75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de rôle : L'Appel de Cthulhu 7ème édition : Le Codex de l'Innommable
L'Appel de Cthulhu 7ème édition > L'Appel de Cthulhu 7ème édition : Le Codex de l'Innommable >

Critique du Jeu de rôle : L'Appel de Cthulhu 7ème édition : Le Codex de l'Innommable

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 20 décembre 2016 à 13:00

Cabal...

En dépit de la qualité générale de leurs nombreuses publications, on ne peut pas dire que les nouvelles éditions de L'Appel de Cthulhu aient été particulièrement gâtées d'un point de vue "bestiaire monstrueux". Il faut en effet reconnaître que les deux itérations du Malleus Monstrorum, très classiques dans leurs conception, n'ont pas vraiment su convaincre. Et pour cause, dans un jeu d'horreur comme celui-ci, proposer un catalogue de monstres dont le format est calqué sur celui de Dungeons & Dragons n'a aucun sens. Qui a réellement besoin de connaître la valeur de Force de Cthulhu, les points de vie d'Azathoth ou le Bonus aux Dommages d'Hastur pour faire jouer à L'Appel de Cthulhu ? Quelque-part, c'est presque nier la nature même du jeu...

Si nous n'allons pas refaire ici le procès du Malleus Monstrorum (qui est décortiqué dans cette critique), il est tout de même important d'en rappeler les points les plus négatifs pour pouvoir bien saisir l'étendue de la réussite d'un livre comme Le Codex de l'Innomable. En effet, si le supplément ne s'impose pas comme le meilleur bestiaire paru pour le panthéon lovecratfien (à ce niveau, le travail fait dans Cthulhu reste le must !), il n'en demeure pas moins un supplément de grande qualité qui sait donner au jeu le niveau de qualité et de pertinence qu'il mérite. Cela est dû à deux choses : d'une part le travail réalisé sur les illustrations, d'autre part un parti-pris éditorial logique et cohérent au niveau des textes (pas de caractéristiques, pas de catalogues de monstres).

Les illustrations du livre sont signées par Loïc Muzy, Mariusz Gandzel et la nouvelle venue Claire Delépée. Le résultat (des illustrations pleines pages tout en couleurs), apparente le supplément à un véritable art-book. Rien que pour le plaisir des yeux, l'ouvrage est déjà une réussite. Les connaisseurs y trouveront quelques fulgurances très originales (on vous laisse découvrir l'interprétation faite de Nyarlothotep, très Gigerienne, ou le côté Rorschachien du Sombre Rejeton) au milieu de productions globalement de grande qualité (même si quelques créatures ne sont pas des monstres d'originalité, le coup de crayon reste toujours agréable). Pour les meneurs de jeu, les représentations proposées sont tout simplement inspirantes.

Les textes, quant à eux, sont repris de deux suppléments : Les Monstres de Cthulhu et Les Créatures des Contrées du Rêve (déjà publiés en France dans la gamme de la deuxième édition). Si les vieux de la vieille ne trouveront rien de vraiment inédit (les textes ont été réécrits, mais le contenu est sensiblement identique), les nouvelles générations pourront ainsi avoir accès à ces deux anciennes parutions... qui n'ont pas loin de vingt ans ! Et pourtant, lescontenus restent assez modernes et n'accusent pas encore leur âge. En terme de jeu, cela peut permettre aux meneurs de jeu débutants de pouvoir mettre des mots sur les descriptions des entités du mythe, un exercice par si facile au premier abord. Combiné avec la précision des illustrations, cela tend à faire du Codex de l'Innomable le seul bestiaire viable pour L'Appel de Cthulhu 7ème édition.

Que faut-il en retenir ?

  • Des illustrations de qualité,
  • Des textes honnêtes,
  • Pas de caractéristiques techniques superflues.

Que faut-il oublier ?

  • Un contenu qui reste tout de même peu original.
80

Oubliez le médiocre Malleus Monstrorum : le Codex de l'Innomable s'impose comme un bestiaire plus que correct pour L'Appel de Cthulhu 7ème édition. Avec ses illustrations soignées (parfois très originales) et ses textes précis, il permet de développer un véritable bestiaire utile, propre à servir d'appui à l'imagination des meneurs de jeu. Bref, un supplément qui remplit efficacement sa mission.

Critique de publiée le 20 décembre 2016.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr