75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Saga #1 [2013], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 22 mai 2019 à 19h00

Roméo et Juliette dans l’espace…

… avec des cornes et des ailes.

Alana vient de la planète Continent, elle a des ailes comme tous ses concitoyens (à l’exception des membres de la noblesse robot) et se débrouille avec la technologie très avancée de son peuple. Marko vient de Couronne, et comme tous les habitants de cette lune de Continent, porte des cornes au front et pratique la magie.

Leurs peuples respectifs sont en guerre depuis des siècles, depuis tellement longtemps qu’ils ont déplacé le combat loin de leurs mondes d’origine, où règne maintenant une paix relative pleine de rancœur. Et non contents de s’aimer, Alana et Marko viennent d’avoir un enfant. Poursuivis par les deux camps, les amoureux tentent de trouver un endroit paisible où élever leur fille.

Décrit ainsi, le premier volume de Saga parait bien banal. Le cadre de Space Fantasy, où des dragons vont côtoyer des androïdes et des femme-tarentules chasseuses de primes, ajoute cependant un piment incroyable à l’histoire. L’originalité de la forme n’explique pas à elle seule la pléthore de prix qu’a reçu Saga dès son lancement (trois prix Eisner en 2013 pour meilleure série, meilleure scénariste et meilleure nouvelle série, prix Hugo du meilleur roman graphique pour le premier volume, qui fut nominé à Cannes en Sélection Officielle en 2014).

En effet, l’amour impossible de ces deux-là va bien plus loin que la comparaison avec Romeo et Juliette. Déjà, ils ne suicident pas sur un malentendu. Ensuite, leurs familles vont prendre une part plus qu’active dans leur histoire – mais j’anticipe sur le tome 2. Et leur union est assez publique pour qu’elle attire l’attention des puissants de Couronne et de Continent, qui n’ont aucun intérêt à voir deux membres de leurs peuples convoler en justes noces et plus encore élever un enfant.

C’est dans cette galerie de personnages « secondaires » que Saga va puiser sa force et son originalité. Chaque événement de ce tome 1 apporte un nouveau protagoniste rivalisant d’originalité avec le précédent, et apportant de nouvelles promesses narratives – et des surprises pour le lecteur.  On notera en particulier l’incroyable Chat mensonge, une sorte de panthère glabre qui accompagne un chasseur de primes. La seule capacité de cette bestiole (outre les compétences de combat qu’un tel animal peut avoir) est de déclarer « Mensonge » lorsqu’elle entend quelqu’un proférer un mensonge. Ce qui peut s’avérer pratique dans des négociations… ou compliqué quand on pratique son examen de conscience.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Saga #1 [2013]

Frédéric M.
90

Saga réussit à associer avec brio des éléments a priori disparate : de la SF avec un conflit spatial et des batailles épiques, de grandes figures classiques de la fantasy, le tout dans une histoire d’amour aux implications politiques. Non seulement le mariage est réussi, mais chaque ingrédient pris séparément apporte sa propre touche d’originalité à l’ensemble. Le trait vif sert le dynamisme de l’histoire et on arrive à la fin du tome en réclamant la suite avec force !

On a aimé

  • L’univers qui mêle SF et Fantasy avec bonheur
  • La mise en place de l’intrigue
  • La collection de personnages

On a moins bien aimé

  • Sincèrement… je cherche encore ?

Acheter la Bande Dessinée Saga #1 [2013] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Saga #1 [2013] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Saga