75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Star Trek - Compte à rebours
Star Trek - Compte à rebours >

Critique de la Bande Dessinée : Star Trek - Compte à rebours

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 27 octobre 2009 à 0122

Aux origines du remaniement temporel de Star Trek

Étrangement, si l'approche de Star Trek par J.J. Abrams et les scénaristes Roberto Orci et Alex Kurtzman a apporté une nouvelle vie à la franchise et convaincu un grand nombre de spectateurs, ce sont souvent les fans de la première heure qui ont le plus souvent critiqué le film, argumentant, avec une assez bonne analyse, que l'esprit de la franchise créée par Gene Roddenberry - en plus de quelques incohérences - n'était plus là. D'une certaine manière cette bande dessinée pourrait être perçue comme une tentative de réconciliation tout en essayant aussi de combler certaines interrogations que pouvait lever le film.

Au fin fond du territoire Romulien, le capitaine Nero, représentant de la Guilde des mineurs, et son équipage sont témoins d'une éruption solaire massive, premier stade d'une supernova comme la galaxie en a jamais connue. La menace est très importante et pourrait voir en premier lieu l'empire Romulien disparaître ainsi qu’une grosse partie du territoire de la fédération. Résident romulien depuis cinq ans, l'ambassadeur Spock avertit le conseil Romulien de son analyse de la situation, tout en proposant une eventuelle solution. Petit problème, le conseil n'est pas encore prêt à mettre son destin entre les mains d'un vulcain et exige du temps pour laisser leur service faire leur propre enquête sur la situation. Mais le temps est compté, Spock et Nero savent que c’est un luxe qu'ils ne peuvent se permettre ; c'est pourquoi ils décident s’allier pour enrayer le destin tragique qui détruira tous les Romuliens s'ils n'agissent pas assez vite.

L'action de "Star Trek compte à rebours » se déroule dans un futur où Jean Luc Picard est encore en vie et occupe désormais un poste d'ambassadeur, laissant celui de capitaine de l'Enterprise à Data, l'androïde humain. Les scénaristes, Mike Johnson et Tim Jones, aidés de Roberto Orci et Alex Kurtzman (les scénaristes du film de J.J. Abrams), ont pris comme base de départ quelques épisodes de la série Star Trek Next Generation, en particulier Réunification 1&2 (saison 5) pour présenter Spock en ambassadeur vulcain au sein du conseil Romulien, tout en le positionnant dans une certaine disgrâce par rapport à ses confrères vulcains. En lisant cet ouvrage, plutôt écrit de manière habile, l’on pourrait croire que Mike Johnson et Tim Jones savaient à l'avance quelques uns des reproches qui allaient être faits au film;  non pas qu'ils donnent ici des réponses à toutes les critiques et questions, mais alors qu'on pouvait reprocher au métrage un Nero un peu inconsistant, ou encore quelques incohérences par rapport à la philosophie Star Trek, les deux scénaristes apportent ici des éléments de jonctions plutôt intéressantes et en plus, permettent de retrouver des personnages que l'on avait pas revus depuis Star Trek Nemesis.

Sans connaître l'univers Star Trek dans le moindre détail, je suis de ceux qui ont vu tous les épisodes (possédant même la totalité des séries et films en DVD), et je compte parmi les personnes séduites par l'univers alternatif créé par J.J. Abrams. Non pas que les arguments soulevés à l'encontre du film soient tous injustifiés, mais parce je pense que le film a su garder ce que j'aime dans l’univers Star Trek c'est-à-dire : une multitudes de peuples extraterrestres, des explorations de diverses planètes, une fédération se voulant utopique, bien que pratiquant pas toujours cette philosophie, Star Trek VI : Terre Inconnue en est un bel exemple. Roberto Orci et Alex Kurtzman avait même su utiliser un des éléments clés de plusieurs épisodes (le voyage à travers le temps) pour se réapproprier l'histoire créée par Gene Roddenberry sans pour autant en effacer l'existante.

Bref, je ne suis pas là pour reparler du film, mais de cette bande dessinée qui lui fait office d’introduction. Je dois dire qu'il en ressort une impression de mieux comprendre les raisons de la haine de Nero, celles aussi qui font que Spock se rend responsable de la destruction d'une planète et le comment ces 2 personnages se connaissent et arrivent à se retrouver dans le passé. Si l’on doit analyser chaque situation ou dialogues on y décèlera peut-être des incohérences, mais pour ma part j'ai trouvé que Roberto Orci et Alex Kurtzman ont su se documenter pour nous offrir là un complément vraiment digne d'intérêt.

Visuellement le dessin de David Messina est plutôt convaincant, on y reconnaît très bien les personnages des séries et des films et le dessin est plutôt fluide et facile à suivre. Par contre, nous somme devant un trait ne reflétant aucune forme de personnalité artistique, un trait rentrant parfaitement dans le cadre de ce qui se voit souvent dans les comics américains, avec beaucoup de plans rapprochés et très peu d'arrières plans détaillés. Bref que ce soit David Messina ou n'importe quel autre bon dessinateur, on ne devinerait pas une seconde son nom s’il n’était pas mentionné. Quant à la mise en couleur de Giovanna Niro, elle fait dès la première seconde penser à du numérique, sans être pour autant moche, elle est surtout très conventionnelle.

La conclusion de

Le récit de Mike Johnson et Tim Jones n'est pas une aventure à part entière, ni une adaptation du film, mais un complément idéal assurant le lien entre l'ancienne franchise Star Trek et la nouvelle. Bien que je doute que cela réconcilie pleinement certains fans avec le film de J.J. Abrams, cela devrait tout de même être apprécié du plus grand nombre et certains pourraient même y trouver une approche plutôt intéressante de la franchise.  La question est alors : ce qui est utile au plus grand nombre l'emporte-t-il sur les besoins du petit nombre, ou d'un seul ? Chacun y trouvera certainement sa réponse par rapport à son attachement à cette franchise qu'on aimerait voir perdurer.

Acheter Star Trek - Compte à rebours en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Trek - Compte à rebours sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Trek

En savoir plus sur l'oeuvre Star Trek