75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film d'animation : Rango
Rango >

Critique du Film d'animation : Rango

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 13 mars 2011 à 1236

Héros malgré lui

Petit animal de compagnie à la vie confortable, Rango, caméléon de son état, va bientôt vivre une aventure hors du commun. Un jour, il échoue, à la suite d’un accident de voiture, dans la ville de Poussière, dans l’ouest sauvage. Pour survivre à Poussière, il faut être coriace, d’autant plus qu’un terrible malheur pèse sur les épaules des habitants. L’eau se fait rare et même disparait peu à peu. Qui assèche Poussière ? Qui pourrait en retirer des bénéfices ? Tant de questions à résoudre et pas un seul héros dans la ville de Poussière. Mais c'est, bien sûr, sans compter sur la philanthropie de Rango. Ce petit caméléon, plein de fougue, va se donner à fond pour aider les habitants de Poussière, devenir un héros malgré lui, et trouver enfin sa place.

Rango

Rango est le premier long métrage d’animation de Gore Verbinski, à qui l’on doit la saga Pirates des Caraïbes dont le 4ème opus, La Fontaine de Jouvence, sortira sur nos écrans en mai 2011. C’est autour d’un déjeuner, en compagnie de John B. Carls (Les rebelles de la forêt) et de l’auteur de livres pour enfant David Shannon, que le projet Rango voit le jour. Gore Verbinski n’a pas encore réalisé son premier film de pirates et s’attèle à écrire un synopsis de huit pages autour des idées échangées avec ses compagnons de table. Les trois hommes se sont dit qu’ils pouvaient réaliser un film très drôle en abordant un genre aussi codifié que le western mais en le traitant de manière tout à fait originale. En revanche, le projet part un peu aux oubliettes quand Verbinski débute son aventure de piraterie.

C’est en faisant une pause, après la réalisation du 3ème volet des pirates Jusqu'au bout du Monde, qu’il ressort ses notes et contacte ses deux amis: le moment est enfin venu de donner vie à Rango. Autour de ce projet vienne se greffer d’autres collaborateurs, Graham King (Producteur des Infiltrés de Martin Scorsese), James Ward Byrkit (consultant sur la saga des Pirates des Caraïbes) et John Logan (scénariste de Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, Gladiator, Aviator) pour l’écriture du scénario et Mark McCravy (concepteur de créatures dans Terminator 2, Jurassic Park) pour la conception des décors. Il va s’en dire que Verbinski sait s’entourer puisqu’il fait également appel à Johnny Depp pour interpréter le rôle de Rango et à Hans Zimmer pour composer la bande originale.

Verbinski compte aussi sur la mise en place d’un nouveau dispositif pour capter les émotions des acteurs : l’emotion capture. Ce procédé est très simple:  au lieu que les acteurs s’enferment seuls dans des cabines pour enregistrer leur voix ; Gore Verbinski réunit ses acteurs sur un plateau, tous vêtus de costumes de western avec des accessoires insolites et entouré de décors construit spécialement pour l’occasion. Chaque scène de Rango est alors jouées avec réalisme et naturelle. Un véritable échange se fait donc et c’est un excellent moyen pour insuffler à Rango une énergie nouvelle qui bouscule les codes de la réalisation des films d’animation. Pour parfaire tout ça, Gore Verbinski crée également la surprise en faisant appel à ILM pour donner vie à l’univers réaliste de Rango. ILM (Industrial Light & Magic), société d’effets spéciaux fondée par George Lucas à l’occasion de la saga Star Wars, possède à ce jour de nombreuses récompenses pour la réalisation d’effets spéciaux qui ont marqué les esprits. En revanche, c’est la toute première fois qu’ILM s’aventure dans la réalisation d’un long métrage d’animation. Tout d’abord, décontenancés par la proposition de Verbinski, les animateurs d’ILM ne se font pas prier quand ils découvrent les magnifiques dessins des personnages et des décors de Rango.

Rango

Nous assistons donc à un spectacle détonnant et foisonnant. Rango est un film d’animation réussi grâce aux innombrables clins d’œil cinématographiques qui y figurent, à l’immersion parfaites des acteurs dans l’interprétation de leurs personnages, à la texture réaliste des décors et des physionomies des nombreux protagonistes réalisées par ILM. De nombreux moments cocasses prêtent à rire et l’accompagnement musical composé par Hans Zimmer est totalement génial. Néanmoins, on pourrait reprocher à Rango quelques petites longueurs, surtout quand l’action se fait rare. Les introspections du petit caméléon, à propos de son sentiment de solitude et de sa recherche de personnalité, cassent un peu le rythme du film, même si cela donne une profondeur non négligeable à son personnage. En ce qui concerne les compagnons de route de ce cher Rango, les caractéristiques drolatiques et étudiées font de chacun d’entre eux une mine d’or fort appréciable. Les spectateurs peuvent facilement s’identifier aux personnages, même si tout le petit monde de Poussière se trouve être, en fin de compte, des animaux. Pour accompagner Johnny Depp nous retrouvons Bill Nighy (Shaun of the Dead) qui interprète le terrible Jack la Morsure, Isla Fisher (Serial Noceur, Confessions d’une accro du shopping) pour Fève la belle de l’ouest, Abigail Breslin (Signes, Little Miss Sunshine) pour Priscilla la petite gamine qui n’a pas froid aux yeux, Timothy Olyphant pour l’Esprit de L’ouest et plein d’autres encore.

La conclusion de

Rango est en définitive une belle réussite où l’on s’ennuie peu, même si par moment les multiples introspections du petit caméléon cassent l’action cultivée dans l’histoire. Gore Verbinski a su s’entourer de personnes talentueuses pour agrémenter avec vivacité la réalisation de ce bel hommage, atypique, aux westerns spaghettis. Le graphisme irréprochable, la musique, les différents personnages de Rango et l’immersion des acteurs dans l’interprétation de leur rôle sont autant de qualités pour que ce film d’animation reste dans les annales.


Que faut-il en retenir ?

  • Un graphisme irréprochable
  • les personnages tous aussi différents les uns que les autres
  • Bel hommage aux westerns spaghettis
  • La bande originale

Que faut-il oublier ?

  • Petites longeurs

Acheter Rango en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Rango sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+