75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Hellraiser, le pacte [1988], par Emmanuel G.

Avis critique rédigé par Emmanuel G. le lundi 10 mars 2003 à 14h51

Hellraiser

Du Barker pur jus...
Bien sur, Hellraiser montre parfois ses limites (un jeu d’acteur limité, une réalisation efficace mais scolaire et quelques effets ratés), mais il impose un univers horrifique particulièrement original, en complète rupture avec ce qui se faisait à ce moment là. En effet 1987, l’horreur tendait plutôt du côté de la série des Freddy, de plus en plus édulcorée et désamorçant les situations tendues avec un humour pachydermique. Rien de tout cela dans Hellraiser, qui n'offre guère d’échappatoire rigolote ! De plus, le film est véritablement saignant et joue sur des registres volontairement dérangeant (Barker’s touch oblige) : sadomasochisme, nécrophilie voir inceste, le film s'aventure dans des directions choquantes qui alimentent à merveille son univers poisseux...
Barker accumule donc ici les idées bien barrées, à commencer par celle qui veut qu’une bande de démons écorchés vifs, les Cénobites, attendent de « l’autre côté » les personnes un peu trop portées sur l’exploration extrême de leur sensualité. A la tête de ce contingent d’âmes damnées, l’énigmatique Pinhead, au visage constellé de clous, vole la vedette à tous les autres personnages, malgré un temps de présence à l’image finalement limité. Séduisant autant que terrifiant, ce méchant particulièrement novateur n’échappera pas, à l’instar d’autres affreux (comme, une fois de plus, l’ami Krueger), à la «starification». Dans les nombreuses suites d’Hellraiser, on en apprendra donc bien plus sur lui, y compris ses origines d’humain.
Les Cénobites sont pour beaucoup dans la réussite du film, et l’on attend leurs apparitions avec plaisir. Grâce à eux, on entrevoit un monde infernal bien différent des images d’épinal, où se mêlent érotisme et souffrance. Ce monde parallèle, il sera exploré en détail dans la suite directe de ce premier film. Une suite indissociable du premier opus.

La conclusion de à propos du Film : Hellraiser, le pacte [1988]

Emmanuel G.
80

Avec un budget limité mais beaucoup d’idées, Clive Barker renouvelle le cinéma d’horreur, y important les éléments de son univers littéraire. Sang, souffrance et sexualité y sont mêlés, se jouant complètement des tabous. Il en résulte un film particulièrement effrayant, et étrangement fascinant, s’amusant avec une esthétique SM dérangeante...

Acheter le Film Hellraiser, le pacte en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellraiser, le pacte sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellraiser