75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : L'oeil du dragon
L'oeil du dragon >

Critique du Roman : L'oeil du dragon

Avis critique rédigé par Manu B. le jeudi 17 mars 2011 à 0856

Histoire de Debera et de Iantine

"Les escadrilles de dragons se survolaient à tour de rôle, plongeaient et remontaient en formation, séparées par la distance de sécurité minimale, de sorte que, parfois, les assistants croyaient voir une ligne ininterrompue de dragons dans cet exercice en formation rapprochée..."

258 ans après l'atterrissage, à l'aube du deuxième passage des Fils, les Pernais se préparent tant bien que mal à combattre. Mais durant le premier intervalle, les générations se sont succédées durant lesquelles personne n'a vu un seul Fil. La discipline se relâche et certains sont même convaincus que ce ne sont que des légendes pour les enfants. C'est le cas du seigneur de Bitra, Chalkin, qui lorsque les dames et chevaliers dragons lui imposent de faire le nécessaire pour protéger son peuple vassal, fait la sourde oreille. Evidemment cela ne plaît pas du tout aux autres seigneurs qui doivent malgré tout respecter la Charte. Elle stipule que chaque seigneur est maître en son domaine. Il va falloir trouver un stratagème pour forcer Chalkin à se mettre au diapason...

Dernier volet de l'intégrale I de la Ballade de Pern, réédité aux éd. Pocket, L'oeil du dragon est le seul roman de la série se déroulant juste avant le deuxième passage. C'est le moment où les règles de Pern sont forgées pour de bon. Les maîtres Harpistes sont nés.

L'histoire nous emmène donc deux cents ans après la fin du premier passage des Fils et la nature humaine est ainsi faite que l'histoire tombe dans l'oubli si on ne se rafraîchit pas la mémoire de temps en temps. Avec le temps, les artefacts, la technologie et le savoir-faire issus de la colonisation initiale de Pern se perdent irrémédiablement. Les seules sources de savoir sont stockées dans les ordinateurs encore en état de marche, lesquels tombent en panne jour après jour. Les connaissances sont imprimées sur papier pour les conserver au mieux, mais à long terme, ce n'est pas une solution adéquate au problème des enseignants. Clisser, le responsable de l'université doit prendre la décision de sélectionner ce qui doit être enseigné ou non, et de quelle manière. Cela ne plaît pas à tout le monde mais il prend le parti d'apprendre en chantant. L'oeil du dragon, qui fait partie de la sous série des origines, décrit en détail le processus créatif des Harpistes.

Indépendamment, le roman s'attarde, et c'est là son principal défaut, sur les amours impossibles entre différents personnages. Entre autres celles entre le jeune artiste Iantine et la jeune Debera qui a reçu l'empreinte, et entre la dame Zulaya et le chevalier K'vin. Il y en a beaucoup trop. On est dans le soap opera le plus indigeste qu’il convient de réserver aux amateurs ou aux adolescents prepubères à qui cela plaira certainement. Cela ennuiera profondément les autres tellement c'est mièvre.

Le bon côté, c'est qu'on en apprend beaucoup sur les relations entre les dragons et leurs jeunes maîtres aux premiers jours.

La conclusion de

Ce volet de La Ballade de Pern est à la fois intéressant et ennuyeux. Intéressant parce que l'on en apprend un peu plus l'histoire de Pern. Ennuyeux et longuet parce l'on a l'impression de lire les passionnantes et tumultueuses aventures d'une vieille série américaine pour adolescents en mal d'amour. K'vin, ce livre est pour toi.

Acheter L'oeil du dragon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'oeil du dragon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Ballade de Pern

En savoir plus sur l'oeuvre La Ballade de Pern