75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Star Trek Legacy >

Critique du Jeu Vidéo : Star Trek Legacy

Avis critique rédigé par David Q. le jeudi 21 décembre 2006 à 14:52

Là ou personne n'est jamais allé

A quelques jours près Bethesda Softworks et Ubisoft passaient à coté de l'année du quarantième anniversaire de la saga Star Trek. Heureusement le jeu est sorti début décembre sur le vieux continent pour que les Picard en herbe (non, pas ceux de Picardie et leurs patates mais les fans du capitaine en pyjama) puissent prendre les commandes de l'Enterprise pour des missions de la Fédération. "Toujours en mouvement sont ses frontières" dirait notre ami Yoda, ce qui résume à peu près le type de missions qu'il vous faudra accomplir. Patrouille, escorte, sauvetage, défense et attaque font partie des missions de la Fédération, après à vous de les mener à votre manière - c'est vrai quoi, c'est qui le capitaine ici ? Le premier qui conteste un ordre se verra affublé d'un superbe pyjama rouge fluo et débarqué sur la première planète venue pour y mourir écrasé par un rocher en polystyrène.

De superbes décors et effets De superbes décors et effets
De superbes décors et effets

Bref, comme je vous le disais, c'est moi le capitaine et en tant que tel, je peux acheter d'autres vaisseaux (jusqu'à 4) avec l'argent des missions précédentes pour composer ma flottille. Chaque vaisseau peut ensuite être contrôlé si besoin est. Les navires prennent vos ordres en direct ou depuis la carte du système pour un coté plus tactique. Par contre, certains vaisseaux se retrouvent parfois sans ordre et inertes alors que les autres sont à l'attaque et un surplus de renfort (et d'intelligence de la part des autres capitaines) aurait été le bienvenue. Chaque type de vaisseau est bien sur différent et correspond à des taches précises (éclaireur, destroyer...) et il faudra s'équiper en conséquence. Une fois arrivé sur place le jeu se déroule en temp réel et, comme dans la version sur console portable qu'est Star Trek Tactical Assault, un minimum de pratique et de tactique seront nécessaire pour diriger vos mastodontes d'acier et venir à bout des ennemis car n'oublions pas que vous n'êtes pas dans un petit chasseur rapide et maniable mais dans un gigantesque vaisseau abritant un équipage dépassant souvent les 1.000 personnes et qui possède des douches, un restaurant, une salle holographique... La tactique sera donc de bien se placer, suffisamment près, pour toucher l'ennemi avec les bonnes armes et le bon angle pour lui infliger un maximum de dégats.
WARP 9 Mr Sulu !</ WARP 9 Mr Sulu !</
WARP 9 Mr Sulu !

Selon son type, chaque vaisseau pourra scanner les environs, envoyer des messages, avancer en mode Warp (et ça c’est la classe !), téléporter des personnes, tracter d'autres vaisseaux ou attaquer un ennemi. Deux armes sont privilégiées historiquement dans Star Trek : les phasers et les torpilles. Chaque vaisseau a ses propres caractéristiques d'attaque et de défense et la tactique de base consistera à éliminer le bouclier énergétique protecteur de l'ennemi grâce aux différents phasers répartis sur votre vaisseau pour le finir à la torpille, bien plus efficace sans écran. Il ne sera ensuite question que de placement, de timing et d'énergie pour venir à bout de vos adversaires, énergie qui peut bien sur etre redirigée provisoirement vers les boucliers, les armes ou les moteurs. Ces combats donnent lieu à d'énormes batailles spatiales sur fond de superbes planètes et nébuleuses propres à l'univers créé par Gene Roddenberry.
Des vaisseaux qui couvrent toute la saga Des vaisseaux qui couvrent toute la saga
Des vaisseaux qui couvrent toute la saga

Et c'est vrai que c'est là où le jeu excelle, dans les graphismes et la modélisation des vaisseaux. Qu'ils soient alliés ou ennemis, les vaisseaux et les bases sidérales ont fait l'objet d'un soin particulier tant dans leur modélisation 3D que dans les textures très détaillées permettant même de voir le nom de chaque engin sur la coque. Les dégâts physiques étant plutôt bien gérés (impacts, sections détruites ou en fumées...) cela rend le jeu réaliste et prenant. L'ensemble des voix digitalisées pendant la bataille ou le briefing renforce ce réalisme mais il faut noter ici l'un des gros point faibles du jeu : les voix sont toutes en anglais et il n’y a aucun sous-titres. Il faut donc bien comprendre la langue de Shakespeare à l’oral ou aller regarder en début de mission les objectifs en appuyant sur Start. C’est dommage, encore une fois, qu’une jeu vendu en France ne soit pas localisé ou simplement sous-titré car tout le monde ne maitrise pas l’anglais parfaitement. Certes le jeu nous en met plein les yeux et les oreilles et quel bonheur d’écouter ce fabuleux bruit de phaser toucher sa cible, mais passé le côté technique enjôleur on se retrouve avec un jeu qui ne nous satisfait pas complètement à cause de la barrière de la langue. Pour le reste c’est du tout bon.
Des batailles spatiales grandioses Des batailles spatiales grandioses
Des batailles spatiales grandioses

Un dernier mot pour vous parler du mode multi joueur, un mode qui vous permet de jouer au live contre 3 adversaires pour des combats spatiaux dignes de la saga. Les frileux prendront la Fédération tandis que les autres choisiront les Klingons, les Romuliens voir les Borgs pour mettre en boite (ou en cube) leurs adversaires. Le jeu reste le même en multi, seules vos tactiques devront changer face à des adversaires humains (ou autres). Ce mode augmente la durée de vie du titre qui est déjà plutôt bonne et permet d’apprendre de nouvelles tactiques encore plus efficaces ainsi que de gagner quelques points supplémentaires pour votre profil Xbox Live.
Le cube Borg, facile à ranger, pas simple à manoeuvrer Le cube Borg, facile à ranger, pas simple à manoeuvrer
Le cube Borg, facile à ranger, pas simple à manoeuvrer

76

Star Trek Legacy est le grand frère de Tactical Assault et profite du surplus de puissance des consoles de salon pour proposer un jeu aux graphismes et missions bien plus aboutis. Le jeu possède cependant quelques lacunes et s'oriente vers l'action plutôt que la tactique. Les Trekkies s'y téléporteront avec joie.

Critique de publiée le 21 décembre 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • La modélisation des vaisseaux
  • La diversité des missions
  • Toute la saga couverte

Que faut-il oublier ?

  • Le jeu tout en anglais, sans sous-titres !
  • La gestion de son escadre pas toujours claire

Acheter Star Trek Legacy en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Trek Legacy sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Star Trek