Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Dungeons & Dragons: Chronicles of Mystara [2013], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 8 mai 2020 à 09h00

Du beat'em all efficace

Testé sur PS3

Véritable genre phare du jeu vidéo au milieu des années 1990, le beat'em all adapta un paquet de licences dans les salles d'arcade ou sur nos consoles dont le prestigieux Donjons & Dragons avec deux titres développés par un des maîtres du genre : Capcom.

Pour les plus néophytes d'entre vous, Donjons & Dragons est à la base un jeu de rôle sur table dans un monde d'héroïc-fantasy créé par Gary Gygax et Dave Arneson en 1974. Un jeu qui fut un phénomène devenant un des piliers de la culture populaire permettant de façonner pour le grand public ce qu'est la fantasy. La licence est ainsi née quasi en même temps que le jeu vidéo commercial et il est normal que les deux commencèrent à flirter. Ce fut d'abord l'éditeur SSI qui adapta cette œuvre incroyablement riche en une multitude de titres sur les ordinateurs de l'époque avant que la firme détenant les droits de D&D, TSR, entretienne des contacts avec la firme nippone Capcom pour des adaptations sur bornes d'arcade. Capcom fait partie des grands du beat'em all grâce à sa série des Final Fight et met en place toute son expertise pour réaliser deux titres basée sur la campagne Mystara : Tower of Doom en 1993 et Shadow over Mystara en 1996. Les deux jeux furent ensuite regroupés pour sortir sur Saturn en 1999 puis en téléchargement en 2013 sur PC, PS3, Xbox One et WiiU ; version qui nous intéresse ici. Si Capcom est l'éditeur, le portage est l'oeuvre des Américains de Iron Galaxy Studios qui s'en était fait une spécialité après avoir porté Street Fighter III : Third Strike - Online Edition ou une compilation des premiers Marvel vs. Capcom...

C'est bien connu, les beat'em all ne sont pas là pour nous plonger dans une histoire profonde vu qu'il s'agit avant tout de jeux d'action très arcades donc nerveux où l'amusement immédiat est visé. Ainsi les deux titres, traduits en français, montrent un groupe hétéroclites de guerriers chargés de mettre à fin à une énorme menace... Les deux titres reprennent ainsi les codes de l'héroïc-fantasy façon D&D avec les races (nain, elfe, humain...) et les classes (guerriers, magicien, voleur, sorcier...) habituelles. Le tout face à un bestiaire attendu pour qui connaît le genre et notamment pour les fans de la licence où l'on rencontre de nombreux elfes sombres, dragons, chiens de l'enfer et autres beholders... On va devoir les combattre dans des lieux encore une fois classiques comme des villages, forêts, routes montagnardes et forteresses inquiétantes... Les graphismes sont assez beaux montrant le savoir-faire des équipes japonaises de Capcom de l'époque. Une complète maîtrise de la 2D avec des sprites souvent importants et toujours bien animés même si on peut trouver que le maniement de notre personnage est un peu lourd. Bref, l'ambiance héroïc-fantasy est bien là. Il faut néanmoins noter que Shadow Over Mystara reprend beaucoup d'éléments de Tower of Doom et ce jusque dans le gameplay.

Nous vous conseillons donc fortement de commencer cette compilation avec Tower of Doom puisque le second opus l'améliore sur plusieurs points. Les deux titres sont des beat'em all tendance Golden Axe avec des armes blanches comme l'utilisation de pouvoirs pour se débarrasser des ennemis qui pullulent à l'écran et qu'il faut éliminer pour progresser de tableau en tableau. Le challenge des deux titres s'avère assez corsé, les bornes avaient dû être de vraies avaleuses de pièces notamment Tower of Doom ne disposant pas de la garde de sa suite pour que notre personnage se défende. Les titres permettent néanmoins d'apporter un léger aspect RPG avec la possibilité de choisir son chemin en mode roleplay selon des choix de dialogues. Pour ce qui est du portage, il est fait avec sérieux avec un écran 4:3 autour duquel on voit se débloquer des défis proposés par Iron Galaxy Studios. Néanmoins le vrai plus est évidemment la possibilité de s'éclater jsuqu'à 4 joueurs en local pour revivre à fond le plaisir de ce genre de jeux mettant en avant convivialité et défouloir... De plus, la difficulté est vraiment paramétrable pour ne frustrer personne. Pour peu que vous accrochiez, le titre vous proposera entre 2 et 3 heures d'amusement pour une quinzaine d'euros. Il faut quand même l'avouer, si on est pas plus amateur que cela des beat'em all ou un fan hardcore de Donjons & Dragons, le jeu vous amusera le temps d'un après-midi ou d'une soirée, sans plus...

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Dungeons & Dragons: Chronicles of Mystara [2013]

Auteur Bastien L.
60

Dungeons & Dragons : Chronicles of Mystara est un portage effectué sérieusement mais qui ne propose que deux titres du milieu des années 1990 assez courts. Cela permet de se replonger dans l'ambiance arcade de l'époque avec deux aventures assez sympathiques. Mais deux aventures datées qui ne donnent pas forcément envie de s'y plonger plus que le temps de quelques parties...

On a aimé

  • Du beat'em all à l'ancienne
  • Un bon respect de l'esprit D&D
  • Très convivial en multi

On a moins bien aimé

  • Trop court
  • Trop cher
  • Trop daté ?

Acheter le Jeu Vidéo Donjons & Dragons : Dungeons & Dragons: Chronicles of Mystara [2013] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Donjons & Dragons : Dungeons & Dragons: Chronicles of Mystara [2013] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Donjons & Dragons