75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Watchmen [2009], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 26 février 2009 à 23h59

Watchmen, la vision d'un monde meilleur ?

La première fois que j'eusse entendu parler des Watchmen (Les Gardiens en français) ce fut lors de la sortie de l'excellent jeu sur Amiga « Beneath a steel sky ». À cette époque, je ne connaissais pas encore le comic, mais le jeu lui était déjà crédité « designé par Dave Gibbons, le dessinateur des Watchmen ». Ce fut donc à ce moment-là que j'entendis pour la première fois parler de cette œuvre, et ce ne fut pas la dernière puisque depuis, régulièrement, pléthore d’œuvres furent comparées à celle d’Alan Moore et Dave Gibbons.

Le comic fut longtemps considéré comme inadaptable. Beaucoup de studios et de réalisateurs eurent la prétention de déclarer qu'ils se lançaient sur le projet avant de l'abandonner un peu plus tard. Il faut dire que le comic, de par sa structure, ne suivait pas les critères habituels à cette catégorie, notamment en ce qui concerne la manière de raconter une histoire. Construit en douze chapitres, il n'était pas rare d’y voir des éléments se faire référence, jouant avec le temps et la narration à travers une multitude de personnages. En y réfléchissant, adapter avec justesse une telle œuvre n'aurait pu être envisagé que sous la forme d'une série de 12 heures. Mais, là encore, les propos politiques et, parfois, la violence affichée par les sujets ne se prêtaient guère à un média comme celui-ci – qui prend bien garde à ne pas froisser les sensibilités des foyers américains.

Il faut donc déjà reconnaître à Zack Snyder le mérite de ne pas avoir abandonné là où d'autres l'ont souvent fait. Cela, de plus, n’est pas son seul mérite. D'une durée conséquente (2h40), le film se montre d'une fidélité absolue à l'œuvre de Moore et de Gibbons. Bien sûr, le fan qui va chercher la fidélité au détail prêt, se refusant à la moindre coupure, va trouver matière à grogner en argumentant que le film ne fait que survoler certains aspects des 400 pages de la nouvelle graphique. Il n'en reste pas moins que l'on y retrouve 75% du matériau d'origine et que celui-ci est traité avec un évident respect. Zack Snyder n’accorde quasiment aucune concession hormis, peut-être, celle de construire un film qui ne dépasse pas les 3 heures.

Que ce soit la séquence du viol du personnage de Sally, le meurtre ignoble que commet le personnage d'Eddie le comédien (durant le conflit du Vietnam) et bien d'autres passages clés de la bande dessinée, tout est reporté sur un film qui va même, par moment, jusqu’à utiliser un découpage presque similaire - offrant ainsi quelques retours en arrière savoureusement bien introduits. Celui qui a aimé le comic et qui a bien conscience qu'une adaptation nécessite quelques retouches devrait donc ressentir un immense plaisir durant toute la durée du film. Et, pour une fois, l’on a vraiment la sensation que les producteurs ont fait des efforts pour soutenir leur réalisateur, en l’autorisant à conserver même les aspects les plus choquants du support originel, quitte à se priver de l’apport d’un plus large public.

Les époques durant lesquels se déroulent les événements sont retranscrites, ainsi que les situations politiques (Nixon réélu cinq fois ici),et surtout l'aspect mettant en avant l'idée de ce qui pourrait se produire dans le cas où certains hommes se croiraient supérieurs à d'autres. De plus, comme dans les comics, seul le Dr. Manhattan possède des pouvoirs, ce qui amène des parallèles avec la croyance en un être souverain.

Pour le public non initié au comic, il n’est pas certains que le film apparaisse comme aussi séduisant ; l'image des super héros est ici loin d'être habituelle, et les scènes d'actions - bien qu'accentuées pour les besoins du film - ne sont pas si fréquentes et cèdent souvent la place à des dialogues qui imposent au film une certaine lenteur. Certaines personnes n’adhèreront probablement pas. Pour estomper un peu cet aspect posé, afin de véhiculer rythmes et émotions pour un public de plus en plus exigeant, Zack Snyder a eu tendance à user (et abuser) de l'aspect musical avec des nombreux titres (« The Sound Of Silence (Simon & Garfunkel) » pour une séquence d'enterrement, « Hallelujah (eff Buckley) » pour une scène d'amour, ou encore « la chevauchée des walkyries (Wagner) » pendant le Vietnam). Par moment, cela semble « de trop », mais les choix musicaux se portant vers de bons titres et le film étant ce qu'il est, il est facile de lui pardonner ses excès.

« Watchmen », à l'instar de « 300 », c'est aussi un gros travail sur l'image. La bande-annonce nous le laissait présager et elle ne nous a pas trompés. Même si cette fois-ci une grosse partie du film fut tournée dans des décors réels, le résultat est tout simplement stupéfiant. Retouché juste comme il faut, le film possède une ambiance unique qui fera briller les pupilles des spectateurs. Même constat pour le déroulé de l’action, toujours aussi fluide et bien cadrée. Comme sur « 300 », on retrouve l'utilisation du « slow-motion » et pas mal de plans larges. Certains n'aimeront pas, il n'en reste pas moins que cela permet une lecture aisée de l'action - pas comme certains métrages, cadrés serrés et débitant les plans à la seconde. Là, au moins, on voit ce qu’il se passe !

Côté casting, le film ne présente aucune grosse pointure et cela m’apparaît comme une excellente décision. Les spectateurs ne suivront pas les aventures de Tom Cruise, Ben Affleck ou autres stars hollywoodiennes, mais bien celles des Watchmen. Aucun acteur ou personnage ne prend le dessus sur l'autre. Comble du bonheur, ils sont tous parfaits. Pour ma part, j’ai une petite préférence pour Malin Akerman, que j’accompagnerai bien lorsqu’elle sort « faire des bêtises à 3 heures du matin », comme elle aime si bien le dire.

Alors que je disais plus haut que les non-initiés n'adhèreraient pas forcément au film, je vais me contredire en précisant aussi que son histoire solide et peu habituelle, le talent des comédiens et la beauté des images amèneront peut-être un certains nombre à adhérer et avoir envie de découvrir le comic, ou tout simplement à apprécier son originalité.

 

La conclusion de à propos du Film : Watchmen [2009]

Richard B.
92

Depuis peu, les adaptations de bandes dessinées font merveille. « Watchmen » s’inscrit dans cette continuité. Sous certains aspects, il transcende même le genre car non seulement Zack Snyder réussit son défi à adapter l'inadaptable, mais il parvient aussi à offrir un film qui matérialise nos fantasmes les plus fous – comme celui de voir de telles choses sur grand écran. Quelques petites imperfections apparaissent par moment, mais elles ne sont rien face au plaisir ressenti.

Que faut-il en retenir ?

  • Visuellement grandiose
  • Film récupérant parfaitement l'esprit du comics
  • Un scénario solide
  • Un très bon choix des acteurs
  • Des héros qui sont violents et adultes

Que faut-il oublier ?

  • Un rythme qui ne plaira pas à tous le monde
  • Le film joue trop de l’élément musical

Acheter le Film Watchmen en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Watchmen sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Gardiens