75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Les Tambours de Pern #3 [1989], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 26 mars 2012 à 23h52

Histoire de Piemur

"Le grondement des gros tambours qui répondaient à un message en provenance de l'est réveilla Piemur. Au cours de ses cinq cycles à l'atelier de harpe, il n'avait jamais pu s'habituer à ce bruit qui résonnait jusque dans les os..."

Ce matin, Piemur, l'une des plus belles voix de soprano de l'académie de sorcellerie, est en passe de tout perdre. Il a commencé à muer au moment où on lui donnait le rôle de Lessa dans la prochaine pièce écrite par Maître Domick pour la fête donnée en l'honneur de Lord Groghe. Par conséquent, il perd la protection qu'il avait acquise auprès de Maître Shonagan et doit aller dans un autre atelier. Ce sera celui des Tambours. D'abord, il prend mal la chose mais une conversation avec Maître Robinton et son amie Menolly va lui remonter le moral. Il part avec la certitude qu'il dans les petits papier du Maître. Il devra même accomplir là-bas une mission secrète...

Les Tambours de Pern clôt la trilogie des Harpistes, une série de romans un peu à part dans la ballade et se déroulant durant le neuvième passage des Fils. Nous retrouvons, à l'instar des épisodes précédents, les personnages de Piemur, Menolly et le Maître Robinton. Avec Le Chant du Dragon et La Chanteuse-Dragon de Pern, Les Tambours de Pern fait partir de l'intégrale IV de La Ballade de Pern, récemment réédité aux éd. Pocket.

Après s'être adressé aux jeunes filles dans La Chanteuse-Dragon de Pern, Anne McCaffrey écrit cette fois-ci pour les jeunes garçons. Aux jalousies entre filles succèdent celles entre garçons, et elles ne sont ici plus de l'ordre de l'humiliation ou de la guerre psychologique. On passe aux choses sérieuses et aux très mauvaises blagues, de celles qui peuvent faire très mal.
Si l'on lit cette histoire au premier degré, on ne voit évidemment aucune amélioration par rapport à celle du roman précédent. Mais il y a ici un deuxième niveau plus intéressant sur lequel se caler pour éviter l'ennui. On ne va pas rappeler les inclinaisons de l'auteur pour la musique mais ceux qui s'y connaissent sauront aux détails fournis reconnaîtrent une dame de grande culture musicale.

Pour revenir à l'histoire, disons que qu'elle n'a rien d'extraordinaire. Les personnages y ont cependant un petit côté touchant et attachant parce qu'Anne McCaffrey sait les doter du petit quelque chose qui les rend humain. Sans donc être un grand roman, le lecteur saura se laisser prendre au jeu (musical) de cette aventure (une de plus) dans l’univers de Pern.

La conclusion de à propos du Roman : Les Tambours de Pern #3 [1989]

Manu B.
70

Les Tambours de Pern est le roman qui introduit définitivement le personnage de Piemur dans l'univers de La Ballade de Pern. C'est une histoire assez amusante, et nettement plus élaborée que le précédent volet de la trilogie initié par Le Chant du Dragon et La Chanteuse-Dragon de Pern.
Au final, cette trilogie, si elle n'est pas inoubliable, peut s'avérer passionnante mais elle s'adresse principalement à un jeune public.

Acheter le Roman Les Tambours de Pern en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Tambours de Pern sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Ballade de Pern