75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Saga #6 [2016], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 24 juillet 2019 à 19h00

Séparations

Après le tome cinq, riche en rebondissements et se terminant sur un cliffhanger haletant, ce sixième opus de Saga était fort attendu pour conclure le deuxième arc de la série.

Nous retrouvons Hazel dans son nouvel environnement, juste avant un léger flashback qui nous explique comment elle est arrivée là. Encore fois, la narration joue avec les temporalités pour tout nous raconter – ou presque – sans alourdir le récit et lui conserver un dynamisme irréprochable. Ce tome ne connait aucune baisse et c’est avec plaisir et étonnement que l’on retrouve presque tous les personnages rencontrés depuis le début de cette épopée galactique – un tour de force quand on connait la galerie fournie de protagonistes de Saga.

A noter au passage que le trait de Fiona Staples devient plus limpide et maîtrisé planche après planche. La plupart des personnages y gagne en sérénité, dégageant une force tranquille dans les situations qu’ils affrontent.

Pour l’histoire proprement dite, ce sont les séparations qui feront le plus progresser les personnages, plutôt que les retrouvailles qu’ils vivront : séparations entre individus, séparations de leurs entraves intellectuelles et affectives… elle explore toujours les thèmes de l’identité et de la différence avec intelligence : dans un monde peuplé de femmes araignées, d’humanoïdes enflammés, de fantômes et de tritons journalistes, comment peut-on être encore rejeté ? Les a priori, le racisme, l’homophobie ou le sexisme ne disparaissent pourtant pas avec la diversité et certains tabous restent entiers – le personnage de Petrichor nous renvoie ainsi à des problématiques très actuelles. Pour l’anecdote, « petrichor » est le nom de cette odeur très éphémère que dégagent entre autres les routes goudronnées après la pluie. Un composé volatil, éphémère et mystérieux, on peut se demander quel lien cela a avec ce nouveau personnage, mais qu’il soit en couverture du tome 7 attise la curiosité du lecteur !

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Saga #6 [2016]

Frédéric M.
85

Le tome 6 de Saga apporte une conclusion intelligente à cet arc, avec une réflexion riche sur notre société actuelle et notre rapport à la différence – la nôtre propre et celle de ceux qui nous entourent. Loin de verser dans une éloge naïve du courage d’affirmer notre identité et notre héroïsme, Vaughn et Staples nous tendent un miroir réaliste et humble – et oui, ce miroir nous renvoie un visage bleu avec des cornes de faune et des branchies, ce qui ne nous empêche pas de nous y reconnaître. Ce doit être ça, le talent.

On a aimé

  • La réflexion sur notre société
  • Le récit qui n’est pas écrasé par les convictions des auteurs
  • La progression des personnages

On a moins bien aimé

  • Quelques scènes de sexe facile
  • Le rebondissement final un peu gros (blague facile)

Acheter la Bande Dessinée Saga #6 [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Saga #6 [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Saga