75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : La Maison des Chaînes #4 [2019], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 6 janvier 2020 à 09h00

Affrontements au cœur du désert et des garennes !

Suite directe du tome 2 du Livre des Martyrs, les Portes de la Maison des Morts, ce quatrième opus est intitulé la Maison des Chaînes. Si vous ne connaissez pas cet univers foisonnant crée par un archéologue rôliste Steven Erikson, allez lire cet article. Si vous n’avez plus le tome 2 en tête, c’est par . Et si vous désirez en savoir plus sur le tome précédent, c’est ici.

C’est encore une traduction ambitieuse que proposent les éditions Leha. Cette saga de fantasy épique est dense, riche en personnages et en péripéties. Nous reprenons l’histoire en fin de tome 2, certains protagonistes ayant été laissé en mauvaise posture. Enfin presque car il faudra attendre deux cents pages pour les retrouver. Le livre s’ouvre sur les aventures d’un jeune guerrier nommé Karsa Orlong.

Après un prologue consacré au traitre Trull Sengar, nous découvrons trois barbares dans les montagnes du nord de Genebackis. Karsa Orlong et deux de compagnons teblors de la tribu uryde partent en expédition. Ces guerriers impressionnants ont décidé de descendre vers les Basses-Terres et de tout piller sur leur passage... à trois. Et en effet, ils y arrivent ce qui donne des scènes épiques hallucinantes dignes d'un Conan. Sur leur trajet, ils découvriront des inscriptions révélant le passé de leur tribu et des autres clans des steppes. Karsa Orlong, leader du groupe ne veut y croire et pense que ce sont les élucubrations d'un fou mais ses hommes doutent. Karsa est un combattant peu loquace, courageux et fier, un peu premier degré et surtout très borné quand il s'agit du passé glorieux de son peuple et de ses ancêtres. Leur route croisera un démon, différents groupes de gens jusqu'à l'arrivée dans la ville es basses-terres où évidemment à trois, ils sont vaincus. Karsa se retrouver enchaîné dans un cachot, seul. Ses compagnons perdus, il se retrouve seul au milieu des humains. Or Karsa leur fait peur, ce guerrier qui seul à vaincu plusieurs soldats est un géant et les géant ne descendent que rarement de leurs plaines. Une des tribus, un peu plus petites que les membres de celle de Karsa sont d'ailleurs asservis. C'est le sort qui l'attend lorsque des soldats malazéens décident de l'embarquer vers les Mines d'Otataral sous le statut de criminel en compagnie du Daru Torvaald Nom, avec qui il lie une amitié surprenante.

Cette introduction très mouvementée contient quelques scènes assez violentes et dures. Le destin de Karsa Orlong s’avérera décisif. On quitte ensuite le géant dont l'aventure s'est poursuivie en mer pour retrouver la nouvelle Adjointe de l’Impératrice, Tavore Paran, qui fait le point sur ses troupes suite au massacre de la Chaîne des Chiens. Elle va devoir aguerrir douze mille soldats fraîchement recrutés pour la plupart, à l’exception d’une poignée de vétérans ayant survécu à la légendaire marche de Coltaine, afin de former une armée capable de renverser Sha’ik et les hordes de l’Apocalypse qui se terrent au cœur du Saint-Désert. La XIVème armée sera-t-elle à la hauteur de ce combat désespéré ?

Du côté de la faction de Sha’ik, les intrigues et coups bas se multiplient menaçant même l'intégrité de la Rébellion. A Raraku, d’obscures forces se rassemblent et cela n'augurent rien de bon.

Onrack, un T’lan Imass, a libéré de ses fers le Tiste Edur Trull Sengar, abandonné et banni par ses semblables. Tous deux se lancent dans une longue odyssée pour rejoindre leur domaine d’origine. Sur Avalii la dérivante, une sanglante confrontation ravive les inimitiés qui règnent entre les trois garennes primordiales, forçant Ammanas et Cotillon à sortir de leur réserve. Ce dernier s’adjoint l’aide de deux jeunes gens : Apsalar et Crokus devenu Couteaux se retrouvent au milieu du jeu des dieux sans pouvoir préserver leur relation. Et au cœur de Kurald Thyrllan, les Tistes Liosan sont aux abois : Osric, leur dieu, a disparu, et personne ne semble savoir où il est. Bon globalement, c'est le chaos du côté des anciennes races, des garennes magiques effrayantes et évidemment tout cela aura un impact sur la vie des humains qui, sans cela, déjà s’entre-tuent dans le désert.

Ce tome complexifie encore cet univers dense : de nouveaux personnages apparaissent. Karsa Orlong n’est pas le plus malin mais son évolution est intéressante. Si au début ses aventure sont un  peu linéaires, elles n’en restent pas moins épiques et vu comment Steven Erikson maltraite ses personnages, il faut du sang neuf ! De même, le poing Gamet est un personnage très humain avec des états d’âmes inévitables vu les enjeux de chaque décision militaire. Le retour de Félisine dans un rôle qui lui va comme un gant est attendu et sa relation avec sa sœur Tavore Paran est très bien amenée et assez émouvante. La narration croisée qui permet d'introduire ces nouveaux personnages et plusieurs points de vue fonctionne vraiment bien.

L’intrigue est au final moins complexe que cet univers sanglant et violent, la difficulté à suivre se place surtout dans les nombreux personnages et les non moins nombreuses factions, notamment côté dieux.  Il y a tout de même beaucoup (trop peut-être) de dieux (et de faux dieux) qui pullulent et dont les intentions sont rarement altruistes. La magie est toujours dérangeante et originale via le système des garennes. Bref, cette saga ne cesse de surprendre par la profondeur de son univers.

La conclusion de à propos du Roman : La Maison des Chaînes #4 [2019]

Nathalie Z.
91

Un quatrième tome toujours aussi épique et dense pour la saga de Steven Erikson ! La traduction est plus fluide et cette édition de chez Leha bénéficie d'une superbe couverture de Marc Simonetti. Des nouveaux personnages apparaissent et la narration croisée permet de suivre les différents points de vue sur la situation tendue de désert de Raraku. Il est temps de mettre fin à la rébellion de Sha'ik alors qua dans l'ombre des garennes d'obscures forces se ressemblent. 

On a aimé

  • Narration croisée efficace vu le nombre de personnages
  • Traduction fluide et agréable
  • Retour sur les lieux de la porte de la mort pour un affrontement qui sera terrible

On a moins bien aimé

  • Complexité du monde accrue, il faut suivre !

Acheter le Roman Le livre des Martyrs : La Maison des Chaînes #4 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le livre des Martyrs : La Maison des Chaînes #4 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Le livre des Martyrs