75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : A Game of Thrones, volume 1
A Game of Thrones, volume 1 >

Critique de la Bande Dessinée : A Game of Thrones, volume 1

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 28 novembre 2012 à 0119

Des Bisounours sur le Trône de fer

Véritable monument de la littérature de fantasy américaine, A Song of Ice and Fire (Le Trône de Fer) a depuis peu fait l’objet d’une adaptation en série télévisée (produite par HBO). Depuis, boostée par le succès de cet ambitieux show TV, couplé à la sortie d’un nouveau tome tant attendu (six ans après le précédent !), la gigantesque saga de George R. R. Martin, déjà bien appréciée par les critiques et les nombreux fans, a vu sa notoriété exploser et dépasser le simple stade du best-seller pour atteindre celui d’œuvre culte (on la compare souvent au Seigneur des Anneaux). Jeux de cartes, jeu de rôle, jeux de stratégie, jeux vidéo, on ne compte plus le nombre de produits dérivés exploitant cette juteuse licence qui a rendu son créateur richissime. En fait, le seul domaine inexploré était celui de la bande dessinée. Jusqu’en avril 2012. Grâce à l’initiative de l’éditeur américain Dynamite Entertainment et la sortie du premier volume d’un graphic novel consacré à la saga, le vide était désormais comblé.

Ce premier opus vient d’arriver chez nous, en langue française, chez les éditions Dargaud, dans format Hardcover A5.

Martin le spécifie bien dans sa très longue (et intéressante) introduction. En effet, en plus de préciser les raisons qui l’ont poussé à lancer la mise en forme d’une adaptation  graphique, le romancier précise que l’œuvre n’est en aucun cas une transposition de la série télévisée. Les deux chantiers sont appréhendés séparément, par des personnes différentes. Il est donc normal que le fan du Trône de fer, tout comme il le fait en visionnant le show HBO, note de nombreuses différences – quelques raccourcis et digressions – entre son roman fétiche et l’adaptation. Mais ces différences ne sont en aucun cas les mêmes ! En conséquence, ce nouveau regard porté sur le chef d’œuvre de Martin n’apparaît nullement comme une redite. Pour imager la situation ; on découvre le même paysage, mais à partir d’un autre point de vue.

Ce n’est pas Martin qui s’est chargé de la réécriture du scénario. L’homme a déjà beaucoup à faire. La tache a été confiée à Daniel Abraham, qui est loin d’être un inconnu dans le domaine de la novellisation et des transpositions de romans en BDs. Son travail, sur ce volume 1 – qui exploite en gros la moitié de Game of Thrones, premier tome de la saga - est respectueux de l’œuvre littéraire mais entraîne un peu trop le lecteur sur le sentier de la simplification, dans le genre « Le trône de fer pour les Nuls ». Les dialogues, raccourcis pour épouser les contraintes du format graphique, perdent en force et en subtilité – Thérion perd beaucoup de son talent cynique – et le découpage amène à l’ensemble un ton bien plus léger que l’on aurait pu s’y attendre.

J’ai également été (désagréablement) surpris par le travail de Tommy Patterson. L’homme n’est certes pas un mauvais dessinateur (quelques belles planches le prouvent) mais l’ensemble subit les affres de l’irrégularité dans le trait, avec des expressions faciales biscornues et des coups de crayon parfois erratiques (Patterson aurait-il été piégé par le temps ?) Bref, techniquement parlant, c’est loin d’être parfait. De plus, pour ce qui est du rendu des ambiances, on a du mal à croire, à la vue de ces personnages aux visages enjoués, de ces couleurs lumineuses, de ces croquis presque disneyens (on dirait que Catelyn Stark est plus jeune que ses fils), que l’on est en train de lire l’adaptation d’un monument de dark fantasy.

La conclusion de

Si vous désirez découvrir l’œuvre phénoménale de Martin mais que vous n’avez pas le courage de vous attaquer aux pavés qui composent la saga, n’hésitez pas à vous lancer dans la lecture de ce A Game of Thrones. Sachez cependant que vous ne retrouverez qu’une toute petite partie de la richesse des romans, une partie encore plus infime que celle trouvée dans la série HBO, autrement plus fidèle dans l’esprit. Abraham et Patterson nous proposent ici une adaptation édulcorée et si le scénario colle assez bien à l’œuvre originelle, elle est loin de dégager la même force.

Que faut-il en retenir ?

  • Assez fidèle au texte original
  • Très accessible

Que faut-il oublier ?

  • Un style graphique trop lisse
  • Une simplification dommageable
  • Graphiquement perfectible
  • Un Trône de fer version Bisounours.

Acheter A Game of Thrones, volume 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de A Game of Thrones, volume 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Trône de Fer

En savoir plus sur l'oeuvre Le Trône de Fer