75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Cycle Survivants: Anomalies quantiques, épisode 1 >

Critique de la Bande Dessinée : Cycle Survivants: Anomalies quantiques, épisode 1

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 12 février 2011 à 11:23

Nouveaux héros, nouveaux défis, même magie

En route pour Aldébaran, l’astronef Tycho Brahe est victime d’un accident quantique et est désintégré, envoyant à la mort plus de 2500 colons et 25 membres d’équipage. Sur Terre, les autorités, les spécialistes et l’opinion publique ne se font aucune illusion sur la possibilité qu’il y a ait des survivants. Hors, grâce au sacrifice de l’un des membres d’équipage, douze personnes ont échappé à la mort. A bord d’une navette de transport, ils se sont échoués sur une planète inconnue, sans moyen de communication, sans vivre, et armés d’une unique carabine.  Survivants raconte leur histoire…

Après Aldébaran, Betelgeuse  et Antarès, Leo relance pour la quatrième fois la franchise des Mondes d'Aldebaran. Ici, on pourrait presque parler d’un reboot puisqu’aucun  des protagonistes (adieu la belle Kim) ne figure dans la liste de ces naufragés galactiques. Mais, attention, cela n’empêche pas le premier opus de cette nouvelle série, Anomalies quantiques, de coller parfaitement au style de la franchise avec l’entame d’un arc scénaristique assez similaire, l’entame d’une énigme d’ordre planétaire (un étrange brouillard noir flottant dans le ciel), des personnages aux profils très proches de ceux des héros d’Aldébaran et une nouvelle exploitation de cet environnement sauvage et étrange qui fait la force des histoires de Léo.

Ainsi, on nouvelle fois, Léo (qui maitrise ici le scénario et le dessin) nous offre la vision d’une faune et d’une flore aussi étrange que létale et, chose nouvelle, la découverte de deux peuples autochtones très différents. Comme d’habitude, il met en avant l’aspect humaniste et social de l’aventure, avec la naissance des premières rivalités, des premières idylles (il cède encore une fois à son péché mignon du plan gentiment coquin et des émois post-ados). Et c’est à nouveau très réussi.  Evidemment, des personnages se détachent, et les séduisants personnages féminins ont encore le beau rôle avec en principale héroïne Manon, une sort d’alter ego de Kim (celle des cycles 2 et 3).  Enfin, comme au début d’Aldébaran, les personnages sont tous très jeunes, ce qui laisse augurer un développement sur le long terme (on attend d’en savoir plus sur eux). Reste maintenant à découvrir de quelle manière Léo va développer les rapports entre les survivants et les autochtones, en espérant que ces derniers ne soient pas juste un simple élément du décor.

Pour ce qui est du dessin, on retrouve évidemment le trait particulier de Léo, avec ses défauts et ses qualités : un grand souci du détail, un dessin très réaliste, un sens très affuté dans la mise en place d’un biotope original mais aussi des personnages aux expressions trop figés et un flux narratif un peu trop posé. On peut aussi regretter de très fortes ressemblances physiques entre les personnages de cette série et ceux des anciennes comme Ilse Meyfarth qui ressemble vraiment trop à Kim Keller (Betelgeuse et Antarès) et Kathy Austin (Kenya et Namibia). Enfin, dans ce premier album, il ne nous offre pas beaucoup de ces créatures à la morphologie complètement foutraque dont il a le secret, mais nul doute que cela va venir dans les prochains opus.

78

Et c’est reparti pour de nouvelles aventures dans les mondes d’Aldébaran ! Avec Survivants, même si cela ne se passe pas dans le même système solaire et que les personnages sont différents, on retrouve les mêmes fragrances mêlant planet opera, aventures exotiques, débat humaniste et mystère d’ordre planétaire. Et, de nouveau, la magie opère, même si, bien, entendu, tout élément de surprise est désormais absent….Sauf, bien sûr, pour ceux qui auraient la chance de découvrir l’univers SF de Léo avec cette nouvelle série.

Critique de publiée le 12 février 2011.

Que faut-il en retenir ?

  • Le charme des mondes d’Aldébaran
  • L’aspect planet opera
  • Un scénario assez accrocheur
  • Un biotope intrigant, entame d’une enigme

Que faut-il oublier ?

  • Un album de mise en place

Acheter Cycle Survivants: Anomalies quantiques, épisode 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cycle Survivants: Anomalies quantiques, épisode 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Les Mondes d'Aldebaran