75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Cycle d'Antarès: Episode 2
Cycle d'Antarès: Episode 2 >

Critique de la Bande Dessinée : Cycle d'Antarès: Episode 2

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 30 mai 2009 à 1359

Sans surprise mais toujours aussi accrocheur

Il était temps ! Deux ans après la sortie du tome 1, Léo nous propose enfin la suite d'Antarès, qui compose le troisième cycle des Mondes d'Aldebaran. Tant et si bien, qu’ayant carrément oublié de quoi causait le premier opus (sorti en 2007), j’ai du le relire. Mais, comme on dit communément : quand on aime, on ne compte pas. N’est-ce pas ?

Le premier tome, intitulé sobrement Episode 1, avait laissé nos habituels amis (Kim, Alexa, Marc, Maï Lan et monsieur Pad) a la vieille de leur départ pour Antarès, la surface de la planète étant seulement occupée par une équipe de reconnaissance composée de trois jeunes explorateurs. C’est ces derniers, alors que parallèlement le reste de l’histoire se déroule principalement sur Terre et sur Betelgeuse, qui nous ont permis de découvrir l’incroyable et dangereuse faune d’Antarès, planète qui est également le siège d’étranges manifestations.

Dans l’épisode 2, on retrouve exactement nos amis là où on les avait laissés. Embarqués sur le Robert Goddard en compagnie de colons, les personnages vont tout d’abord découvrir que les commanditaires de l’expédition et une grande partie des passagers appartiennent à une secte intégriste, ce qui ne va pas manquer d’entraîner quelques problèmes avec les autorités (pour ce faire, Léo se débarrasse un peu abruptement du commandant Leilah Nakad, une amie de Kim, qui dans le premier tome avait accepté de commander le vaisseau). Si ces passages ne manquent pas d’intérêt – ils permettent de découvrir un peu plus les aspects extrémistes de la secte – il n’est pas inutile de dire que cela ne fait pas beaucoup avancer l’histoire.

Puis, à partir de la page 20, c’est l’arrivée sur Antarès et on retrouve enfin le grand Léo, un auteur incroyablement doué pour mettre en image des univers exotiques peuplés de créatures incroyables. Les personnages vont alors se retrouvés séparés (suite à un incident technique) ce qui va permettre d’explorer la planète à partir de deux points de vue complètement différents – la jungle et la savane – en compagnie des deux rescapés de l’équipe de reconnaissance. Evidemment, Léo utilise les mêmes techniques que pour le reste du cycle, en entretenant un mystère teinté de mysticisme qui subodore un metaplot d’ordre, sinon cosmique, du moins planétaire. On pourrait – à raison - accuser Léo de tourner un peu en rond, et c’est vrai que l’effet de surprise ne joue plus, mais force est d’admettre que l’artiste est très doué dans le domaine.

Au niveau technique, Léo reste fidèle à son style, très académique au niveau de la mise en cadre et très détaillé dans le trait. Comme d’habitude, certaines attitudes (surtout humaines) apparaissent comme un peu figées. Ce n’est forcément désagréable ; on aime ou l’on n’aime pas. C’est une question de goût. De toutes manières, pour la cohérence du cycle, il était bien entendu hors de question que le dessinateur-scénariste change son style ou emploie un autre illustrateur (comme cela s’est passé pour Terres lointaines).

La conclusion de

Après une première partie de tome plus informative que franchement passionnante (faute à des dialogues un peu légers), Léo en vient à ce qui lui convient le mieux : le planet opera écologique. On retrouve alors avec joie les univers sauvages et inattendus qu’il sait si bien mettre en forme, peuplés de créatures absolument étonnantes, et une intrigue dans laquelle se glisse toujours une part de mystère et de secret. De l’aventure exotique vraiment très divertissante, habitée par des personnages que l’on prend toujours plaisir à retrouver.

Que faut-il en retenir ?

  • Des personnages attachants
  • Le bestiaire et l’aspect exploration
  • Le secret d’Antarès ; intriguant
  • Une ambiance particulière, propre au cycle

Que faut-il oublier ?

  • Un auteur qui tourne un peu en rond ?
  • Le trait de Léo, qui peut ne pas plaire
  • Une première partie de tome moins réussie

Acheter Cycle d'Antarès: Episode 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cycle d'Antarès: Episode 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Mondes d'Aldebaran

En savoir plus sur l'oeuvre Les Mondes d'Aldebaran