75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du wargames à figurines : Dungeon command Sting of Lolth [2012], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le dimanche 7 avril 2013 à 10h13

Le drow est sournois...

Aliszandra Malistros observe de son promontoire rocheux les ennemis qui s'enfoncent imprudemment dans une gorge propice à lancer une embuscade. Un sourire ironique s'échappe subrepticement des lèvres de la prêtresse de Lolth. Un clignement d’œil plus tard, elle incante ses araignées de passer à l'attaque. La curée commence...

Une boîte pas drow(le).

Chaque boîte de Dungeon command contient une faction complète. Dans celle-ci, on retrouve les créatures suivantes, Drow House guard (x2), Drow blademaster, Drow assassin, Demonweb spider (x2), Umber Hulk, Shadow Mastiff, Drow priestless, Drow wizard, Drider, Giant Spider. Une figurine et une carte Créature représentent ces doux noms exotiques. Deux commandants symbolisés par une grande carte, Aliszandra Malistros et Kalteros the Sellsword, complètent l'armée Drow. Ensuite, on découvre un paquet de 36 cartes Ordre spécifique à cette faction. Le reste est commun à toutes les boîtes, quatre tuiles Terrain (une moitié de plateau), des jetons Trésor, des jetons Dégâts, une règle de jeu. A noter la présence de douze cartes Monster afin de pouvoir incorporer les monstres présents dans la boîte à vos parties de Donjons & dragons miniatures, ou Castle Ravenloft, Wrath of ashardalon, Legend of Drizzt.

 

Une faction drow(le) à mener au combat.

Pour avoir un aperçu des règles, cliquez sur la critique globale de Dungeon command (ici).

La qualité des figurines demeure très agréable visuellement, ce qui pour du déjà peint et assemblé est toujours un défi. Cette faction est certainement la moins aisée à maîtriser des cinq armées déjà sorties. En effet, elle nécessite davantage de planification et de calcul avant de se lancer dans la bataille, sa puissance au corps à corps et ses capacités y afférent semblant plus mesurées par rapport à ses rivaux. On privilégie le système « guérilla », on porte des estocades et on fuit lâchement, ou on effectue un repli stratégique pour les puristes, on ne reste pas au contact, la moitié des effectifs sachant tirer à distance. L'objectif est d'affaiblir progressivement les rivaux par des attaques à distance, de blesser par l'accumulation de petites touches les créatures qui se rapprochent dangereusement de vos troupes Drow. Enfin, on utilise la grosse brute de service pour porter le coup fatal, Umber Hulk, l'unique force dévastatrice au corps à corps, si elle se trouve au moment souhaité sur le champ de bataille. Et c'est peut-être là la petite faiblesse de cette faction.

La conclusion de à propos du Wargames à Figurines : Dungeon command Sting of Lolth [2012]

Amaury L.
78

Sting of Lolth propose une faction Drow avec de jolies figurines (peintes et assemblées) qui nécessite une expérience de jeu plus importante afin de digérer ses spécificités et surtout de les employer savamment. Sinon, c'est une armée qui se joue facilement, très rapide sur l'adversaire, assez tactique à mener (gain des trésors aisé), et quelques cartes Ordre aux effets dévastateurs si utilisées au bon moment. Bonne faction !

Que faut-il en retenir ?

  • Belles figurines.
  • Troupe assez tactique.
  • Stratégie de combat plutôt fidèle à la race Drow.

Que faut-il oublier ?

  • Faut que le gros bill sorte vite...

Acheter le Wargames à Figurines Dungeon command Sting of Lolth en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dungeon command Sting of Lolth sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Donjons & Dragons