75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Contamination planétaire #1 [2006], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 3 avril 2006 à 13h15

Zappa et Tika contre la ‘malbouffe’

Nouvelle série, nouveaux héros, voici les apprentis espions : Zappa et Tika ! Zappa, c’est le petit du duo, il est terrien et se précipite toujours là ou il ne faudrait pas. Tika c’est un extra-terrestre de la planète Marzera, il a bon caractère et il est assez tordu pour pouvoir transformer des objets débiles comme ‘armes fatales’. Tous les deux sont élèves à la S.S.S.S. (Secret Service space Scholl) et comme toute bonne comédie ils sont pavés de bonnes intentions qui conduisent toujours au désastre.
Thierry Robin signe un scénario qui commençait plutôt bien. Déjà parce que le duo qu’il a créé fonctionne très bien. Ce qui est intéressant chez ces deux héros, c’est qu’ils ne sont ni vraiment stupides, ni vraiment intelligents, c’est leur personnalité à chacun qui conduit le tandem dans des situations souvent catastrophiques. Là-dessus, Thierry Robin a réussi parfaitement. Là où je suis un peu plus mitigé, c’est sur la Leçon « anti-malbouffe » qu’il place de manière pas vraiment subtile et assez simpliste. Le syndrome ‘vache folle’ n’est pas loin et cela nuit un peu au récit, qui essaie trop de nous ‘avertir’ sur le danger de la consommation à bas prix. Pour le reste si j’enlève le côté moralisant j’ai passé un très bon moment et je me suis amusé plus d’une fois sur les problèmes que rencontre notre duo.


Le dessin peut sembler simpliste et pourtant il est très détaillé, surtout sur les arrières plans de ville. Des détails qui normalement auraient dû infliger une lecture des planches assez difficile ; mais à l'aide des calques qui permettent d’atténuer les arrières plans par rapport aux premiers plans, l’ensemble est non seulement clair, mais en plus permet un véritable relief des cases. Thierry Robin se fait aider sur les couleurs par Lorien Aureyre qui l’accompagne parfaitement bien, puisqu’il incorpore le style coloré qui va parfaitement au trait du scénariste/dessinateur. À noter aussi que la simplicité des traits sur les personnages n’empêche pas une variété d’extra-terrestres larges et aussi très expressifs rendant le bestiaire très sympathique à regarder, même dans les recoins de cases.
Pour terminer, je vais parler de deux originalités de l’album qui ajoutent un petit plus très agréable : une découpe sur la couverture et 16 pages supplémentaires aux 48 de bases avec une courte histoire et une présentation de l’univers qu’a créé Thierry Robin .

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Contamination planétaire #1 [2006]

Richard B.
70

Un album vraiment plaisant graphiquement et dans son humour. Dommage que l’on subisse, un discourt parfois, moralisateur et appuyé. Pour le reste cependant ; c’est une lecture agréable et idéale en période de stress. Un peu d’humour cela fait du bien!

Acheter la Bande Dessinée Contamination planétaire en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Contamination planétaire sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Zappa et Tika