75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le trône de fer >

Critique de la Série Télé : Le trône de fer

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 11 février 2013 à 14:30

Une deuxième saison à la hauteur des attentes...

Après avoir reçu un accueil public et critique plus qu'enthousiaste pour une première saison de grande qualité, la chaîne cablée HBO continue son adaptation télévisée de la saga du Le Trône de Fer en adaptant cette fois l'intégralité du deuxième tome de la saga : A clash of kings (initialement parus en français en trois volumes différents : La Bataille des Rois, L'Ombre Maléfique et L'Invincible Forteresse). Fort d'un budget légèrement supérieur, cette deuxième saison poursuit logiquement après les évènements qui ont conclu les derniers épisodes, et qui vont petit à petit amener à cette bataille des rois. Les choses ayant déjà été posées, les personnages déjà présentés et les motivations déjà exposées, on entre dans le vif du sujet dès les premières minutes pour n'en ressortir qu'à la toute fin du dernier épisode, après plus de neuf heures de programme qui nous auront sans cesse tenus en haleine.

Sur un format similaire (dix épisodes de cinquante deux minutes), l'intégralité du roman d'origine est ici retranscrit avec un soin tout particulier donné à la fidélité vis à vis du matériaux d'origine. En effet, n'en déplaise aux exprits chagrins, le coeur et l'esprit des écrits de George R.R. Martin est bel et bien présent dans cette adaptation, et ce même si, pour des raisons de confort (notamment vis à vis des spectateurs non lecteurs des romans) et/ou de budget, quelques ajustements ont pu être fait. En l'occurence, on trouvera dans cet état de fait la seule réelle faiblesse de cette série (pour peu que l'on puisse parler ici de "faiblesse"), à savoir le peu de surprises qui attendent celles et ceux qui ont d'ores et déjà lus les romans, et qui, au final, ne seront jamais vraiment surpris par les divers épisodes (on peut, ici, presque plus parler "d'illustration" que "d'adaptation").

Pour le reste, la qualité est au rendez-vous. Qualité d'écriture pour commencer, les divers scénarios parvenant à retranscrire avec efficacité et fluidité la complexité de l'univers créé par George R.R. Martin. Les personnages ne sont pas simplifiés, leurs motivations et leurs agissements restent cohérents avec les enjeux posés, et tous s'inscrivent impeccablement dans la géopolitique de l'univers de Westeros. La série se pose à ce niveau comme une référence, se situant dans un juste milieu qui nécessite des spectateurs un certain investissement (comprendre qui est qui, qui fait quoi) tout en ne sacrifiant jamais la fluidité de sa narration sur l'autel d'une complexité inutile. Les dialogues, finement travaillés, permettent ainsi à la fois de donner une contenance aux personnages, de développer l'univers et de décrire les tenants et aboutissants des actions des uns et des autres.

La richesse de l'oeuvre d'origine se retrouve donc impeccablement adaptée dans cette saison, notamment dans ce quelle à de plus mouvante. Contrairement à nombres d'autres séries télévisées, dans lesquelles, trop souvent, les choses n'évoluent jamais, Westeros est un univers qui se déconstruit et se reconstruit au fur et à mesure des divers épisodes, apportant avec lui son lot d'incertitudes, de retournement de situations et de cliffhangers absolument délicieux. Des personnages meurent, d'autres apparaissent, mais rien n'est jamais acquis d'avance dans l'histoire racontée. Cela n'en rend l'oeuvre que plus passionnante à suivre, Le trône de fer s'imposant définitivement comme une saga de fantasy adulte, qui, bien loin d'un Legend of the Seeker, parvient à donner ses lettres de noblesse à un genre bien trop souvent mal considéré.

Face à la caméra, les acteurs ne déméritent pas, et donnent à leurs personnages la présence nécessaire pour les rendre crédibles. Si, une nouvelle fois, Peter Dinklage occupe le haut du panier (reconnaissons tout de même que son personnage est très certainement le plus intéressant de tous), les autres comédiens ne déméritent pas, du délicieusement détestable Jack Gleeson au très charismatique Charles Dance, en passant par des rôles féminins impeccablement incarnés par des actrices parvenant sans problème à se faire leur place dans un univers à la base très masculin (Lena Headey, Carice van Houten et Emilia Clarke, toutes les trois géniales). A l'instar de la saison précédente, les acteurs contribuent largement à la réussite générale de la saison, tous parvenant à incarner avec ce qu'il faut de talent leurs divers personnages.

Question réalisation, La série s'appuie sur un excellent travail des divers réalisateurs, à la fois soigné et parfaitement rythmé (pas évident quand le coeur de la série repose sur des dialogues) ; il est simplement regrettable que l'aspect "cul" soit quelque peu surévalué, celui ci n'apportant pas forcément grand chose à l'histoire racontée (mais c'est la HBO's touch). La prod design, qui favorise les environnements naturels, s'avère très appréciable, et les épisodes bénéficient tous d'un travail technique sans faute. On remarquera cependant que le manque de moyens se fait parfois sentir, et ce notamment lors de la grande bataille finale, qui, si elle n'est pas à proprement parler honteuse (Neil Marshall, qui la réalise, sait y faire avec trois fois rien), ne réussit pas franchement à masquer son faible budget, ne parvenant donc pas à retranscrire efficacement son côté démesuré.

90

L'adaptation télévisée de la saga littéraire du Trône de Fer se poursuit avec brio sur la voie très qualitative tracée par la première saison, trouvant définitivement dans le format série un écrin idéal à la multiplicité et à la complexité de ses nombreuses intrigues. De plus en plus passionnante, l'histoire racontée se déploie avec une grande maîtrise tout au long des dix épisodes, et ce jusqu'à un final impeccablement maîtrisé en terme de dramaturgie. Si les contraintes budgétaires se font ici un peu plus sentir - notamment lors de la grande bataille finale - le tout se pare cependant d'une richesse scénaristique indéniable qui rend cette série tout simplement incontournable.

Critique de publiée le 11 février 2013.

Que faut-il en retenir ?

  • De la fantasy adulte, enfin !
  • Une saison passionnante,
  • Narration bien maîtrisée,
  • Des personnages consistants,
  • Un casting solide,
  • Aspect fantastique subtil,
  • Un univers en pleine évolution.

Que faut-il oublier ?

  • Des contraintes budgétaires visibles,
  • Des scènes de cul sans intérêt,
  • Moins intéressant pour ceux qui ont déjà lu le livre.

Acheter Le trône de fer en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le trône de fer sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Le Trône de Fer