Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Mass Effect 2 [2010], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 22 novembre 2020 à 09h00

Les Moissoneurs Contre-Attaquent

Testé sur PS3

Véritable jeu culte, Mass Effect 2 représente pour beaucoup l'essence du space-opera sur consoles mais aussi une aventure humaine proprement inoubliable. Retour sur un véritable phénomène de l'action/RPG.

Sorti en 2007, le premier Mass Effect est vite devenu un classique du RPG occidental comme de la science-fiction vidéoludique pour plusieurs raisons dont un univers incroyablement riche et travaillé. Développé par le studio canadien de BioWare (Baldur' s Gate, KOTOR, Jade Empire...), propriété d'Electronic Arts depuis 2007, cet univers dans lequel furent plongés les joueurs appela une suite forcément très attendue. L'histoire était par ailleurs pensé comme une trilogie dès le départ donc cette séquelle fut concoctée notamment par le même duo à savoir le directeur de projet Casey Hudson et l'écrivain/scénariste Drew Karpyshynn. Duo que l'on retrouvait aussi sur Knights Of The Old Republic. Pour parfaire cette continuité, on note aussi la présence de Jack Wall comme compositeur principal. Sans être chaotique le développement fut néanmoins marqué par l'intégration du studio au sein d'un gros éditeur tel qu'EA mais aussi des difficultés financières liées à la crise de 2008 ou une épidémie de grippe au sein de l'équipe... Un développement qui se concentra d'abord sur la refonte complète de l'aspect action pour coller au maximum au genre du TPS alors très en vogue mais aussi des changements concernant une partie RPG simplifiée comme l'exploration supprimée tout en apportant des missions plus centrées sur des personnages comme un rythme soutenu. Le jeu fut extrêmement bien acceuilli à sa sortie en 2010 sur PC et Xbox One avant de paraître l'année suivante sur PS3 dans une version « complète » comprenant quasiment tous les DLC gratuits et payants sortis entre temps.

Suite directe du premier épisode, Mass Effect 2 remet en scène le commandant humain Shepard (un homme ou une femme selon votre choix) devant sauver la galaxie des Moissoneurs, une race génocidaire, au XXIIème siècle. Malheureusement pour lui, la galaxie et les différentes races (dirigées par le Conseil) ne croient pas assez en la menace des Moissoneurs dont seule l'équipe de Shepard a vraiment fait face. De plus, le vaisseau de Shepard est attaqué violemment le laissant pour mort alors qu'il va être sauvé pendant près de deux ans par l'organisation humaine Cerberus dirigée par l'Homme-Trouble. Cet homme et son organisation travaillent pour la défense, la mise en avant, si ce n'est la suprématie, de la race humaine dans la galaxie. Pour Shepard, Cerberus représente surtout un allié de poids qui fait de lui son fer de lance dans la lutte contre les Moissoneurs lui fournissant un nouveau vaisseau (aussi baptisé le Normandy) et des ressources telles qu'il peut constituer une équipe digne de sa mission. Il doit d'ailleurs commencé en enquêtant sur les attaques de colonies humaines vidées de leurs habitants par une race jugée comme mythique appelée Les Récolteurs. Shepard va devoir s'imposer en leader et regrouper une équipe cosmopolite tout en essayant de suivre ses idéaux afin de sauver la galaxie, une fois de plus...

Le scénario est une nouvelle fois une des grandes réussites du titre tant on s'implique vraiment dans l'histoire avant tout grâce au travail sur les personnages et les choix que l'on peut faire. Le cœur de l'intrigue du jeu est de constituer une équipe afin de faire la lumière sur les Récolteurs pour les affronter dans leur base dans une sorte de mission suicide. On va surtout partir à la recherche d'humains et d'aliens recommandés par Cerberus pour combattre à nos côtés comme Miranda la femme de confiance de l'Homme-Trouble, le scientifique Galarien Mordin Solus pouvant percer les secrets des Récolteurs, la fugitive humaine Jack aux pouvoirs biotiques dévastateurs ou encore l'assassin Drell condamné Thane Krios... Tous ces personnages sont génialement écrits et bien développés permettant de constituer une belle équipe à laquelle on s'attache sans oublier les autres membres d'équipages. Le tout est inscrit dans un scénario plus sombre et mature que le précédant mais qui sait aussi se montrer poignant, épique et drôle. Si les dynamiques entre les personnages sont vraiment intéressantes, on apprécie que l'intrigue brasse quelques thèmes intéressants. Ainsi, le jeu est dans la veine du premier épisode en abordant les thèmes de la tolérance et du racisme, de la manière dont la fin peut justifier les moyens tout comme ce que cela implique d'être un leader en temps de guerre...

Si ces thèmes ont une telle résonance c'est surtout car l'aspect jeu de rôle du titre se ressent dans la multitude de choix que l'on a à faire. A ce titre, il y a d'abord l'idée géniale de reprendre les choix que l'on a effectué lors du premier opus avec des liens vraiment poussés. Ensuite, il s'agit une nouvelle fois d'un véritable « jeu dont vous êtes le héros » car nos choix ont de véritables conséquences en commençant par le fait d'être conciliant (gentil) ou pragmatique (méchant) que cela soit dans les décisions capitales à prendre ou les relations avec l'équipage. De votre manière de jouer et de répondre aux demandes de vos alliés dépendra grandement la fin du titre. Cela permet de rendre l'implication maximale d'autant qu'il est toujours autant possible de paramétrer physiquement son héro(ïne). Cela fonctionne surtout grâce à une grande qualité des dialogues permettant de réellement faire vivre les personnages comme l'ordurière et meurtrie Jack, l'arrogance implantée de Miranda ou le fatalisme teinté de spiritualisme de Thane... Les relations sentimentales sont d'ailleurs toujours de la partie. Comme nouveautés on notera aussi l'apparition d'action à effectuer lors des cinématiques qui permettent encore une fois de faire des choix et cela fonctionne merveilleusement. Tout cela permet aussi de profiter pleinement du jeu plusieurs fois car le système de choix offre une réelle rejouabilité.

On apprécie d'autant plus le scénario et sa liberté grâce à un univers devenu maintenant plus familier mais dont on continue l'exploration. On retrouve ainsi avec plaisir les différentes espèces et certaines planètes déjà connues tout en en découvrant d'autres comme Omega, repère de la lie de la galaxie, la richissime mais louche Illium contrôlée par les Asari sans oublier la planète Tuchanka, sorte de monde post-apocalyptique étant la planète originelle des Krogans. Bref, le dépaysement est garanti mais c'est ici vraiment plus sombre et glauque que le premier épisode avec peu de planètes verdoyantes et colorées. La galaxie est sur le bord de la guerre et cela se ressent. On reste une nouvelle fois complètement ébahi devant la richesse d'un univers qui ne demande qu'à délivrer ses secrets, le fonctionnement des différentes races et civilisations en approfondissant celles déjà connues (Galariens, Asaris, Krogans, Quariens...) et en en découvrant de nouvelles comme les survivants Drells, les agressifs Vorchas ou les esclavagistes Butariens... Pour donner vie à un tel univers, il fallait évidemment une direction artistique solide ce qui est le cas. Si son approche de la science-fiction tendance space-opera, reste assez classique, elle est d'une consistance et d'une beauté (à différents degrés) telles qu'on est subjugué et impliqué en permanence. Les excellents doublages et la musique (aux accents hollywoodiens aussi orchestrale qu'électronique) très efficace achèvent de nous combler. Pour ce qui est de la technique, le moteur Unreal Engine 3 tient globalement la route notamment dans le soin apporté dans l'animation des visages. Après, il y a quand même des bugs d'animations des personnages assez souvent comme d'autres légers soucis qui n'entachent pas le plaisir de jeu.

Les fans de RPG devront se rendre à l'évidence, par son gameplay, Mass Effect 2 est avant-tout un jeu d'action matinée de RPG alors que le premier épisode faisait plus l'inverse. De fait, cette suite perd un nombre important de qualités de son prédécesseur mais améliore autant de ses défauts. Commençons d'abord par l'action qui était le travail principal affiché de BioWare et force est de constater que le titre tient la comparaison avec les TPS sortis à l'époque. Le gameplay gagne en souplesse, en lisibilité et en nervosité lors des phases d'action. Shepard se manie bien mieux avec un système de couverture plus fluide et une gestion nouvelle des munitions. Les joutes sont ainsi plus agréables et souvent grisantes avec ce qu'il faut d'ennemis, de boss et d'armes différents. La plus grande frustration est finalement le fait de ne pouvoir choisir que deux coéquipiers lors de chaque mission... On peut toujours mettre une pause active dans les combats pour changer les armes ou activer les pouvoirs de notre commando avec des raccourcis permettant de gagner du temps. Néanmoins on se concentre la plupart du temps sur notre personnage tant nos équipiers savent très bien se servir de leurs pouvoirs. Le seul gros point noir reste une nouvelle fois l'IA des ennemis peu travaillée donc totalement prévisible avec souvent comme seule tactique d'attaquer en nombre en fonçant dans le tas.

Dans le jeu, l'aspect RPG est donc franchement atténué en commençant par la progression de notre héros comme de ses coéquipiers qui se résument maintenant à quelques capacités et pouvoirs, assez frustrant. De même que la gestion de l'inventaire a été purement et simplement supprimée... Exit aussi les phases d'exploration au sein d'un véhicule car seules les planètes avec missions peuvent êtres explorées. Maintenant on découvre les différents systèmes à l'aide de sondes permettant de collecter des ressources améliorant armes, armures et le vaisseau. Plutôt intelligent dans l'idée, cela s'avère finalement assez rébarbatif donc ennuyant. Pour ce qui est des missions, il y en a beaucoup plus avec beaucoup de lieux à visiter mais elles s'avèrent plus courte. Mass Effect 2 fait le choix de la diversité et du rythme plutôt que de se plonger longuement dans une ambiance. Un choix qui fait sens avec néanmoins quatre planètes plus peuplées et riches en quêtes annexes que les autres. Si les quêtes annexes sont moins nombreuses et poussées que dans le premier épisode, cela est compensé par le fait qu'elles sont mieux mises en scène et par le grand nombre de quêtes principales. Pour terminer, la version PS3 offre une expérience directement plus étoffée avec ses DLC intégrés rajoutant missions, personnages et véhicules que l'on détaillera dans d'autres critiques. Tout cela permet d'avoir une durée de vie plus que conséquente pouvant approcher sans peine les 50 heures (en comptant évidemment les DLC directement intégrés de la version PS3).

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Mass Effect 2 [2010]

Auteur Bastien L.
88

Mass Effect 2 est une indéniable réussite offrant une histoire prenante dans un univers à la richesse vertigineuse. Le tout emballé dans un titre où l'action est souvent jouissive et où l'on prend les rênes d'une aventure grandiose qui ne quittera jamais notre mémoire de joueur. Le seul bémol étant que pour le gameplay, le côté RPG a été aseptisé par rapport au premier épisode alors qu'il y avait un tel potentiel...

On a aimé

  • L'histoire passionante servie par une excellente galerie de personnage
  • Une aventure épique, sublime dotée d'une grande direction artistique
  • L'action très efficace
     

On a moins bien aimé

  • L'aspect RPG trop atténué par rapport au premier opus
  • L'IA ennemie
  • Quelques soucis techniques

Acheter le Jeu Vidéo Trilogie Mass Effect : Mass Effect 2 [2010] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Trilogie Mass Effect : Mass Effect 2 [2010] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Mass Effect