75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Saga #5 [2015], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 3 juillet 2019 à 19h00

Destins particuliers dans un monde complexe

Le souci quand on veut élever une famille, c’est que tout le monde s’en mêle. Dans une vie ordinaire, tout le monde, c’est la tata collante, le voisin qui se mêle de tout, les collègues qui-ont-déjà-eu-des-enfants. Et puis il y a ceux qui ne se mêlent pas à proprement de votre vie de famille, mais l’influent malgré tout : le patron qui retient les parents jusqu’à pas d’heure, les gens sur le trajet du retour, etc., etc…

Dans l’univers de Saga, à cette situation quotidienne s’ajoute un contexte particulier : les parents sont issus de deux mondes qui se livrent une guerre qui a embrasé la galaxie entière. Leurs propres mondes sont épargnés par le conflit car il risquait de détruire les deux partis (l’un étant la lune de l’autre, la destruction d’un des deux astres entraînerait la perte d’axe de son vis-à-vis) mais les peuples, leurs alliés et ceux qui habitaient sur des postes stratégiques transformés en champs de bataille payent un lourd tribut à cette guerre qui s’éternise.

Staples et Vaughan poursuivent leur épopée en entravant la vie simple qu’appellent leurs deux personnages de leurs vœux : nobles et roturiers, va-t-en-guerre et pacifistes, révolutionnaires et artistes, tous viennent mettre leur grain de sel – et leurs armes – entre les pattes de nos deux amants. Cette perturbation de la cellule familiale déjà abordée dans le tome 4 se poursuit au tome 5. Les retournements de situation sont sans doute plus évidents et les surprises moindres, mais l’histoire se poursuit. Evidemment, ce tome se finit « mal » puisqu’il faut bien qu’il y ait une suite et que la structure en arcs narratifs de Saga fonctionne par trois.

Cependant, si les péripéties que rencontrent Alana et Marko s’avèrent moins renversantes, le tome 5 réserve une belle surprise dans la progression psychologique des personnages. C’est après tout ce qui intéresse Vaughan dans l’ensemble de son œuvre : les individus et leurs relations. Et c’est notre attachement de lecteur qui nous donne envie de connaître le destin d’Alana, Marko et Hazel.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Saga #5 [2015]

Frédéric M.
70

Un tome presque en demi-teinte (à force d’exigence et d’attentes, sans doute), où les destins croisés des personnages nous préoccupent finalement moins que leurs motivations, leurs idéaux et les conséquences qu’elles ont sur leurs vies. La qualité reste bien sûr au rendez-vous et on atteint la conclusion de cet arc avec impatience !

On a aimé

  • La complexité du monde
  • La galerie sans cesse renouvelée de personnages
  • La progression des deux héros

On a moins bien aimé

  • La croissance accélérée d’Hazel
  • Les spoilers assumés
  • Les conclusions narratives faciles

Acheter la Bande Dessinée Saga #5 [2015] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Saga #5 [2015] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Saga