75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Cycle d'Aldébaran: le groupe
Cycle d'Aldébaran: le groupe >

Critique de la Bande Dessinée : Cycle d'Aldébaran: le groupe

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 26 février 2006 à 1006

La construction d’une communauté

Quatrième, et avant-dernier, tome du cycle d’Aldébaran, le Groupe représente à la fois une évolution de la méthode narrative et un changement de style dans le traitement des personnages.
A la fin de La Photo, Léo nous offrait une révélation sous forme d’un cliffhanger surprenant, une nouvelle carte qui changeait carrément la donne. Les personnages de Driss et d’Alexa prenaient alors, avec cette simple photographie, une importance d’autant plus grand que leur nature ‘’surnaturelle’’ se voyait confirmée. Et cette information anticipait réellement la progressive (mais désormais plus rapide) mise en avant de ces deux personnages, jusqu’à présent secondaires, dans le déroulement du récit. Bien entendu, avec l’introduction de ces nouveaux éléments, il était évident que les choses allaient prendre une évolution inattendue et que la narration allait s’orienter vers des sentiers différents que ceux suivies jusqu’alors par Marc.
La première confirmation d’un tel changement qui transpire de ce nouvel opus est la décision de l’auteur de s’orienter vers un traitement plus adulte des personnages. Marc et Kim ayant atteint une suffisante maturité pour ce faire, Léo emprunte alors des voix plus crues et plus mordantes, dans les rapports humains et émotifs qui se définissent entre les personnages, mais aussi dans l’attitude de l’adversité rencontrée. La nature même de ce tome 4, qui est pratiquement un huis clos (dans un zeppelin), facilite grandement la mise en place de ces rapports sociaux définitifs, à la manière d’un psychodrame.
En effet, on s’aperçoit que la pression monte et que les adversaires des héros deviennent de plus et plus belliqueux, manipulateurs et jusqu’au-boutistes. La tension dramatique s’accélère et on voit vraiment la vie des principaux protagonistes mise en danger. Un fait nouveau qui accroît nettement le suspense, le récit s’orientant parfois même dans le pur style ‘’thriller’’.
Léo change également la méthode narrative de son scénario. Il abandonne en effet le système de tiroirs avec ses évolutions parallèles pour un traitement plus général. Les individualités et leur progressions intrinsèques sont mises de coté au bénéfice du groupe, qui fait entrer par conséquent la notion de collectivité, qui était jusque là complètement inexploitée. On sent fortement l’introduction du thème messianique, et la notion d’élu est d’ailleurs presque prononcé par Alexa : ‘’En dernier recours, c’est la Mantrisse qui choisit. Le moment venu, c’est elle qui décide à qui elle donnera sa gélule miraculeuse’’. Oui, mais sur quels critères repose son jugement ? Et quel est son but ? On n’en sait pas plus, mais on devine que cela va s’orienter du coté de la morale et de l’éthique. A la manière d’une quête de grâce divine.
Malgré ce brouillard que l’auteur conserve tout autour de la nature de la Mantrisse, ce tome délivre quand même son lot d’informations. Un lot plus conséquent d’ailleurs, mais qui reste quand même assez disparate et confus, sur les objectifs des sbires du gouvernement, les agissements bizarre de la faune d’Aldébaran, mais surtout lors de l’introduction d’une parenthèse mettant en scène un vaisseau spatial terrien à la recherche de la planète Aldébaran. A travers ces quelques plans, on prend de plus en plus conscience de la puissance de l’entité qui domine les profondes océanes de la planète Aldébaran, mais on n’entrevoit vraiment pas ses motivations (les voix du seigneur sont impénétrables, n’est-ce pas ?).
Par contre, il faut bien dire que la découverte de la planète est sacrifiée au cours de cette nécessaire mise au point humaine. Léo, dans Le Groupe, met de coté l’aspect ‘’découverte exotique’’ jusque là privilégiée pour se consacrer à la mise en place de sa ‘’communauté’’. On reste ainsi un peu sur notre faim, étant habitué à découvrir à chaque épisode des animaux tous aussi bizarres et originaux les uns que les autres, notre soif de curiosité ne se trouve guère apaisée. Cependant, comme pour nous rassurer, dans les dernières pages du tome, Léo nous emmène au dessus des redoutables Grand Marais, à bord d’un dirigeable en perdition. Et, à ce moment, à travers des plans où apparaissent d’étranges décors de nature sauvage, il nous laisse envisager un retour à l’aventure exotique (dans le style Burroughs) pour l’opus suivant, qui clôt ce premier cycle.

La construction du binôme Marc-Kim

La conclusion de

Le Groupe peut être considéré comme le théâtre d’un véritable changement dans la construction du cycle. Dans les précédents tomes, Léo a construit tous les éléments humains de manière séparée, avec parfois des recoupements nécessaires à leur évolution. Là, il a décidé que les différents acteurs de la scène finale étaient fins prêts et il a procédé à la construction de sa ‘’communauté d’apôtres’’ en quête de vérité. Cette mise en place délicate a demandé que Léo y consacre la quasi-totalité des 48 pages, laissant momentanément de coté l’aspect ‘’exploration’’ qui est tout de même une des grandes richesses de la gamme Aldébaran. Mais au profit d’un excellent huis clôt à suspense qui met bien en valeur la profondeur psychologique de ses personnages.

Que faut-il en retenir ?

  • Mise en place des enjeux définitifs
  • Evolution intelligente des personnages
  • Montée en puissance du suspense
  • Introduction de nouveaux éléments révélateurs

Que faut-il oublier ?

  • Mise de coté de l’aspect aventure exotique

Acheter Cycle d'Aldébaran: le groupe en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cycle d'Aldébaran: le groupe sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Mondes d'Aldebaran

En savoir plus sur l'oeuvre Les Mondes d'Aldebaran