joué avec les improbabilités quantiques et le tissu de l'espace temps, c'est un peu le chaos scénaristique. D'abord on a perdu Marvin, le robot dépressif, dans un vaisseau cercueil à quelques clics d'un soleil; ensuite, Ford et Arthur ont atterri sur Terre au temps des premiers hommes; enfin, on ne sait pas où sont partis les deux autres après la décevante entrevue avec le maître de l'univers. Comment rattraper une histoire pareille ? Facile, car c'est un univers fou fou fou.

Force est de constater que l'histoire de ce troisième volet est moins riche que celle du précédent. Autant il y a un scénario plus élaboré, un fond plus sérieux dans Le dernier restaurant avant la fin du monde, autant pour La vie, l'univers et le reste l'auteur concentre son énergie créatrice dans l'humour. Non pas que le reste ne soit pas drôle mais il en atteint les summums ici. Humour absurde, bien entendu, et comique de situation, de mot et de personnage. Et pourtant, c'est sans compter le concours de Marvin, le roi de la déconne, qui apparaît assez rarement. Arthur Dent reprend le leadership des héros grâce à l'intervention de Slartibartfast. En fait le trio, puisque Ford se joint à la fête, va avoir fort à faire: une menace cosmique apparaît sous la forme d'une équipe de criquet - une équipe de robots de criquet. Et ils sont pas contents. Vous découvrirez aussi (scène d'anthologie également) qu'Arthur, sous ses apparences inoffensives, est un serial killer.

La conclusion de

Troisième volet de la série du Guide Galactique, La vie, l'univers et le reste est le dernier de la trilogie à lire absolument. Après ce roman, le niveau décline et devient un peu plus dispensable. A savourer, donc.

Acheter La vie, l'univers et le reste en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La vie, l'univers et le reste sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Guide Galactique

En savoir plus sur l'oeuvre Le Guide Galactique