75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Watchmen
Watchmen >

Critique du Film : Watchmen

Avis critique rédigé par Vincent L. le mercredi 11 mars 2009 à 1551

Un tournant dans le genre, mais pas un chef d'oeuvre...

Adaptation du cultissime roman graphique de Dave Gibbons et d'Alan Moore, Watchmen était attendu par bon nombre de fans comme un Saint Graal cinématographique, adaptation ultime d'un matériau riche et génial. Cette arlésienne hollywoodienne, passée entre les mains de talentueux réalisateurs, tels Terry Gilliam ou Darren Aronofsky, avait en effet fini par attérir sur les épaules du très geek Zack Snyder, lequel, auréolé du succès aussi bien public que critique de 300, se trouvait avec les coudées franches pour retranscrire l'ambiance aussi bien violente que politiquement incorrecte du comics.

Le metteur en scène idéal, en somme, qui avait d'ores et déjà prouvé sa capacité à fidèlement retranscrire une oeuvre et qui, agissant également comme producteur, laissait espérer une adaptation fidèle voire, au vu de la bande annonce, un véritable copié-collé du comics. Mais une adaptation réussie sous-entend t-elle nécessairement de coller au plus près au matériau d'origine ? Posée autrement, la question revient à se demander si ce qui fonctionne en littérature, en jeu ou en BD fontionne à l'identique lorsqu'il est transposé dans un langage cinématographique.

Dans le cas de Watchmen, la réponse est à fortement nuancer. A l'instar du récent The Dark Knight, le film comporte énormément d'aspects remarquables, surtout vis à vis des autres productions relevant du même genre, mais son impact se trouve pourtant amoindri par son scénario déséquilibré qui provoque, à de nombreuses reprises, de sérieuses chutes de ryhme. Parce qu'on ne structure pas de la même manière une histoire sur quatre cent pages - que l'on digère généralement en plusieurs fois - et sur deux heures quarantes - que l'on regarde traditionnellement en une seule fois - on ne peut efficacement transposer un scénario d'un support à l'autre sans opérer de modifications.

Ainsi, le film est tiré vers le bas par le personnage très casse-gueule du Dr Manhattan. Déjà maillon faible de l'oeuvre dessinée - un personnage de dieu écrit par un scénariste bien humain peut-il avoir autre chose que des reflexions  affreusement banales ? - Manhattan est le genre d'élément qui a tendance à fortement déséquilibrer une histoire. Au vu de son degré de puissance, il faut ainsi constamment appuyer la narration pour justifier le fait que tout ne soit pas résolu d'un claquement de doigts en vingt minutes sans pour autant le faire passer pour un neuneu un brin débile. Cela se fait ici au détriment d'autres personnages, notamment le nettement plus intéressant Ozymandias qui aurait mérité un traitement plus approfondi.

A côté de cela, les quelques infidélités faites au roman graphique s'avèrent paradoxalement loin d'être pertinentes, et ce à l'image de la transformation du personnage du Hibou, qui passe de has been ventripotent et impuissant à beau gosse simplement mal habillé. Sa relation avec Lorie jupiter prend en conséquence du plomb dans l'aile, ne s'apparentant désormais qu'à un simple quota "cul" gratuit et sans grand intérêt. Un choix étrange - d'autant que le reste est pourtant respectueusement transposé - qui retire au personnage une grande partie de son intérêt.

Ceci étant dit, Watchmen est cependant loin d'être un mauvais film. Ces points négatifs sont en effets compensés par la pléthore de qualités qui se dégagent du film de Zack Snyder, et au premier rang desquelles ont pourra remarquer l'importance donnée aux personnages en règle générale. Peut-être pour la première fois dans un film de super-héros, les protagonistes ne sont pas caractérisés par ce qu'ils font mais bel et bien par ce qu'ils sont ! L'équilibre nécessaire entre l'avancée de l'histoire principale et la part donnée aux personnages est assez justement trouvé, le film naviguant entre éléments scénaristiques importants et scènes à unique destination des héros. Dans le lot, ce sont Rorschach et le Dr Manhattan à qui la part belle est très clairement donnée, en terme de quantité et de qualité d'histoire, mais il est cependant intéressant de noter que le Comédien, vivant uniquement au travers de flashback, s'impose naturellement comme un personnage au même titre que les autres.

Derrière la caméra, Zack Snyder livre un travail inspiré, loin des dérives dans lesquelles avait eu tendance à sombrer 300 (l'utilisation de ralentis à outrance notamment ou la profusion de plans trop appuyés). On retrouve ici, et ce n'est clairement pas pour se plaindre, la fluidité et le punch qu'avait pu avoir L'Armée des morts. Transcendée par des effets spéciaux réussis et, toute proportion gardée, relativement discrets, sa mise en scène est au diapason de l'oeuvre de Gibbons et de Moore. Il est à noter que si l'aspect violent a logiquement été gardé, il est agréable de voir que le ton politiquement incorrect et volontairement provocateur n'a pas été amenuisé, et ce à l'image du Comédien qui reste dans cette adaptation le même enfoiré que dans le matériau original.

Enfin, bien au delà de tout cela, l'énorme point fort de Watchmen se trouve dans les performances unanimement excellentes de touts les acteurs. De Jackie Earle Haley à Patrick Wilson en passant par Jeffrey Dean Morgan ou Carla Gugino, tous sont au diapason de leurs géniaux personnages, leur rendant ainsi largement honneur. Parfaitement intégrés dans une histoire que l'on savait déjà béton, ils accaparent l'attention du spectateur bien mieux que ne le font les superbes décors ou effets spéciaux. Après un oscar pour le joker, un oscar pour Rorschach ?

La conclusion de

Si Watchmen n'est pas l'adaptation ultime du roman graphique de Dave Gibbons et d'Alan Moore, il n'en est pourtant pas honteux ou totalement raté. Conservant bien à propos le ton provocateur et politiquement incorrect du comic, il n'arrive cependant pas à véritablement se détacher du matériau original pour parfaire sa conversion cinématographique. Tel quel, cela n'en reste pas moins un spectacle intéressant, riche et intelligent qui, c'est certain, marque un tournant dans ce genre cinématographique bien particulier.

Que faut-il en retenir ?

  • Des comédiens exceptionnels !
  • Une histoire forte et bien construite,
  • L'importance donnée aux personnages,
  • Une mise en scène fluide et rythmée,
  • Des effets spéciaux réussis.

Que faut-il oublier ?

  • De très sérieuses chutes de rythme !
  • Trop focalisé sur le docteur Manhattan,
  • Le Hibou, nettement moins intéressant que dans le comics.

Acheter Watchmen en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Watchmen sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Gardiens

En savoir plus sur l'oeuvre Les Gardiens