75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : L'Epée de Feu
L'Epée de Feu >

Critique du Roman : L'Epée de Feu

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 1 avril 2008 à 1409

Un univers en constante évolution...

Le premier à mourir fut le type perché sur le toit. Accroupi près de la cheminée à quelque deux cents pas d'eux, il n'était guère plus qu'un vague pan d'ombre dans la grisaille précédent l'aube, mais il bougea lorsque le ciel entreprit de s'éclaicir, s'étira, se dressa. La flèche d'Anguy le prit en plein poitrine. Il dévala comme désossé le versant d'ardoise abrupt et s'écrasa devant la porte du septistère... / ... Thoros donna de la gueule, et les brigands attaquèrent pour de bon...
L'épée de feu est le septième tome du cycle du Trône de Fer. Dans ce qui est en fait la deuxième partie du troisième livre original (A Storm of Swords), George R.R. Martin continue de développer son univers en y intégrant progressivement une dose de fantastique pour lentement transformer son récit médiéval romanesque en une fresque de dark fantasy adulte et "réaliste", et cela de la façon la plus transparente possible. Ainsi, l'on n'est désormais guère choqué de voir surgir, au gré des chapitres, les témoignages de manifestations surnaturelles les plus étonnantes, laissant apparaitre les prémices d'une future et violente dualité lumière-feu / obscurité-froid. Mais attention, ne vous méprenez pas sur le sens de ce descriptif car l'on est très loin des principes rudimentaires de la fantasy habituelle. Dans le Trône de Fer, les deux tendances - l'encolure flattée par l'extrémiste rapport Anarchie / Totalitarisme - présentent des aspects plus qu'inquiétant.
Bien entendu, l'auteur continue de modeler comme de l'argile la personnalité des principaux - et nombreux - protagonistes de cette saga. Certains continuent sur la voie tracée depuis les débuts- comme Tyrion ou les membres de la famille Stark -, alors que d'autres acèrent de manière abrupte leur caractère (la princesse Daenerys) ou se métamorphosent sous nos yeux, chamboulant complètement nos idées reçues. Parmis cette riche et colorée galerie de personnages, Jaime Lannister est probablement le plus surprenant. Haïssable il y a encore peu, il nous révèle ici un profil psychologique beaucoup plus subtil que l'on aurait pu le croire. A noter aussi la prise d'importance de lord Béric Dondarrion, le personnage le plus mystérieux du moment, alors que le Limier reste le "méchant" le plus délicieux et le plus imprévisible.
Vindiou qu' c'est bon!..

La conclusion de

A chaque "épisode" du Trône de Fer, l'on est de plus en plus séduit. Dans cette histoire parfaitement cohérente et absolument passionnante, tous les personnages, des plus humbles (Davos, Samwell) aux plus prestigieux (Tyrion, Jaime), bénéficient d'un traitement exemplaire et participent de manière originale à la construction d'une des plus riches fresques low fantasy de la littérature anglo-saxonne. Totalement incontournable...

Que faut-il en retenir ?

  • De la low fantasy sérieuse et cohérente
  • Des rapports sociaux, politiques et humains élaborés
  • Un récit en constante évolution
  • Une extraordinaire galerie de personnages.

Que faut-il oublier ?

  • Le découpage Pygmalion, peu logique

Acheter L'Epée de Feu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'Epée de Feu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Trône de Fer

En savoir plus sur l'oeuvre Le Trône de Fer