75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Saga #4 [2015], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 26 juin 2019 à 14h00

Le diable, c’est l’ennui

Quelques mois ont passé depuis la fin du tome 3 et comme il était annoncé, tout le monde est plus ou moins retourné à ses occupations. Et celles-ci sont moins trépidantes qu’avant.

Alana et Marko tentent simplement de vivre avec leur famille et cela rime avec le train train du quotidien. Le Prince Robot IV cherche l’oubli dans des paradis artificiels. Le Testament n’est même pas en état d’espérer son rétablissement. La Marque se lance pourtant dans la course à laquelle participent déjà Sophie et Gwendolyn. Nos amis journalistes sont contraints au silence.

Ce tome prend son temps pour remettre en place des enjeux – et ils arrivent assez vite, que les plus impatients se rassurent. L’exposition de ce nouvel arc nous informe sur les étranges représentants du royaume Robot et sur leur implication dans la guerre entre Couronne et Continent – autant pour la noblesse que pour les roturiers. Une fois encore, l’inventivité de Brian K. Vaughan qui se traduisait jusque-là dans une galerie incroyable d’extraterrestres différents, offre ici une idée superbe et élégante pour présenter les différences de castes.

Où le noir et blanc change tout

Et pendant que des tragédies se mettent en branle d’un côté de la galaxie, Marko et Alana s’ennuient. La vie de fugitifs n’a rien de trépidant quand la traque s’interrompt (pun intended) et qu’il faut simplement vivre. Evidemment, les choix du couple auront de graves conséquences qu’il faudra résoudre durant les tomes suivants.

Staples et Vaughan renouvellent avec bonheur leur histoire. Les promesses narratives s’accumulent et les personnages se croisent en alliances improbables et conflits à venir. L’univers s’enrichit et gagne en densité. La narration qu’assure Hazel des évènements met en douloureuse perspective les rencontres et les choix que font les personnages. Le tome 4 reste donc de la belle ouvrage, même si on peut regretter son côté « reboot ».

De même, petit bémol, l’apport de sang neuf dans la galerie des protagonistes oblige nécessairement à en négliger des anciens auxquels nous nous étions attachés. Un phénomène logique dont on espère qu’il ne débouchera pas (trop) sur une suppression expéditive de certains personnages pour conclure certaines voies sans issues ou élaguer à la va vite.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Saga #4 [2015]

Frédéric M.
80

Ce tome 4 redynamise avec bonheur la série, ouvrant de nouvelles perspectives à travers de nouveaux personnages. Reste juste à espérer que la profusion n’amène pas d’exécutions faciles comme on en voit trop souvent dans les épopées de cette ampleur.

On a aimé

  • Le renouvellement des enjeux
  • Les nouveaux personnages
  • Le quotidien des fugitifs

On a moins bien aimé

  • Certains personnages trop négligés

Acheter la Bande Dessinée Saga #4 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Saga #4 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Saga