75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Transformers 4 : Transformers : l'âge de l'extinction - Combo Blu-ray + DVD
Transformers 4 > Transformers 4 : Transformers : l'âge de l'extinction - Combo Blu-ray + DVD >

Critique du Film : Transformers 4 : Transformers : l'âge de l'extinction - Combo Blu-ray + DVD

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 25 novembre 2014 à 1310

Critique Blu-ray

Image : C'est juste magnifique. Comme souvent sur les blockbusters récents de chez Paramount l'image est chaleureuse, précise, infaillible. Le spectacle est complet et il devient difficile de râler avec un tel niveau de perfection.

Son : Tout d'abord, ce Blu-ray nous propose une version française en Dolby Digital qui ne manque pas de piquant et qui devrait satisfaire toute personne bénéficiant d'une installation classique. Par contre, si vous aimez la Version originale ou surtout si votre installation vous en donne l'opportunité le Dolby TrueHD 7.1 vous offre une véritable démo sonore. Si vous habitez en appartement il faudra vérifier votre isolation sans quoi vos voisins pourraient croire que vous êtes en plein champ de bataille. Que dire de plus face à la perfection ?

Page suppléments Blu-ray Transformers

Suppléments :

Voici une édition Blu-ray fortement chargé en compléments.

> Bay en action (10.45mn)
Un module de 10 minutes qui tente à prouver que le destructeur Michael Bay réfléchit à sa mise en scène et qu'aucune des caméras ne sont posées au hasard. L'homme dit aimer abréger les réunions surtout qu'elles sont nombreuses. Il explique ses choix sur la séquence des câbles en pleine ville ou encore son intérêt pour la ville de Hong Kong tout en signifiant les différences de tournages dans les rues de cette ville et celles des États-Unis. Bay explique aussi sa façon de filmer les combats en pleine nature, son intérêt à utiliser le plus possible de vrais effets, ou comment il gère des acteurs en proie au vertige. Ce reportage ne met pas en avant la bouille du réalisateur, mais est plutôt accompagné de beaucoup d'images de tournages. Alors oui le bonhomme ne doute pas de lui et à l'écouter il se considère comme le meilleur, mais il faut reconnaître qu'en dehors de son égo les images de tournages sont impressionnantes.

> L'Evolution dans l'extinction (122.49mn)
Génération 2 (15.53 Mn)
On nous explique ici que c'est une nouvelle franchise, que les personnages ont changés, que le casting a été repensé ainsi que le ton. On apprend que dans une première version le héros était encore un gosse avant que Bay insère l'idée d'un père et de sa fille, et que son choix a de suite porté sur Mark Wahlberg. À partir de là, tout le choix du casting est décortiqué. Bon ce segment ne manque pas d’auto-congratulations, mais les interventions restent fluides même si l'impression générale reste une grand vidéo promotionnelle.

À tombeau ouvert (13.29mn)
Hormis l'aspect réactualisation d'Optimus Prime, ce module est surtout fait pour les fanas de voitures puisqu'il s'agit cette fois du choix des véhicules. Les marques vont aussi apprécier. On vous explique pourquoi ces bolides sont les meilleurs choix et à quel point ils sont uniques.

extraits bonus making of Transformers

Petite ville gros film (11.22mn)
Alors que les lieux de tournages sont nombreux, les modules qui suivent vont se consacrer à parler de chacun dans l'ordre chronologique du film. On se focalise donc ici sur la zone du Texas et on nous explique le choix de commencer Transformers 4 dans cette région. On y apprend entre autres qu'il a fallu visiter plus de 200 maisons afin de choisir la bonne. On assiste aussi à toutes les diverses séquences de cascades effectuées sur les lieux. Sinon on a aussi le droit de suivre la première grande course-poursuite du film qui en fait s'est déroulée sur 3 villes du Texas :Taylor, Elgin et Lockhart.

Protocole fantôme active (28.45mn)
Monument Valley, Detroit, Chicago...  On peut y voir une multitude d'intervenants évoquant le tournage sur ces divers lieux et constater pas les nombreuses images de tournages qu'une très grosse partie des décors sont authentiques. Par exemple, même une partie intérieure du vaisseau fut construite réellement. Nous pouvons aussi découvrir que les armes Aliens sont en partie construites à base de vraies armes. Pour le reste beaucoup d'explosions, de taules qui se froissent, des entrepôts gigantesques, les divers problèmes rencontrés pour gérer la circulation, quelques séquences en CGI de base sont aussi dévoilés... Bref tout un programme riche et impressionnant où on réalise le travail d'équipe et la difficulté d'une telle entreprise.

Le dernier combat (11.03mn)
Reproduire Hong Kong en plein milieu de Détroit et donner l'illusion était le gros défi donné de Michael Bay à son équipe. Le but étant ici de construire pour mieux exploser les décors au passage des dinosaures. Encore une fois, le module veut démontrer par A+B que les vrais explosions devancent les effets sur ordinateur.

République populaire (12.54mn)
Dès le départ la production avait établit qu'il fallait une grande ville moderne pour la grande bataille du film. Comme nous le savons, le choix fut porté sur Hong Kong.
Et même si une partie de la ville fut construite à Chicago pour des grosses phases de destruction, cela n'a pas semble-t-il empêché Bay de faire de cette ville emblématique son terrain de jeu. Course poursuite vertigineuse sur les toits, cascades et poursuites sur les routes avec impossibilité de bloquer les rues (forçant à tout organiser dans l'urgence). Cette section parle aussi des choix du casting chinois ou du lieu de tournage dans la magnifique province de Sichuan. Lieu possédant 1263 marches pour aller dans le Canyon (pas évident dans ce cadre de monter et descendre le matériel). Puis enfin, on n'échappe pas à l'emblématique muraille de Chine.

Bienvenue dans le monde de Bay

L'avènement des Dinobots (6.10mn)
Il paraît qu'en 2008, suite à un sondage, les Transformers les plus demandés par les fans étaient les Dinobots, d'où le choix de la production de les placer dans ce quatrième film. Pour le coup pas de maquettes ou le moindre effet réel pour ces nouveaux intervenants, mais du 100% CGI (de toute façon, c'est le cas de tous les autobots). D'après ce module le plus gros défi était de les rendre massifs et imposants de taille aux yeux des spectateurs.

La touche finale (23.10mn)
Cet ultime volet du documentaire nous conduit à suivre les phases qui font suite au tournage. Il commence par une réunion pour le montage avec pour constat : il n'y a pas qu'un seul monteur pour le film. Par la suite on passe chez ILM et la confection des divers effets numériques. Ensuite, il y a la session doublage avec les divers acteurs (dont Peter Cullen, la fameuse voix d'Optimus Prime). Musique et mixages sonores sont aussi au programme. Après une session création de la chanson du film avec Imagine Dragon on termine avec la première du film à Hong Kong.


> Juste un film énorme de plus (10mn 3s)
Vidéo avec une multitude de plans pyrotechniques, cascades, pétages de plombs en plein tournage (mais façon bonne enfant), et des plans divers de l'équipe. On notera l'intervention de la maman de Michael Bay qui raconte que son fils était promis dès le départ à un bel avenir !

maman de Michael Bay


> Une touche de design Grimlock (15.24 Mn)
Crées-en 85/86 (réactualisés pour le film). On apprend comment Hasbro tente de réadapter ses jouets en fonction des nouveaux design du film. On suit ainsi la construction d'un des Dinobots, du design jusqu'à sa finition en jouet. Une élaboration qui aurait commencée en 2011 pour se terminer en 3024.

Les jouets Transformers

> T.J Miller : Hippie fermier (19.43mn)
Même si T.J. Miller a exprimé qu'il ne souhaitait pas retravailler avec Bay en juillet dernier en expliquant que Bay était un réalisateur loin d'être facile à vivre, cela ne l'empêche pas ici de faire son show, en offrant des fleurs à optimums prime, rendre visite à Wahlberg et tenter d'interviewer Michael Bay. On rassure, il y arrive !

TJ Miller

> Bandes annonces :
Hormis les 2 bandes-annonces traditionnelles, on retrouve un segment « Kreo Transformers : accompagnez-nous dans les films ! (3’42”) » qui est un petit métrage de Lego qui n'est cependant pas sous-titré. Puis il y a aussi une bande-annonce de Transformers à la sauce Angrybird (Transformers Angry Birds : les origines (1’16”)).

La conclusion de

Si on met de côté les qualités du film, cette édition du Blu-ray des quatrième aventures des Transformers est techniquement parfaite. L'image et le son font office de démo et on peut découvrir de très nombreuses images de tournage. Certes l'impressionnant making-of sent bon la promo et il clair que la langue de bois est de mise. Pour autant il reste particulièrement instructif et il s'en dégage une impression d'entreprise gigantesque décryptée sous nos yeux. Transformers a coûté de l'argent et on voit pourquoi, d'autant que le résultat est visible sur écran. A ce stade juste dommage que tout ce travail soit servi par un scénario extrêmement lourd et inutilement long. En tout cas techniquement vous allez pouvoir en mettre plein la vue et les oreilles à vos voisins !

Que faut-il en retenir ?

  • l'image
  • le son
  • le making of L'Evolution dans l'extinction

Que faut-il oublier ?

  • La longueur du film (c'est vraiment trop long pour un film de ce type)
  • Le côté langue de bois des suppléments.
  •  

Acheter Transformers 4 : Transformers : l'âge de l'extinction - Combo Blu-ray + DVD en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Transformers 4 : Transformers : l'âge de l'extinction - Combo Blu-ray + DVD sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Transformers

En savoir plus sur l'oeuvre Transformers