75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Les dragons de Meereen #14 [2012], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 8 novembre 2012 à 18h28

La glace et le feu

Tout autour de la cour, des morts pendaient à demi gelés au bout de cordes de chanvre, leur visage gonflé blanc de givre. Winterfell grouillait de réfugiés, lorsque l’avant-garde de Bolton avait atteint le château. Plus de deux douzaines qu’on avait chassées à la pointe des piques des nids qu’ils avaient aménagés au creux des donjons et des tours à demi en ruine. Les plus hardis et les plus agressifs avaient été pendus, les autres mis au travail. Servez bien, leur avait annoncé lord Bolton, et je me montrerai clément. La pierre et les madriers abondaient, avec le Bois-au-Loups si proche. De solides portes neuves avaient été en premier dressées en place, pour remplacer celles qui avaient brûlé. Ensuite, le toit effondré de la grande salle avait été déblayé, et un nouveau installé en hâte à la place. Une fois le travail achevé, lord Bolton avait pendu les ouvriers. Fidèle à sa parole, il s’était montré clément et n’en avait pas écorché un seul...

Quatorzième tome du découpage Pygmalion de la saga du Trône de Fer, Les Dragons de Meereen se pose comme la partie centrale de A Dance With Dragons, quatrième livre de l’édition américaine, et, pour le lecteur, comme un véritable mélange de délices et de souffrances. En effet, cette magnifique épopée médiévale fantastique à trames multiples nous expose ici, au fil de ses 478 pages, de multiples climax qui s’achèvent sur autant de frustrants cliffhangers - la situation la plus insoutenable, pour nous, fans de la série, étant sans doute celle où l’on abandonne Theon Greyjoy en une position très inconfortable, à l’issue d’une rencontre très surprenante.  Mais les mésaventures du pathétique Theon Greyjoy (qui se retrouve confronté aux « méchants » les plus croustillants de l’œuvre) dans les ruines de Winterfell ne composent pas les seuls moments délicieux de ce roman. Bien au contraire ! En perdurant sur son initiative de nous conter les aventures de personnages qui avaient été quelques peu délaissés dans les tomes 10, 11 et 12, George R.R. Martin concentre donc à nouveau son récit sur les régions de glace et de feu, à savoir le Nord et les lointaines contrées exotiques de Meereen. Avec sa myriade de personnages captivants !

Daenerys, Tyrion et Jon Snow sont donc de nouveau à l’honneur dans ce quatorzième opus. On peut que s’en réjouir tant les personnages et leurs environnements sont réussis.  Mais attention, George R.R. Martin n’oublie pas de glisser dans l’intrigue de nouveaux personnages - principalement féminins - qui entretiennent le renouvellement, et, épisodiquement, de rappeler à notre mémoire quelques protagonistes clés, à travers un ou deux chapitres consacrés (Davos, Stannis, Jaime, Mélisandre...). L’ensemble pourrait paraître brouillon et indigeste mais, là encore, force est d’avouer que le romancier fait très fort dans la construction qui reste d’une grande limpidité et qui ne souffre d’aucun essoufflement . Plus, son Jeu des Trônes, malgré les années, présente encore un lot de surprises à faire pâlir d’envie bon nombre d’auteurs.

Le style, lui, reste le même. Très dur. Viscéral. Terriblement charnel. George R.R. Martin, qui n’hésite pas à avoir recourt au gore, au craspec, et à une légère pornographie, continue d’éviter comme la peste le moindre manichéisme et les personnages les plus attachants ne sont pas forcément les plus honorables (Theon Greyjoy est absolument génial et Tyrion continue de nous faire rire avec son humour caustique et son fatalisme). Même Daenerys, ici, cède au compromis (et écarte souvent les cuisses) pour affirmer son autorité auprès d’un peuple qui n’est pas le sien. En fait, seul Jon Snow, qui affiche un véritable profil chevaleresque (il n’est cependant pas dénué de défauts et reste un individu faillible), peut s’affirmer être un homme d’honneur et de vertu. Ce qui ne va manquer de lui attirer quelques désagréments. En Westeros comme dans les Cités Libres, l’honnete homme n’a guère d’avenir… A moins que, venu d’au-delà du Mur, quelqu’un, ou quelque chose, change la donne.

Par contre, pour ce qui est des dragons et de la fameuse phrase « Winter’s coming », on peut dire que George R.R. Martin prend son temps. Alors, certes, le Nord commence à être totalement noyé sous la neige, quelques créatures fantastiques (comme Yun Yun le géant) fréquentent la région du mur, mais l’on attend toujours que se produise la catastrophe annoncée. Plus c’est long, plus c’est bon, semble être un adage adopté par l’auteur américain, qui connaît parfaitement le fantastique potentiel de son œuvre, remarquable par la cohérence et la richesse de son univers. Mais il y a de quoi faire trépigner les plus impatients.

La conclusion de à propos du Roman : Les dragons de Meereen #14 [2012]

Nicolas L.
90

Partie centrale de A Dance with Dragons, Les Dragons de Meereen est un captivant petit pavé de près de 500 pages. Avec son récit se concentrant toujours sur les régions du Nord et des cités exotiques baignées par la Baie des Serfs, l’œuvre nous expose des personnages terriblement accrocheurs plongés dans des situations périlleuses et parfois rocambolesque. A noter que le personnage de Tyrion, pourtant toujours aussi délicieux, se fait un peu voler la vedette par un Theon Greyjoy croulant sous les malheurs. Vite, la suite !

Que faut-il en retenir ?

  • Aucun essoufflement
  • Des personnages toujours aussi accrocheurs
  • Un univers fascinant et cohérent
  • De la dark fantasy adulte

Que faut-il oublier ?

  • Toujours ce découpage. Frustrant

Acheter le Roman Les dragons de Meereen en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les dragons de Meereen sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Trône de Fer